Pour une police municipale de proximité cohérente et en phase avec la population

Télécharger l’initiative

Depuis le 1er septembre 2013, votre police municipale est dotée d’une loi qui correspond à vos attentes en terme de sécurité et peut s’occuper de : la consommation de stupéfiants, la problématique de la mendicité, traiter les cas de récidive, des excès de vitesse notamment aux abords des écoles, de la tranquillité publique, de l’alcoolémie, d’appliquer la loi sur les étrangers etc… Cette loi permet à vos polices municipales d’être en phase avec les problèmes réels et d’être autonome dans son application.

Toutefois, cette loi ne prévoit pas la formation adéquate mais quelques modules qui ne sont reconnus par personne et qui ne garantissent pas une formation de qualité pour votre et notre sécurité.

Pourquoi vos polices municipales souhaitent le brevet ?

Par une formation cadrée et liée à l’institut suisse des polices, elles seront en mesure d’assurer une meilleure sécurité de proximité.

La formation de police de proximité ne s’invente pas elle existe et toutes les polices suisses suivent cette formation.

La formation apporte un perfectionnement professionnel qui a un impact direct sur les résultats obtenus par la suite. La Police de proximité ne se bricole pas, c’est une volonté de la population.

Que va apporter le brevet ?

Une formation complète qui permettra de mieux sécuriser et protéger le canton, les communes et surtout le citoyen.

Une sensibilité plus pointue sur les problématiques de sécurité de proximité et des réponses cohérentes qui seront assumées pas vos polices municipales.

Un engagement des forces de police avec une vision cantonale et efficace.

Une reconnaissance de cette profession au même titre qu’un CFC.

Soyez acteurs du changement, soutenez vos polices municipales !

Télécharger l’initiative

Roger Golay ira au Conseil national

COMMUNIQUE DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

Roger Golay ira au Conseil national

Après mûre réflexion, le Président du MCG Roger Golay a décidé d’accepter la fonction de conseiller national. Il représentera ainsi notre Mouvement au niveau du Parlement fédéral, prenant le relais de Mauro Poggia qui vient d’être élu Conseiller d’Etat à Genève.

Les Genevois seront représentés par une personnalité qui a su se faire apprécier largement dans notre canton, au sein du MCG qu’il préside mais également dans les autres partis. Homme politique largement respecté, Roger Golay a su imposer une ligne claire et déterminée du MCG, tout en restant toujours ouvert au dialogue et loyal.

Après le remarquable travail de pionnier réalisé par Mauro Poggia, Roger Golay va continuer à défendre avec détermination la politique du MCG au niveau fédéral.

Ancien président de l’Union du personnel du corps de police (UPCP) et de l’Union syndicale des polices romandes (7000 membres), Roger Golay a participé aux débuts du MCG. Il a notamment occupé la fonction de chef du groupe parlementaire MCG au Grand Conseil pendant huit ans. C’est l’un des piliers essentiels du MCG et il a été l’un des principaux artisans de son succès.

Roger Golay quittera la députation du Grand Conseil mais restera président du MCG.

Il s’est engagé à servir avec cœur et honneur son pays et les intérêts de Genève.

Eric STAUFFER, Président d’honneur et cofondateur du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Carlos MEDEIROS, Vice-Président du MCG

Le MCG inscrit une fois de plus son nom dans l’histoire politique du canton de Genève.

Après être entré en 2005 au parlement avec 9 députés seulement 3 mois après sa création, élire un magistrat communal en 2007, placé en 2009 17 députés puis en 2011 un conseil national, un 2ème magistrat et plus de 100 conseillers municipaux, voici qu’en 2013, il devient le 2ème parti du canton avec 20 députés sur 100 et son premier conseiller d’Etat. Le MCG devient un parti Gouvernemental!
Vive le MCG, vive Genève, vive les genevois !

Les SIG embourbés pour plus de 1 milliard dans l’éolien Eric Stauffer désamorce une bombe financière

COMMUNIQUE DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

Les SIG embourbés pour plus de 1 milliard dans l’éolien Eric Stauffer désamorce une bombe financière.

L’Etat de Genève avait laissé imprudemment les SIG prendre des engagements dépassant très largement le milliard de francs envers une société spécialisée dans les éoliennes. Ce risque était une dangereuse bombe à retardement qui menaçait d’exploser si rien n’était fait.

Le député MCG Eric Stauffer, inquiet de voir cette situation exploser au détriment de l’Etat de Genève, s’est intéressé à ce dossier. Il a entendu les deux sons de cloches, avant de se faire une opinion.

La réalité était plus inquiétante que ce que l’on pouvait imaginer, nous amenant dans une impasse dangereuse. La conseillère d’Etat devant alors superviser ce dossier n’a pas exercé son travail de contrôle face à ce risque considérable.

Pour sortir de cette situation, a priori inextricable, Eric Stauffer a entamé un dialogue afin de permettre d’éviter un conflit qui créait un risque potentiel gigantesque aux dimensions genevoises. Grâce à cette politique de bons offices, le député MCG a réussi à préparer le terrain pour une négociation entre la société privée, le Département de la Sécurité et de l’Energie, qui exerce la tutelle sur les SIG, et les SIG. Le Député Eric Stauffer a démontré sa stature gouvernementale en agissant de la sorte dans un dossier qui aurait pu coûter plus d’un milliard aux contribuables.

Hier jeudi 31 octobre le protocole entre les SIG et Ennova était caduc ! Eric Stauffer après d’âpres négociations a réussi une nouvelle fois à ramener les acteurs autour de la table des négociations, alors qu’un conseil d’administration extraordinaire des SIG était convoqué pour 8h00 ce matin. Aujourd’hui l’arrangement entre les SIG et la société est finalisé, nous pouvons nous sentir soulagés. Une nouvelle affaire de la Banque cantonale qui se préparait a été évitée. Eric Stauffer ajoute qu’il est d’autant plus satisfait que les SIG restent dans la course de l’éolien mais d’une manière redimensionnée.