Le Mouvement Citoyens Genevois condamne fermement les propos du Maire de Saint-Julien, Antoine Vielliard, dans la « Tribune de Genève » (3 septembre). Le  MCG a pris connaissance avec indignation de la déclaration méprisante envers le MCG, 2e force politique du Parlement genevois, de cet élu d’une bourgade de France voisine qui siège au conseil d’administration des TPG. Ainsi, il insulte environ le quart des électeurs genevois.

Genève n’a  pas attendu cet énergumène et l’excès de frontaliers pour développer sa prospérité et surtout la qualité de ses services ainsi que de ses produits.

Nous trouvons intolérable que le Conseil d’Etat ait décidé de choisir cette personne pour siéger au conseil d’administration des TPG, personnalité connue pour donner des leçons sur la manière de gérer notre canton.

Tout fraîchement entré en fonction cette semaine, il devrait garder son devoir de réserve.

Ces propos n’influenceront pas notre politique genevoise.

Le MCG continuera à se battre pour défendre les habitants de Genève, qui sont menacés par un nombre excessif de frontaliers permis G. Trop de résidents connaissent le chômage, la précarité et la misère en raison de cette concurrence excessive. Cela dérange le maire de Saint-Julien, qui confond son rôle de maire d’un bourg avec des ambitions au-dessus de ses moyens.

Pour le MCG, il sera difficile de soutenir le développement des transports publics avec un tel représentant au conseil d’administration des TPG.

Nous demandons la démission de M. Vielliard.

 

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG