Votations du 28 septembre: OUI à la caisse-maladie unique!

cochon-argentMercredi soir 25 juin, l’Assemblée des délégués du MCG a pris position sur les sujets soumis au vote en septembre prochain. C’est un OUI unanime à l’initiative « Pour une caisse publique d’assurance-maladie », un OUI également à l’initiative « Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration » et un troisième OUI à l’initiative « Pour une traversée de la Rade ».

Le MCG se bat depuis des années en faveur des assurés. Nous avons soutenu l’initiative « Pour une caisse publique d’assurance-maladie » avec la présence de Mauro Poggia dans le comité, pour une raison très simple. Actuellement, nous assistons à un gâchis phénoménal avec des réserves inutiles à hauteur de 6 milliards pour 2012. Pire, les réserves financières des assurés genevois ont été prises pour payer les autres cantons, augmentant des primes déjà excessives et punissant tous les citoyens genevois. Aujourd’hui, si nous allons dans la caisse X ou Y, nous avons exactement les mêmes prestations qui sont fixées dans la loi ; l’assuré ne fait que payer une concurrence artificielle et coûteuse. Comme viennent de le reconnaître récemment les caisses-maladie, l’assurance de base obligatoire n’est pas séparée des assurances privées et complémentaires, la base subventionnant sans doute les couvertures privées.

« Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration »

Le MCG demande de voter OUI à l’initiative fédérale  « Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration ». Cette initiative propose une égalité de traitement entre la vente à l’emporter qui a un taux de TVA plus bas et les restaurants, qui subissent un taux plus élevé. Nous soutenons cette équité pour les consommateurs et la défense d’un secteur économique qui fournit de nombreux emplois.

OUI à la Traversée de la Rade

Depuis des décennies, on parle de cette traversée de la Rade qui est nécessaire, vu les bouchons de voitures, de trams et de bus. Le projet qui est présenté aux électeurs pourra être réalisé rapidement afin de répondre aux besoins les plus immédiats de mobilité sur notre canton entre les deux rives. Nous préférons financer une traversée pour les Genevois que des trams à Annemasse et en France voisine.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Une gauche arrogante et une droite faible donnent une image pitoyable de Genève.

C’est ce spectacle que nous avons vu lors du vote du budget du Conseil municipal de la Ville de Genève ces dernières jours.

C’est l’expression d’un profond malaise à la Ville de Genève.

Les vieux partis sont fatigués. La politique telle qu’elle est menée au Conseil municipal de la Ville actuellement déplaît à de plus en plus de résidents genevois.

Cela démontre qu’il faut un vrai changement.

On assiste à un blocage gauche-droite qui est préjudiciable. Il faut sortir de ce clivage artificiel et mettre le Citoyen au centre de nos préoccupations.

Le MCG propose une politique budgétaire au service des citoyens. Elle ne se perd pas dans des détails ou dans des conflits stériles.

Le budget de la Ville de Genève doit agir efficacement pour améliorer les conditions de vie des résidents de la première commune du canton.

Toutes les grandes lignes budgétaires doivent être revue avec comme priorité : le Citoyen.

Il faut redéfinir la police municipale, pour qu’elle ait les moyens d’appliquer une réelle politique de sécurité.La gauche veut créer un nouveau corps d’agents de sécurité-assistants sociaux, c’est n’importe quoi et cela va rendre encore plus inefficace l’ensemble.

Pour assurer la sécurité aux Genevois, il faut arrêter mégoter. Au lieu de persécuter les automobilistes, il convient de donner des missions nécessaires comme patrouiller dans les écoles et dans les parcs.

Il faut donner les moyens pour avoir une vraie police de sécurité.

Au niveau sécuritaire, on ne peut plus avoir un îlot d’insécurité comme le Quai 9. Réservons ce lieu d’injection pour toxicomanes aux seuls résidents genevois.

Nous réclamons des moyens budgétaires pour des caméras vidéos dans les lieux peu sûrs.

Le MCG veut que la Ville prenne ses responsabilités en coordination avec le canton. La droite qui occupe le dicastère de la sécurité n’a rien fait par faiblesse. Et la gauche ne veut rien faire mais elle veut arroser ses propres clients politiques en créant un corps de sécurité bizarroïde.

En janvier de 2011 nous vous inviterons à prendre connaissance de quelques-uns de nos projets, pour améliorer la vie des Genevois.

GENEVE 2011

SIG: rapport accablant de la Cour des comptes

A la demande du citoyen Eric Stauffer (cosignataire dudit communiqué) qui, en 2013, a saisi la Cour des comptes sur la problématique des éoliennes et de la société EDG, suivi par une démarche similaire de la Ville de Genève, la Cour délivre ce jour son rapport qui accable la direction de cette régie publique.

Les SIG ont obtenu une note avec mention pour :

– Manque total de contrôle ;

– Non-respect des procédures internes ;

– Violation du Code pénal sur l’obligation de dénoncer des crimes et délits ;

– Corruption présumée ;

– Non-suivi d’investissement portant sur 300 millions de francs (EDH) ;

– Décaissement de plus d’1 million de francs sans accord du conseil d’administration (perdu) ;

– Mensonges réitérés et non-divulgation de la réalité au conseil d’administration.

La liste n’est pas exhaustive.

Le MCG exige une enquête administrative sur l’ensemble de la direction générale de cette régie publique, la suspension avec effet immédiat du directeur financier, du directeur d’analyses et risques et de toute autre personne qui aurait eu connaissance des dysfonctionnement de cette régie et se serait tue.

Le MCG exige un suivi trimestriel de la Cour des comptes et qu’il soit rendu public.

Roger GOLAY
, Président du MCG

Eric STAUFFER
, Président d’honneur du MCG et député

Théâtre de Carouge: succès du référendum

1668 signatures d’électeurs ont été déposées alors qu’il en faut 1400. Malgré les vols de signatures, les intimidations et importantes campagnes anti-signatures, le résultat a été atteint par le référendum communal lancé à Carouge par le MCG contre la destruction-reconstruction du Théâtre.

Nous nous réjouissons de constater que les électeurs carougeois pourront très certainement voter sur ce projet. Notre référendum a rencontré un très bon accueil auprès des habitants de Carouge, qui n’ont pas suivi l’intimidation de certains partis politiques. De nombreux partisans de tous les partis carougeois, autant de gauche que de droite, n’ont pas suivi les directives et signé ce référendum.

C’est une victoire de la démocratie, après une campagne référendaire qui n’a pas des précédents à notre connaissance, avec des affichages, flyers distribués largement pour inciter les Carougeois à ne pas signer le référendum.

Pour le MCG, la parole appartient au peuple.

Roger GOLAY, Président du MCG

Sandro PISTIS, Responsable du Comité référendaire et Conseiller municipal à Carouge

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Dysfonctionnements: le MCG avait vu juste sur le SIG

Le MCG a le premier tiré la sonnette d’alarme sur la gestion des SIG et nous voyons les problèmes de cette institution publique sortir les uns après les autres, suite à diverses enquêtes. Aujourd’hui, la Cour des comptes nous apprend qu’un audit sur les SIG sera rendu public jeudi prochain ; par ailleurs, nous apprenons qu’un employé vient d’être arrêté parce qu’il aurait reçu 100’000 francs.

Il convient de rappeler qu’Eric Stauffer avait même été révoqué du conseil d’administration des SIG pour avoir osé mettre en doute la probité des SIG. Trois ans après, il a été remercié officiellement par les SIG dans l’aide qu’il a apportée à démêler l’imbroglio qu’ils avaient créé…

Le MCG a de nouveau visé juste par l’intermédiaire de son président d’honneur Eric Stauffer qui avait saisi la Cour des comptes…

Nous déplorons que la demande de Commission d’enquête parlementaire que nous avons demandée a été refusée par le Grand Conseil, qui n’a pas compris l’enjeu de notre demande. Il fallait agir dans ce sens pour donner une réponse adéquate à ces problèmes.

A force de vouloir cacher la vérité, voici le genre de problèmes qui surviennent. Une fois de plus le laxisme actuel fait des dégâts.

Espérons que l’action de la justice pénale et de la Cour des comptes suffiront à remettre les SIG à l’ordre, restera pour le pouvoir législatif de modifier la loi afin que le Grand Conseil puisse intervenir dans le budget des SIG.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Programme de législature: objectifs principaux positifs

Le MCG se réjouit de voir que le Conseil d’Etat genevois se concentre sur la lutte contre le chômage et la criminalité, ainsi que la maîtrise de la dette. En revanche, notre gouvernement n’a pas encore abandonné l’utopie coûteuse du Grand Genève.

Le Conseil d’Etat genevois vient de publier son programme de législature. Sur l’essentiel, le MCG soutient ces axes importants en direction de l’emploi et du combat contre le chômage, de la lutte contre la criminalité, la maîtriser la dette et la réforme fonctionnement de l’administration. Il ne s’agit pas d’un programme MCG, mais une partie importante de nos propositions sont reprises dans ce programme de législature.

Ces axes importants doivent améliorer la vie des citoyennes et citoyens. Encore faut-il que le Conseil d’Etat se donne les moyens de ses ambitions.

L’utopie du « Grand Genève »

Le seul élément qui exaspère le MCG, même s’il apparaît – heureusement – de manière secondaire dans ce programme, est la poursuite de l’utopie du « Grand Genève ». Le fait que le Gouvernement affirme vouloir changer de méthode est largement insuffisant. Il faudrait avoir le courage d’imposer aux Français qu’ils financent eux-mêmes leurs infrastructures. En dehors de cette obligation, le Grand Genève est mort. Si le vote du 18 mai n’a pas fait entendre assez clairement la voix du peuple au Conseil d’Etat, le MCG envisagera de relancer des référendums à chaque fois que le Gouvernement genevois voudra financer des infrastructures en France.

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Co-fondateur du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG