Etat de Genève: le MCG refuse le projet de budget 2016

GRAND CONSEIL

Le MCG refuse le projet de budget 2016

En commission des finances du Grand Conseil, le Mouvement Citoyens Genevois a refusé ce soir l’entrée en matière du projet de budget 2016, donnant ainsi un avertissement clair au Gouvernement. Nous ne pouvons accepter l’étude d’un budget qui compte de nombreuses incertitudes. Ce projet mal ficelé ne peut pas être examiné avec tout le sérieux qui est exigé.

Plusieurs projets de loi qui impactent directement le budget 2016 – notamment l’annulation des déductions des frais de déplacement des frontaliers – ne sont pas encore votés. Ce qui laisse une incertitude que nous ne pouvons accepter si nous voulons retrouver un équilibre budgétaire, ce qui a toujours été la politique du MCG.

Le MCG s’est engagé à défendre les mécanismes salariaux des fonctionnaires et n’a pas obtenu les garanties nécessaires lors de la discussion budgétaire. Par ailleurs, nous sommes persuadés que des ajouts de nouveaux postes – en particulier dans des états-majors de départements – sont coûteux et doivent d’abord faire l’objet d’économies.

Il s’agit également de préserver les prestations sociales pour les plus démunis, alors que des coupes sont possibles ailleurs sans toucher à ces prestations.

La paresse de la majorité du Gouvernement pour trouver de nouvelles recettes n’est pas tolérable, quand les propositions du MCG ne sont même pas étudiées, en particulier les cadeaux fiscaux de 300 millions de francs par année aux frontaliers qui n’ont jamais été renégociés, comme le barème des impôts à la source également très favorable aux frontaliers.

Nous attendons du Conseil d’Etat des propositions crédibles pour un budget 2016 cohérent.

Eric STAUFFER, député MCG (président de la commission des finances)

Jean SANCHEZ, député MCG (commissaire, commission des finances)

François BAERTSCHI, député MCG (commissaire, commission des finances)

 

Grande victoire pour les locataires

GRAND CONSEIL

Le MCG apporte une grande victoire aux locataires !

Le Mouvement Citoyens Genevois a réuni ce vendredi 13 novembre une majorité de bon sens, en faveur des familles, au Parlement, pour un projet de loi autorisant les locataires à devenir propriétaires. Ceux-ci devront être locataires de leur logement depuis au moins cinq ans. Grâce à ce texte parlementaire, ils paieront nettement moins de loyer tout en devenant propriétaires de leur logement (le projet de loi du MCG impose un prix maximum au mètre carré de près de 1000 francs inférieurs à ceux imposés en zone de développement, prix contrôlés par l’Etat).

Qu’en est-il ? La loi LDTR, politisée par la gauche, a pris en otage les locataires depuis plus de trente ans, en les obligeant à payer des loyers exorbitants et à ne jamais rien pouvoir léguer à leurs enfants.

Jusqu’à maintenant, un locataire ne pouvait pas acheter son logement, quand bien même le propriétaire le lui proposait. Il était ainsi condamné à rester locataire. La gauche prétendant, de manière manipulatrice, qu’il pouvait y avoir des congés-ventes, ce qui est impossible aujourd’hui en vertu de la loi fédérale (droit du bail), disposition qui plus est renforcée par la loi MCG votée aujourd’hui. Les socialistes ont d’ores et déjà annoncé un référendum attaquant cette loi, en espérant faire perdurer la tonte des locataires qui paient des loyers trop chers au seul avantage politique de la gauche.

Ci-dessous vous trouverez le projet de loi voté avec un amendement déposé par le PDC et soutenu par le MCG.

 

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Cofondateur du MCG

Jean-Marie VOUMARD, Chef du groupe MCG des députés

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

 

 

Secrétariat du Grand Conseil

Projet présenté par les députés :

Mmeset MM. Ronald Zacharias, Eric Stauffer, Thierry

Cerutti, Jean-Marie Voumard, Pierre Weiss, Cyril Aellen,

Antoine Barde, Henry Rappaz, Raymond Wicky, Christo

Ivanov, Benoît Genecand, André Python, Jacques Béné,

Francisco Valentin, Pascal Spuhler, Christian Flury,

Bénédicte Montant, Lionel Halpérin, François Baertschi,

Bernhard Riedweg, Daniel Zaugg.

 

Date de dépôt : 25 mars 2014

 

PL 11408

Projet de loi

modifiant la loi sur les démolitions, transformations et

rénovations de maisons d’habitation (mesures de soutien en

faveur des locataires et de l’emploi) (LDTR) (L 5 20)

(Plus de

liberté pour les locataires)

 

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève

décrète ce qui suit :

Art. 1 Modification

La loi sur les démolitions, transformations et rénovations de maisons

d’habitation (mesures de soutien en faveur des locataires et de l’emploi),

du

25 janvier 1996, est modifiée comme suit :

 

Art. 39, al. 3 (abrogé) et al. 4, let e (nouvelle)

e) est acquis par un locataire souhaitant librement acheter l’appartement

qu’il occupe effectivement depuis 3 ans au moins. Dans ce cas, les

locataires restant dans l’immeuble doivent également obtenir la garantie

de ne pas être contraints d’acheter leur appartement ou de partir.

 

Art. 2 Entrée en vigueur

La présente loi entre en vigueur le lendemain de sa promulgation

dans la Feuille d’avis officielle.

 

 

 

 

Amendement du PDC

 

Article 39 al.4, lettre e (nouvelle teneur)

 

e) est acquis par un locataire souhaitant librement acheter l’appartement qu’il occupe effectivement depuis 5 ans au moins et à qui la teneur de l’art. 271 a, al. 1 let. c CO (protection contre le congé-vent) a été notifiée. Dans ce cas, le prix de vente du mètre carré PPE ne peut dépasser CHF 6’900.-, montant indexé annuellement à l’indice genevois des prix à la consommation, et les locataires restant dans l’immeuble doivent également obtenir la garantie de ne pas être contraints d’acheter leur appartement ou de partir.

 

Renseignements : M. Zacharias, tél. 079’200’65’17

Conseil des Etats: score encourageant de la Nouvelle Force MCG-UDC

ELECTION AU CONSEIL DES ETATS

Score encourageant de la Nouvelle Force

Le MCG a pris acte avec satisfaction du résultat sorti des urnes pour l’élection au Conseil des Etats. Malgré la non-élection du tandem Nidegger-Stauffer, nous relevons que la Nouvelle Force a obtenu un nombre de voix encourageant qui démontre que notre position sur la scène politique est bien ancrée comme troisième bloc.

L’union du MCG avec l’UDC devient ainsi incontournable pour obtenir des majorités dans de nombreux domaines. Malheureusement, le PDC Desfayes n’a toujours pas compris les enjeux qui sont de créer des alliances de circonstance (mathématiques), afin d’obtenir des succès électoraux pour mieux représenter les entités regroupées dans l’Entente et la Nouvelle Force. Nous espérons que l’échec d’avoir pu présenter un candidat de l’Entente et de la Nouvelle Force fera ouvrir les yeux au dénommé Desfayes et à ses compères.

Nous remercions tous les électeurs qui ont témoigné de leur confiance au MCG. Qu’ils en soient sincèrement remerciés.

Roger GOLAY, Président du MCG

Portes ouvertes à l’Usine: conseiller municipal du MCG exclu

Usine : porte ouverte à l’exclusion !

Un conseiller municipal MCG se voit refuser l’entrée lors des « portes ouvertes ».

Ce samedi 7 novembre était une journée « porte ouverte » au lieu alternatif dit « l’Usine », subventionné à coup de millions et plus grand débit de bière genevois. Les conseillers municipaux de la Ville de Genève, issus de tous les partis, étaient même invités par courriel à participer à la visite de ces lieux.

Le conseiller municipal MCG Jean-Philippe Haas s’est donc rendu à l’Usine où il a été reconnu par les permanents du lieu alternatif. Il lui a été signifié qu’il ne devait pas rentrer. Il lui a même été précisé que les autres conseillers municipaux du MCG, mais aussi de l’UDC, du PLR et du PDC n’étaient pas les bienvenus dans ce lieu alors qu’ils avaient été instamment invités à se rendre à l’Usine « suite aux questions et phantasmes » ( !), qui s’étaient exprimés lors du dernier Conseil municipal.

Ce comportement est une conséquence du débat démocratique qui a eu lieu au Conseil municipal sur l’Usine et n’a pas convenu aux permanents de cette institution.

Cette réaction n’encouragera pas les élus à voter le retour intégral des subventions. Il est inacceptable qu’un lieu dit public refuse des élus du peuple qui se voient empêchés d’entrer dans un centre qu’ils subventionnent lourdement.

L’Usine a montré son vrai visage lors de cette journée porte ouverte. De ce fait, on peut émettre des doutes sur le bon fonctionnement de cet établissement et le bon usage des subventions.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG