Le MCG réagit suite au refus de la création d’une commission d’enquête parlementaire lors de la session extraordinaire du Grand Conseil de samedi dernier, par la volonté des partis politiques inféodés au gouvernement.

Nous n’avons absolument pas confiance dans la gestion de l’information émanant de M. Longchamp, lequel s’est fait déjà largement remarquer par la presse romande pour ses déclarations douteuses.

Le MCG a décidé d’utiliser une voie plus sûre pour obtenir la vérité sur l’ « affaire du CEVA ». Par conséquent, notre mouvement vient de déposer au Conseil national une interpellation afin d’obtenir divers éléments essentiels pour déterminer les risques. Il s’agit en outre de connaître les implications financières pour les CFF et la Confédération du retard du chantier du CEVA estimé au minimum à 21 mois.

Il est désolant que le rapport de confiance entre la deuxième force politique du canton et le président du Conseil d’Etat soit rompu, ce qui nous oblige à chercher au niveau fédéral des informations reflétant la réalité.

Roger GOLAY, Conseiller national et Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG