Comptes 2015: bénéfice transformé en déficit

Comptes 2015 de l’Etat de Genève

Un bénéfice transformé en déficit

Une délégation des députés MCG a participé à la séance de présentation des comptes 2015 de l’Etat de Genève ce matin. A la lecture de ces comptes, nous constatons que, hors provisions, ceux-ci sont largement bénéficiaires, à près de 200 millions de francs. La méthode qui consiste à annoncer un déficit sous cette forme est totalement invraisemblable.

En effet, nous dénonçons le procédé du Conseil d’Etat qui vise à ne pas respecter ses engagements à l’égard de la fonction publique par rapport au versement des mécanismes salariaux. Il sied de préciser que le Gouvernement a protocolé un accord avec le personnel le 17 décembre 2015, qui stipulait qu’en cas de comptes positifs 2015, il était prévu de payer l’annuité 2016 de manière rétroactive. Par conséquent, nous estimons que si le versement de l’annuité ne se fait pas, la fonction publique aura été trompée. Si cela devait être le cas, on s’interrogerait très sérieusement sur la crédibilité du Conseil d’Etat.

Même si cette provision est dévolue à la CPEG, il n’est pas acceptable que chaque année cette mesure puisse devenir un prétexte jusqu’en 2052. De ce fait, le MCG défend le respect de la parole donnée et nous demandons le versement de l’annuité.

Pour le reste, nous émettons une certaine méfiance sur les procédés du Conseil d’Etat, alors que la confiance devrait être de mise à l’approche du débat sur RIE III. Effectivement, est-ce que la fonction publique commence à faire les frais de cette réforme ? Ce n’est pas de bon augure.

Nous attendons la prochaine commission des finances, c’est-à-dire demain, pour poser des questions plus précises.

Nous déplorons avec vigueur que le Conseil d’Etat refuse de présenter un budget 2016. De mémoire, nous n’avons pas le souvenir d’un tel mépris envers la population genevoise.

Roger GOLAY, Président du MCG

Jean-Marie VOUMARD, Chef du groupe MCG au Grand Conseil

François BAERTSCHI, Député MCG à la Commission des finances

250 emplois genevois réservés aux frontaliers

FORUM DE RECRUTEMENT TRANSFRONTALIER

250 emplois genevois réservés aux frontaliers !

Des militants du MCG nous ont averti qu’un Forum de recrutement transfrontalier est organisé le jeudi 17 mars au Technopole d’Archamps, près de la frontière. Plus de 250 offres d’emplois d’entreprises suisses sont offerts aux seuls travailleurs frontaliers au travers de ce forum. Ce qui est grave également, c’est la participation d’un haut fonctionnaire, délégué à la Genève internationale de la République et canton, à une conférence ainsi que la présence d’institutions fortement subventionnées comme l’IFAGE ou la Cité des métiers.

Une question urgente écrite a été déposée au Grand Conseil, afin de faire toute la lumière sur l’implication de l’Etat de Genève dans ce Forum de recrutement transfrontalier.

Nous ne pouvons tolérer qu’une campagne agressive de l’organisme public « Pôle Emploi » vise l’emploi des résidents genevois exclusivement. Il n’est pas acceptable que les travailleurs de notre canton soient mis à l’écart du marché de l’emploi.

Avec le nombre de chômeurs et de demandeurs d’emploi hors chômage, il est totalement irresponsable, pour ces entreprises genevoises, de ne pas soutenir l’emploi local au moment où nous allons accorder des avantages aux entreprises de notre pays par la réforme RIE3, alors que celles-ci devraient également soutenir nos résidents qui traversent des moments difficiles et qui sont dans la précarité. Le MCG dénonce fermement ce genre de pratiques soutenues notamment par des institutions subventionnées.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

 

Grand Conseil – Question urgente écrite

Forum transfrontalier de l’emploi : comment se fait-il que l’Etat privilégie l’engagement de frontaliers par rapport aux résidents genevois?

Le 17 mars 2016 a lieu le « Forum transfrontalier de l’emploi » au Technopole d’Archamps, près de la frontière, avec 25 entreprises installées en Suisse et plus de 250 offres d’emplois offertes aux frontaliers titulaires de permis G. « Une journée spéciale entièrement dédiée à l’emploi en Suisse », indique la présentation. Ou comment « piquer » le travail des habitants de notre canton.

Il est demandé de se munir de son « identifiant à Pole Emploi qui est indispensable à l’émission d’un billet à une conférence ».

En lisant le programme, on découvre que la Cité des métiers figure parmi les partenaires, alors qu’elle est lourdement financée par les contribuables genevois. Il en va de même pour l’IFAGE, qui participe à cette manifestation et est grandement subventionnée.

Quant à la Genève officielle, elle cautionne cet événement en déléguant un haut fonctionnaire qui donne une conférence, en l’occurrence le « Délégué à la Genève internationale, République et canton de Genève », ce qui accorde une caution officielle de l’Etat de Genève à cette manifestation.

De nombreux habitants de ce canton sont scandalisés du fait que des emplois importants, occupés par des résidents genevois, soient menacés par cette action offensive du service officiel français « Pôle Emploi » qui vient grappiller en terres genevoises. Tout simplement parce que la France n’est pas à même de fournir les emplois suffisants à ses habitants.

A moins de vouloir aggraver le chômage à Genève, le Conseil d’Etat doit impérativement réagir et s’opposer avec vigueur à ce type d’événements, tout en  ne laissant pas ses fonctionnaires ou les organismes subventionnés y participer.

 

La question est la suivante : face aux difficultés des résidents genevois à trouver un emploi, pourquoi le Conseil d’Etat laisse-t-il un de ses hauts fonctionnaires participer à une pareille manifestation qui est un affront pour une partie de la population genevoise défavorisée ?

Nouveau dérapage du chantier du CEVA

LA FACTURE S’ALOURDIT GRAVEMENT

Nouveau dérapage du chantier du CEVA !

Les craintes exprimées par le MCG se confirment de plus en plus. La presse s’est fait l’écho cette semaine de « nouveaux signes de dérapage », selon la Tribune de Genève, qui évoque un nouveau dépassement de 8 millions de francs dû à une erreur sur le chantier du CEVA.

Cela fait suite à un surcoût de 15 millions, révélé récemment, sur les gares du CEVA conçues par l’architecte Jean Nouvel.

Le MCG constate que ce chantier mégalomane n’en finit pas de réserver de nouvelles mauvaises surprises avec des dérapages qui alourdissent les coûts de ce projet.

Il convient d’ajouter les aménagements extérieurs très coûteux pour le canton et les communes, qui s’ajoutent à la facture finale.

Les Genevois ont été trompés

Nous devons également prendre en compte l’édification future à coups de milliards de la nouvelle gare souterraine de Cornavin, qui devra être construite essentiellement afin de pouvoir accueillir le trafic du CEVA. Cela s’ajoute aux autres dépenses.

Les électeurs genevois ont été trompés. S’ils avaient su le coût réel, pour une efficacité plus que douteuse, ils auraient sans doute refusé ce projet mégalo et mal conçu.

3 milliards pour une poignée de frontaliers

Nous avions annoncé 2,5 milliards et nous pouvons maintenant craindre que nous étions bien au-dessous de la note finale qui va probablement dépasser les 3 milliards pour quelques milliers de frontaliers.

N’oublions pas que ce projet avait été annoncé, sous l’ère de Cramer, à 900 millions.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG