Ville de Genève: accélérons la construction de logements!

La construction de logements coopératifs pour la classe moyenne sera accélérée à la Jonction sur les anciens terrains des Services industriels. Le Grand Conseil a accepté le vendredi 28 mars d’envoyer une motion au Conseil d’Etat pour prendre à sa charge une partie des coûts de la dépollution sur un périmètre où doit s’ériger un immeuble coopératif, avec des logements destinés à la classe moyenne.

Le MCG était cosignataire de cette motion avec des UDC, PLR, PS et PDC . Pour nous, il est important de débloquer la construction de logement sur ce périmètre, comme ailleurs dans le canton.

Notre politique consiste à favoriser l’accession au logement et sortir des blocages administratifs ou techniques qui sont récurrents à Genève. Le MCG défend une politique active en faveur des logements sociaux, notamment au travers des coopératives.

En Ville, nous avons déjà proposé une re-dotation de la Fondation Ville de Genève pour le logement social, afin de pouvoir construire des logements à prix abordable pour tous et toutes.

Le MCG estime qu’il ne suffit pas de faire des beaux discours ou des plans sur la comète, alors qu’il faut mener à bien – et au plus vite – les projets concrets de constructions de logements.

Roger GOLAY
, Président

Daniel SORMANNI, Député et Conseiller municipal de la Ville

Initiative municipale du MCG éliminée: Vernier victime de l’arbitraire

Le Conseil d’Etat vient d’invalider l’initiative municipale de Vernier « Contre le blocage de la circulation route de Vernier à l’entrée du Village, pour la qualité de vie », lancée par le MCG. Plus de 3200 électeurs de la commune ont demandé cette réouverture de route. Le MCG section Vernier proteste fermement.

Cette décision est inacceptable à plus d’un titre. D’abord, on se moque des habitants de la commune qui demandent à être entendus et à pouvoir décider sur l’avenir de leur commune.

Autonomie communale menacée

Il est indiqué dans la loi sur les communes (LAC), à son article 30 lettre m, très clairement qu’une ouverture ou fermeture de route est de compétence communale et que le conseil municipal peut délibérer valablement (LAC, article 30, lettre m : les projets de construction, de transformation ou de démolition d’immeubles communaux, d’ouverture ou de suppression de voies publiques communales, de travaux publics, à l’exception des changements d’assiettes visés à la lettre k, chiffre 4, ci-dessus).

En rejetant cette initiative, le Conseil d’Etat fait preuve d’arbitraire et ses services juridiques semblent ignorer l’une des lois principales, ce qui nous inquiète pour le bon fonctionnement de l’autonomie communale.

A l’écoute des habitants

Seul le MCG est à l’écoute des habitants pour défendre leur qualité de vie.

La seule solution reste de voter massivement pour le MCG à Vernier lors des élections municipales de 2015, afin de mettre fin à la fermeture de cette route qui pourrit la vie des habitants de la commune. En étant présents en nombre à Vernier, nous pourrons encore mieux protéger les intérêts légitimes des habitants.

A Vernier, l’alliance contre-nature de la gauche (PS-Verts) et PLR empêche actuellement de défendre les intérêts de nos habitants. Nous devons impérativement arriver à un changement politique dans cette commune afin de sortir de la politique néfaste menée actuellement par l’alliance gauche-PLR.

Thierry CERUTTI, Député, Maire 2009-2010

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

CEVA: scandale du siècle, gouffre à millions

Le MCG dépose ce jour un projet de loi instituant une commission d’enquête parlementaire sur le CEVA. Le Conseil fédéral sera également saisi.

Le MCG avait raison de s’opposer au CEVA, un projet mal conçu, coûteux, et qui rendra peu service aux résidents genevois, en raison d’un tracé qui privilégie la ville d’Annemasse, véritable aspirateur à frontaliers. Nous venons de découvrir, suite à une information diffusée hier par l’agence Decaprod, une nouvelle mauvaise surprise. Le chantier doit être retardé de deux ans suite à de graves problèmes géologiques, ce qui était prévisible mais qui a été largement sous-évalué par nos autorités.

Quant au montant des travaux annoncé aux électeurs, il prend l’ascenseur année après année et ne correspond plus du tout aux sommes articulées lors de la campagne de votations, qui étaient de moins de 1 milliard au départ, aujourd’hui 1,6 milliards. Demain probablement 3 milliards ? Politiquement, les électeurs ont été trompés, ce que dénonce le MCG.

Mauvaises surprises

Ce projet inutile, qui ne servira qu’à faciliter la criminalité transfrontalière et au transport des frontaliers qui piquent les emplois aux Genevois, aura un coût de plus en plus élevé pour les contribuables genevois. Nous ne sommes pas à la fin de cette mascarade financière hallucinante.

Le MCG a l’impression de se retrouver face au « scandale du siècle », alors que nous n’avons pas les moyens d’entretenir nos écoles et cycles d’orientation ou de construire d’autres infrastructures publiques importantes et prioritaires. L’argent des contribuables genevois a été dilapidé de façon inacceptable.

Le MCG demande que les responsables de cet immense gâchis rendent des comptes devant une commission parlementaire. Nous allons également poser la question au Conseil fédéral. Peut-être aurons-nous une fois une transparence totale sur ce dossier d’une opacité hors du commun. A qui bénéficie cette sombre affaire ?

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Député et Cofondateur du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Aidons les handicapés de manière optimale

Nouvelle motion déposée par Roger Golay au Conseil national

Le MCG propose d’accorder aux handicapés les moyens auxiliaires optimaux (prothèses ou autres dispositifs) afin d’améliorer leur existence. En effet, les assurances sociales ne financent que les appareillages les plus simples et souvent les moins adaptés aux handicapés physiques.

Actuellement, la politique de la Suisse envers les handicapés physiques laisse sérieusement à désirer. Les nouvelles techniques permettent de disposer de prothèses et d’appareillages qui facilitent la vie de ces personnes. Malheureusement, les assurances sociales refusent de financer les moyens optimaux.

Nous ne devons pas oublier les personnes handicapées physiques et leur permettre de disposer de ces nouvelles technologies qui ne sont pas un luxe mais une nécessité.

Dans la nouvelle motion qu’il vient de déposer au Parlement fédéral, le conseiller national Roger Golay indique qu’ « il est donc choquant de constater qu’en 2014 en Suisse, des personnes clairement touchées dans leur quotidien par un handicap se voient refuser une amélioration de leur qualité de vie au seul motif financier. Il est également choquant que des enfants ou des adultes dans des situations semblables soient traités de manière dissemblable selon leur propre capacité financière. Il est évident qu’une personne handicapée bénéficiant de moyens auxiliaires optimaux voit son autonomie augmenter significativement de même que son intégration dans la vie sociale. »

Il est demandé au Conseil fédéral d’agir d’urgence pour modifier l’état actuel et de soutenir les personnes handicapées. Il est à souligner que des représentants de tous les partis représentés au Conseil national ont signé la présente motion.

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Motion déposée par Roger Golay (MCG) au Conseil national

Améliorer l’accompagnement vers l’autonomie et l’intégration sociale des personnes en situation de handicap

Le Conseil fédéral est chargé de présenter au Parlement toute proposition de modification législative en matière d’assurance sociale (AI, PC, LPP, LAA, LAMal etc) visant une prise en charge des moyens auxiliaires optimaux des personnes en situation de handicap.

Actuellement, la Suisse n’est pas un modèle au sujet de l’aide qu’elle accorde à ses concitoyens handicapés. En effet, nous constatons que les assurances sociales ne prennent en charge que les moyens auxiliaires qui remplissent les critères de simplicité, d’adéquation et d’économie. Le moyen auxiliaire « optimal » restant à la charge du patient. Ainsi, pratiquement, un nombre considérable de personnes handicapées qui n’ont pas les ressources financières utiles aux paiement de la différence, voient leur qualité de vie fortement péjorée. A noter que les évolutions technologiques et esthétiques ne sont pas prises en compte par lesdites assurances, lors de l’examen de la prise en charge et du calcul du remboursement. Il est donc choquant de constater qu’en 2014 en Suisse, des personnes clairement touchées dans leur quotidien par un handicap se voient refuser une amélioration de leur qualité de vie au seul motif financier. Il est également choquant que des enfants ou des adultes dans des situations semblables soient traités de manière dissemblable selon leur propre capacité financière. Il est évident qu’une personne handicapée bénéficiant de moyens auxiliaires optimaux voit son autonomie augmenter significativement de même que son intégration dans la vie sociale. Au vu de ce qui précède, il est urgent de revenir sur de véritables base sociales et de solidarité à l’égard des personnes concernées. L’approche de la problématique de l’autonomie et de l’intégration sociale d’une personne en situation de handicape doit prendre en compte les éléments de la situation personnelle et environnementale, donc une réalité complexe.

Nous avons le devoir de rendre au plus près de ce que la personne a perdu.

Pour tous ces motifs évoqués, il est demandé au Conseil fédéral de présenter au Conseil national toute proposition de modification législative en matière d’assurance sociale visant une prise en charge des moyens auxiliaires optimaux, en adéquation avec les compétences physiques et l’environnement social et professionnel de la personne en situation de handicap.

Votations du 18 mai: prises de position du MCG

Réunie hier soir, mardi 18 mars, l’Assemblée des délégués du MCG a pris position sur les sujets des votations cantonales et fédérales du 18 mai prochain.

NON à un cadeau indécent à la France voisine : 3,126 millions pour des P+R

A l’unanimité, l’assemblée a rejeté le cadeau de 3,126 millions de francs ponctionnés par la France. Alors que Genève n’a plus les moyens de financer des écoles qui tombent en ruine (notamment des cycles d’orientation), il nous est demandé de payer plus de 3 millions à nos voisins. C’est le début d’une enveloppe inacceptable de 240 millions que nous n’avons pas les moyens de financer ; alors que, dans le même temps, les contribuables genevois reversent déjà chaque année des sommes considérables aux communes et départements frontaliers. Grâce à ce référendum du MCG, les électeurs pourront s’exprimer et nous leur demandons de s’opposer fermement à ce crédit indécent.

OUI à l’initiative « Stop aux hausses des tarifs des Transports publics genevois ! »

Les électeurs genevois ont déjà dit oui au blocage des tarifs des TPG. Suite à une erreur de la Chancellerie nous devons revoter et nous invitons les citoyens à confirmer le vote précédent.

OUI à l’achat des Gripen !

La Suisse doit protéger son espace aérien et l’achat du Gripen est devenu une nécessité. Si nous voulons continuer à héberger des conférences internationales, à assurer la police aérienne en temps de paix, à protéger le cœur de l’Europe, a prendre des mesures efficaces face aux menaces imprévisibles (exemples de la Crimée ou d’autres zones de conflits toujours possibles à proximité), il nous faut une force aérienne digne de ce nom. Les Gripen rendront possible la défense de notre pays et de nos citoyens. Ne pas disposer de ces avions est prendre un risque considérable pour l’avenir de notre pays.

OUI à la protection des enfants face aux pédophiles

L’initiative demande que les personnes condamnées pour pédophilie ne puissent pas travailler avec les mineurs. Nous devons prendre les précautions qui s’imposent pour les droits de l’enfant.

NON au SMIC à la française et au salaire minimum

Si le salaires minimum est de 4000 francs, cela deviendra la référence pour la grande majorité des professions qui vont subir des baisses de pouvoir d’achat à moyen terme. Ces effets pervers ont été constatés en France avec le SMIC. Ainsi, nous aurions à la fois du chômage supplémentaire pour les personnes non ou peu qualifiées, mais également des baisses de salaires après quelques années.

De plus, les frontaliers seront privilégiés par ce salaire minimum. En effet, cette somme – près de trois fois de le SMIC – permet difficilement de vivre à Genève mais elle est une aubaine pour la France voisine. De ce fait, les employeurs profiteront d’engager en France des personnes plus qualifiées pour ce salaire minimum.

Le MCG défend le développement des conventions collectives de branche, qui seules permettront d’améliorer les salaires et de tenir compte des spécificités économiques, sans faire baisser les salaires de la classe moyenne ou des travailleurs qualifiés, ce à quoi conduirait automatiquement le salaire minimum.

OUI à la médecine de famille (contre-projet)

Cette initiative demande de revaloriser les médecins généralistes et médecins dits de famille, qui ont un rôle important à jouer dans notre système de santé.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Supprimons les cadeaux aux entreprises qui engagent des frontaliers!

Le conseiller national et président du MCG Roger GOLAY dépose une motion qui demande au Conseil fédéral de ne plus favoriser les entreprises qui emploient des travailleurs frontaliers. Aujourd’hui, une très généreuse commission de perception est attribuée à certains employeurs, qui recrutent hors de nos frontières. Le MCG demande la suppression de cette ristourne. Nous voulons favoriser la main-d’œuvre suisse et les permis C établis de longue date.

En 2014, chaque employeur qui engage une personne soumise à l’impôt à la source se voit rétrocéder 1% à 3%, selon les cantons. Cette somme, qui était autrefois justifiée par le surcroît de travail administratif n’est plus justifiable avec les facilités de l’informatique. Le conseiller national MCG Roger GOLAY s’oppose à cette ristourne qui incite à ne pas embaucher des travailleurs suisses ou des permis C, ce qui a un coût pour l’assurance chômage et l’assistance publique.

Nous n’avons pas à donner un avantage financier à des employeurs qui préfèrent aller chercher des travailleurs à l’extérieur. Les privilèges de certains sont payés par l’entier de notre société. Dans le même temps, ceux qui engagent des travailleurs suisses se retrouvent encore pénalisés par le service militaire ou le service civil. Il devra remplir les formalités pour l’assurance perte de gain, qui ne sont pas indemnisées contrairement à l’impôt à la source, d’autant plus que le 100% du salaire n’est pas financé. Cette raison fait également que les jeunes astreints au service ne sont pas compétitifs pour des employeurs.

Eric STAUFFER

Fondateur du MCG

François BAERTSCHI

Secrétaire général du MCG

Vente de logement – projet Longchamp: la gauche trahit son électorat!

Le Mouvement Citoyens Genevois défend la propriété individuelle et son accès pour le plus grand nombre.

La gauche populiste agite le spectre de la peur ! Ils ont tort !

Le MCG a soutenu le projet de loi Longchamp qui avait quelques incohérences devant être corrigées.

Le MCG a renforcé le projet de loi, et de notables améliorations ont pu être apportées grâce à ce travail.

Aujourd’hui, nous avons obtenu une loi qui permet aux Genevois d’accéder à la propriété par étage, en empêchant que certains fassent main basse sur des lots de PPE. Genève ne vit pas à l’heure du communisme ou de la nationalisation des terres par l’Etat ; cette loi amendée donnera une certaine souplesse pour les cas particuliers, en évitant une solution bureaucratique qui va bloquer les constructions.

La gauche n’a plus d’argument valable à opposer à ce projet de loi modifié par le MCG. Les demandes de la gauche, si elles étaient suivies, bloqueraient toutes formes de constructions à Genève !

Le MCG a toujours soutenu le principe d’une économie forte pour faire du social efficace !

Le MCG a toujours combattu les abus de certains promoteurs immobiliers que nous considérons comme des voyous! Raison pour laquelle nous avons accueilli favorablement la base de ce projet de loi.

Avec les propositions que nous avons apportées, le principe d’accès à la propriété est renforcé. En particulier, l’impossibilité de faire des droits d’emption et de réméré. Il n’y plus de possibilité de détourner la loi.

Avoir une loi réaliste est important pour le MCG, qui a cherché l’efficacité au service des citoyennes et des citoyens. C’est ainsi que nous obtiendrons un véritable accès à la propriété par étage pour le plus grand nombre possible.


Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Fondateur du MCG et député