Scandaleuse attribution d’un marché public à l’Aéroport : les ingénieurs suisses EPFL sont discriminés par rapport aux français…

Ce matin (5 septembre), la « Tribune Genève » publie un article sur une entreprise suisse qui a perdu un mandat de 42 millions de francs, au profit d’une société française, pour la route douanière. Or, cetteentreprise était moins chère que la française.

Quant aux critères d’adjudication retenus par l’aéroport, ils semblent d’après nos informations scandaleux puisqu’on aurait tenu compte des bases d’évaluation françaises et non suisses. L’équivalence des diplômes de l’EPFL, réputés internationalement, n’aurait pas été reconnue par l’aéroport, ce qui relève du grotesque, si ce fait est confirmé.

Eric Stauffer réclame une enquête

Le député et représentant du MCG à l’aéroport Eric Stauffer, interrogé par les médias, s’est offusqué de telles pratiques et souhaite l’ouverture d’une enquête administrative. Il demande une modification totale de certaines de ces pratiques.

Il semblerait qu’une fois de plus les attributions de marchés par des autorités publiques soient contestables.

Le MCG ne peut tolérer que de pareilles pratiques aient lieu à Genève où les diplômes prestigieux de notre pays sont considérés comme des chiffons de papier alors que les équivalents français sont placés bien au-dessus de leur valeur réelle.

La société suisse écartée par l’Aéroport nous apprend qu’une longue lettre a été envoyé à un membre du Conseil d’Etat de l’Entente qui n’y a pas donné suite, ce qui démontre le peu d’intérêt que certains partis ont pour notre pays.

Nous demandons à l’Aéroport de Genève d’arrêter de faire l’autruche et de nous expliquer valablement pourquoi on a discriminé une société suisse sur la base d’arguments aussi peu sérieux et pour quelles raisons.

Il conviendra également de revoir les mécanismes d’appels d’offres afin qu’un scandale tel que celui-ci ne soit plus possible.

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG