Ce député s’illustre par le dénigrement systématique du MCG. Il n’a d’ailleurs aucun autre bilan politique à son actif…

Le Mouvement Citoyens Genevois a été outré des déclarations faites publiquement par ce personnage suite à la gigantesque bévue du Président du Grand Conseil, qui a fait expulser par la police le Vice-Président Eric Stauffer vendredi 10 octobre. En effet, Maître s’est autorisé à traiter certains parlementaires MCG de « fascistes », « voyous » et « mafieux », propos indignes de la part d’un élu du peuple.

Venant de quelqu’un qui était absent plusieurs mois de Genève pour des raisons opaques, qui de ce fait ne s’est pas inquiété des conséquences de son éloignement sur les institutions genevoises, on s’étonnera de le voir donner des leçons de démocratie et surtout de moralité.

Maître ferait mieux de travailler pour le bien de ses concitoyens au lieu d’être un adepte de la polémique stérile et de la zizanie. Pour l’instant, nous constatons que ce personnage n’a pas obtenu une seule victoire politique. Il est bon de rappeler que Maître avait polémiqué sur les jetons de présence et à ce jour, sur le plan financier, nous n’avons pas appris qu’il avait renoncé à ladite augmentation.

Grands donneurs de leçons, plusieurs députés PDC n’hésitent pas à traiter de plus en plus souvent les députés MCG de « fascistes » ou de « fachos ». Ils feraient mieux de regarder dans le rétroviseur leur passé en ce domaine qui n’est de loin pas si reluisant.

Dans les années 1920 et 1930, proches des idées corporatistes en vogue chez Mussolini, les démocrates-chrétiens d’alors (appelés  conservateurs chrétiens-sociaux) soutenaient beaucoup d’idées des fascistes italiens. Dans les années 1930, ils se sont d’ailleurs illustrés en s’apparentant à l’Union nationale de Géo Oltramare, qui a fini collaborateurs des Allemands à Radio-Paris dans les années les plus sombres de l’Occupation. Ces démocrates-chrétiens étaient d’ailleurs bien accompagnés par les libéraux (appelés démocrates en ce temps-là) et les radicaux.

Le passé sombre du Parti démocrate-chrétien n’a fait l’objet d’aucune excuse publique, alors qu’ils devraient avoir un devoir de mémoire.

Le tout jeune Maître ne maîtrise pas le passé de son parti et le sens des mots, en traitant certains députés MCG de fascistes. Quant aux qualificatifs de voyous et de mafieux, vu les procédés utilisés par Maître, nous restons dubitatifs.

Le passé obscur de son parti devrait faire réfléchir le jeune Maître qui serait bien avisé de mesurer ses paroles et de ne pas utiliser des mots qu’il ne Maîtrise pas.

Roger GOLAY, président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG