Résultats des votations cantonale et fédérales

Traversée de la Rade

Le Mouvement Citoyens Genevois, allié à l’UDC, a soutenu son initiative pour une traversée de la rade, car nous estimions que c’était un moyen nécessaire afin de désengorger le centre-ville de la circulation automobile. Avec un résultat d’environ 64% de non, nous prenons acte de la décision du peuple et la respectons.

Nous pouvons regretter simplement le comportement du conseiller d’Etat Barthassat qui, dans le cadre de la campagne, a entaché la démocratie. Il n’a pas respecté son rôle et son devoir de réserve qui est dû au peuple. Ce magistrat a diffusé des éléments douteux quant à leur exactitude.

En revanche, nous pouvons nous réjouir que le MCG et l’UDC aient amené le débat sur la traversée de manière populaire, ce qui pour nous est une victoire démocratique malgré le résultat qui n’est pas allé dans notre sens. Seuls l’UDC et le MCG peuvent amener le citoyen au cœur du débat.

Maintenant, le MCG va se battre pour la grande traversée du lac et nous souhaitons que ce nouveau combat rallie tous les Genevois afin de pouvoir un jour désengorger le centre-ville et la périphérie de Genève.

 

Caisse publique d’assurance-maladie

Le Mouvement Citoyens Genevois constate que les Genevois ont soutenu majoritairement la Caisse publique, a contrario de la majorité des cantons. Nous sommes satisfaits  du résultat genevois qui envoie un message clair à l’ensemble de la Suisse que notre canton ne peut plus continuer avec le système actuel. Il n’est pas supportable pour un canton de 430’000 habitants d’avoir une prime moyenne de 500 francs par mois et par personne.

Le Mouvement Citoyens Genevois va continuer avec énergie à étudier toutes les solutions possibles afin de soulager nos citoyens qui sont fortement mis à contribution.

 

TVA dans la restauration

Nous constatons que la campagne par rapport à la TVA n’a pas suscité un grand débat et le résultat que ce n’est pas un sujet qui a motivé les électeurs, qui dans le doute ont souhaité le statu quo.

 

Roger GOLAY, président du MCG

Eric STAUFFER, président d’honneur du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

 

Stop à l’arrogance de certains élus transfrontaliers !

Le MCG exige la dénonciation de la convention entre le Conseil d’Etat genevois et des élus français pour des projets transfrontaliers à hauteur de 289,7 millions de francs.

Le Mouvement Citoyens Genevois est scandalisé par l’attitude de certains élus français qui estiment que la Suisse et particulièrement Genève sont leurs grasses vaches à lait, pour payer leurs infrastructures qui les concernent.

En effet, réunis le 18 septembre à Lyon, les représentants des instances départementales et régionales ainsi que le représentant de l’Etat ont pris la décision de suspendre la signature de l’accord sur les prestations concernant le projet d’agglomération Grand Genève 2. On se félicite de leur décision, puisqu’ils se rendent compte des difficultés de la mise en place de leur utopie.

Toutefois, le club des « mendiants » s’est réveillé hier en sursaut pour réclamer à la Confédération le financement de leurs projets pseudo-transfrontaliers. De plus, ils se permettent de réclamer les 289,7 millions de francs promis à l’époque par des conseillers d’Etat farfelus et inconscients, alors que les finances de l’Etat de Genève étaient déjà dans le rouge vif.

Le MCG rappelle que le peuple, le 18 mai, a donné un signe très clair au Gouvernement, soit qu’il n’était pas disposé à investir en France. Le Mouvement Citoyens Genevois exige un courage gouvernemental afin de dénoncer, suite à ce vote, cette convention irresponsable signée en 2012. En effet, à l’heure de l’étude du budget 2015, nous nous rendons compte qu’il n’est plus possible de donner suite à cette convention.

Nous interviendrons au niveau national afin de dénoncer cette attitude.

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

 

Dérapage infamant de la TSR: le MCG exige des excuses

La TSR assimile un présumé meurtrier au Mouvement Citoyens Genevois, deuxième force politique du canton. Est-ce que la TSR a perdu la raison ?

Dans son journal télévisé de 12h45, la Télévision suisse romande relate le début du procès pour meurtre de l’employé TPG qui a tué son chef, qui était français précise la journaliste. La TSR manipule une affaire criminelle pour une utilisation politique, en assimilant un meurtrier présumé avec un parti gouvernemental.

C’est une atteinte à l’honneur des plus de 100 élus MCG, dont 20 députés, un conseiller d’Etat, un conseiller national et un magistrat communal, que de dire que « ce procès est un petit peu le procès du Mouvement citoyens genevois ». Le MCG exige des excuses publiques de la part de la TSR qui fait une assimilation scandaleuse en se servant d’un drame qui s’est déroulé à Genève et n’a rien à voir avec le MCG.

De pareils procédés sont en contradiction flagrante avec la déontologie journalistique, d’autant plus quand cela provient d’une télévision étatique. La journaliste est en plein délire subjectif. Ses affirmations ne reposent sur aucun fait vérifiable, ce qui confine aux pires calomnies.

La TSR a osé affirmer : « On a l’impression que ce procès, c’est un petit peu le procès du Mouvement citoyens genevois, le parti anti-frontalier genevois ». Si on suit le raisonnement inadmissible de la journaliste, le mot d’ordre du MCG est d’abattre physiquement tous les frontaliers, ce qui est une infamie. Ces propos laissent entendre que le MCG, en voulant défendre la priorité de l’emploi pour les résidents genevois, serait l’instigateur implicite du crime porté devant la justice pénale.

En conclusion, nous nous réservons le droit d’agir par toutes voies légales, de manière individuelle et/ou collective, à l’encontre de la TSR, si demain à midi la vidéo incriminée figure toujours sur le site de la TSR.

Le 12h45 – Procès du meurtrier d’un cadre des TPG: le point avec Aline Inhofer<http://www.rts.ch/video/info/journal-12h45/6163685-proces-du-meurtrier-d-un-cadre-des-tpg-le-point-avec-aline-inhofer.html>

www.rts.ch<http://www.rts.ch>

Roger GOLAY, président du MCG

Eric STAUFFER, président d’honneur du MCG

Un budget 2015 équilibré mais qui ne répond pas aux attentes du MCG

Ce matin, le Mouvement Citoyens Genevois a pris connaissance du projet de budget 2015 du Conseil d’Etat, qui ne répond à nos attentes.

Si nous pouvons nous féliciter d’un budget équilibré au niveau financier, nous regrettons certaines options prises qui défavorisent encore et encore la fonction publique, les classes moyennes et précaires qui trinquent.

Nous faisons allusion essentiellement à la suppression de l’annuité, à la liquidation de certains subsides d’assurance-maladie ainsi que de diverses prestations sociales. Nous constatons que la politique menée depuis de nombreuses années par les gouvernements successifs et par les partis traditionnels (PLR, PS, Verts, PDC) font qu’aujourd’hui les Genevois doivent payer la note d’actions désastreuses. Nous pouvons nous apercevoir dans ce budget que la facture du CEVA pèsera très lourd et est la cause des difficultés financières que Genève connaît aujourd’hui, alors que nous aurions mieux fait d’investir dans la formation.

Il va de soi que le Mouvement Citoyens Genevois va étudier attentivement ce budget et va chercher des économies afin de trouver un équilibre qui ne touche pas si durement certaines couches sociales.

Roger GOLAY, président du MCG

Jean-Marie VOUMARD, chef du groupe des députés MCG

Eric STAUFFER, président d’honneur du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Feux clignotants, Ecole-de-Médecine: grandes victoires pour le MCG

Grâce aux interventions du MCG, des progrès notables ont été apportés pour améliorer la fluidité du trafic à Genève.

Le Mouvement Citoyens Genevois est très satisfait que le Conseil d’Etat ait exécuté diverses solutions que nous avions déposées. Il s’agit en particulier du projet de loi, proposé par le MCG et accepté par le Parlement pour mettre en place à certains carrefour des feux clignotants afin d’améliorer la fluidité du trafic.

Aujourd’hui, le Conseil d’Etat a répondu à notre demande en plaçant déjà 42 carrefours à l’orange clignotant. Nous sommes d’autant plus satisfaits que cette mesure suit celle proposée par une résolution du MCG et validée par le Grand Conseil, qui demandait de rouvrir les deux sens de circulation à la rue de l’Ecole-de-Médecine. Cette résolution a nettement amélioré la fluidité du trafic et la qualité de vie des habitants de ce quartier.

Le MCG démontre qu’il est devenu une force de proposition et qu’il permet d’améliorer notre vie quotidienne. Nous profitons de remercier chaleureusement le conseiller d’Etat Barthassat d’avoir appliqué la politique du MCG.

En ce qui concerne les textes parlementaires, nous vous laissons le soin de les consulter :

Loi modifiant la loi d’application de la législation fédérale sur la circulation routière (LaLCR) (Pour une fluidité du trafic aux carrefours, développons les feux à l’orange clignotant !) (Loi numéro 11034)

http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11034.pdf

Résolution 727 « Supprimons les restrictions de circulation à la rue de l’Ecole-de- Médecine : la gabegie ça suffit ! »

http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/R00727.pdf

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Aéroport de Genève: entreprise suisse moins chère et écartée!

Scandaleuse attribution d’un marché public à l’Aéroport : les ingénieurs suisses EPFL sont discriminés par rapport aux français…

Ce matin (5 septembre), la « Tribune Genève » publie un article sur une entreprise suisse qui a perdu un mandat de 42 millions de francs, au profit d’une société française, pour la route douanière. Or, cetteentreprise était moins chère que la française.

Quant aux critères d’adjudication retenus par l’aéroport, ils semblent d’après nos informations scandaleux puisqu’on aurait tenu compte des bases d’évaluation françaises et non suisses. L’équivalence des diplômes de l’EPFL, réputés internationalement, n’aurait pas été reconnue par l’aéroport, ce qui relève du grotesque, si ce fait est confirmé.

Eric Stauffer réclame une enquête

Le député et représentant du MCG à l’aéroport Eric Stauffer, interrogé par les médias, s’est offusqué de telles pratiques et souhaite l’ouverture d’une enquête administrative. Il demande une modification totale de certaines de ces pratiques.

Il semblerait qu’une fois de plus les attributions de marchés par des autorités publiques soient contestables.

Le MCG ne peut tolérer que de pareilles pratiques aient lieu à Genève où les diplômes prestigieux de notre pays sont considérés comme des chiffons de papier alors que les équivalents français sont placés bien au-dessus de leur valeur réelle.

La société suisse écartée par l’Aéroport nous apprend qu’une longue lettre a été envoyé à un membre du Conseil d’Etat de l’Entente qui n’y a pas donné suite, ce qui démontre le peu d’intérêt que certains partis ont pour notre pays.

Nous demandons à l’Aéroport de Genève d’arrêter de faire l’autruche et de nous expliquer valablement pourquoi on a discriminé une société suisse sur la base d’arguments aussi peu sérieux et pour quelles raisons.

Il conviendra également de revoir les mécanismes d’appels d’offres afin qu’un scandale tel que celui-ci ne soit plus possible.

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Attaques de M. Vielliard: Ingérence inadmissible dans les affaires genevoises !

Le Mouvement Citoyens Genevois condamne fermement les propos du Maire de Saint-Julien, Antoine Vielliard, dans la « Tribune de Genève » (3 septembre). Le  MCG a pris connaissance avec indignation de la déclaration méprisante envers le MCG, 2e force politique du Parlement genevois, de cet élu d’une bourgade de France voisine qui siège au conseil d’administration des TPG. Ainsi, il insulte environ le quart des électeurs genevois.

Genève n’a  pas attendu cet énergumène et l’excès de frontaliers pour développer sa prospérité et surtout la qualité de ses services ainsi que de ses produits.

Nous trouvons intolérable que le Conseil d’Etat ait décidé de choisir cette personne pour siéger au conseil d’administration des TPG, personnalité connue pour donner des leçons sur la manière de gérer notre canton.

Tout fraîchement entré en fonction cette semaine, il devrait garder son devoir de réserve.

Ces propos n’influenceront pas notre politique genevoise.

Le MCG continuera à se battre pour défendre les habitants de Genève, qui sont menacés par un nombre excessif de frontaliers permis G. Trop de résidents connaissent le chômage, la précarité et la misère en raison de cette concurrence excessive. Cela dérange le maire de Saint-Julien, qui confond son rôle de maire d’un bourg avec des ambitions au-dessus de ses moyens.

Pour le MCG, il sera difficile de soutenir le développement des transports publics avec un tel représentant au conseil d’administration des TPG.

Nous demandons la démission de M. Vielliard.

 

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG