Le MCG exige la dénonciation de la convention entre le Conseil d’Etat genevois et des élus français pour des projets transfrontaliers à hauteur de 289,7 millions de francs.

Le Mouvement Citoyens Genevois est scandalisé par l’attitude de certains élus français qui estiment que la Suisse et particulièrement Genève sont leurs grasses vaches à lait, pour payer leurs infrastructures qui les concernent.

En effet, réunis le 18 septembre à Lyon, les représentants des instances départementales et régionales ainsi que le représentant de l’Etat ont pris la décision de suspendre la signature de l’accord sur les prestations concernant le projet d’agglomération Grand Genève 2. On se félicite de leur décision, puisqu’ils se rendent compte des difficultés de la mise en place de leur utopie.

Toutefois, le club des « mendiants » s’est réveillé hier en sursaut pour réclamer à la Confédération le financement de leurs projets pseudo-transfrontaliers. De plus, ils se permettent de réclamer les 289,7 millions de francs promis à l’époque par des conseillers d’Etat farfelus et inconscients, alors que les finances de l’Etat de Genève étaient déjà dans le rouge vif.

Le MCG rappelle que le peuple, le 18 mai, a donné un signe très clair au Gouvernement, soit qu’il n’était pas disposé à investir en France. Le Mouvement Citoyens Genevois exige un courage gouvernemental afin de dénoncer, suite à ce vote, cette convention irresponsable signée en 2012. En effet, à l’heure de l’étude du budget 2015, nous nous rendons compte qu’il n’est plus possible de donner suite à cette convention.

Nous interviendrons au niveau national afin de dénoncer cette attitude.

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG