NON à l’affaiblissement de la police!

La nouvelle loi sur la police sera catastrophique et très coûteuse, tant elle comporte d’erreurs, de défauts et de dangers. Elle a même été désavouée partiellement par le Tribunal fédéral.

Deux comités référendaires distincts ont obtenu 13’161 signatures (sur 7295 nécessaires), le premier lancé par le MCG et le second par Ensemble à Gauche. Des citoyens hors partis ont massivement soutenu ces référendums.

 

Il faut donc voter NON sans hésitation

Les opposants sont tous d’accord sur le fait que cette nouvelle Loi sera une dégradation considérable par rapport à la situation actuelle. Ils ont néanmoins deux optiques différentes, donc ils ne partagent pas toutes les critiques publiées dans ces commentaires. Mais ils s’accordent sur le point essentiel de refuser la loi nouvelle, qui est fondamentalement mauvaise et vous demandent de voter NON résolument.

 

NON à la bureaucratie : plus de policiers sur le terrain

La nouvelle organisation proposée dans cette loi va créer des doublons, des hiérarchies inutiles, qui auront un coût considérable et une baisse d’efficacité, au détriment de la sécurité et de l’ordre public.

 

NON à la république des copains et des coquins

Il faut des policiers sur le terrain, servant l’intérêt général de la République et non à des directions inutiles pour améliorer certains plans de carrière.

 

NON à l’engagement de frontaliers

Le MCG ne peut tolérer l’engagement prévu de policiers frontaliers à Genève. C’est pourquoi nous demandons l’obligation de la nationalité suisse pour devenir policier.

Il est inconcevable de donner les pouvoirs de police à quelqu’un qui n’a pas la nationalité du pays, étant entendu que les permis C peuvent déjà se faire engager moyennant une demande de naturalisation. Une tentative a déjà été amorcée dans la législature 2005-2009. Quoi qu’en dise le Conseil d’Etat, la menace est bel et bien réelle.

 

NON aux écoutes téléphoniques sans contrôle

La nouvelle Loi sur la police supprime le contrôle actuel du Ministère public sur les écoutes téléphoniques et laisse le soin à un haut gradé de la police de placer les citoyens sous écoute.

 

NON à la disparition de la Gendarmerie

La nouvelle loi prévoit la disparition de la Gendarmerie, vieille de 200 ans à Genève, ce que refuse fermement le MCG.

NON à une police muselée

La nouvelle loi supprime toute liberté d’expression aux policiers, en dehors de leurs heures de travail, et sur des sujets qui n’ont rien à voir avec leur profession, ce qui crée une sous-catégorie de citoyens, contraire à notre Constitution.

 

NON à la limitation des droits des policiers

Les policiers sont les membres de l’administration les plus exposés aux procédures pénales, civiles et administratives. Avec la nouvelle loi, ils ont auront moins de droits face aux gangsters et aux grands trafiquants. La police nous protège, protégeons la police !

 

NON à la délégation des tâches de l’Etat

La nouvelle loi permet une élimination des tâches régaliennes de l’Etat, de manière sournoise. Par une formulation ambiguë, elle laisse la porte ouverte à un démantèlement progressif de la police par la délégation de tâches. Ne créons pas une sécurité à deux vitesses : l’une pour les pauvres, l’autre pour les riches. Les agences de sécurité privées ne doivent pas supplanter la police !

 

NON à une loi destructrice, bâclée et adoptée à la va-vite !

Avec un manque de dialogue et de concertation crasse entre les partis politiques et les autres partenaires, le Parlement a accepté dans la précipitation cette nouvelle loi. Elle se révèle totalement inappropriée pour la bonne organisation de la police, la sécurité des Genevoises et des Genevois.

 

NON à cette nouvelle loi désastreuse concoctée par des technocrates !