Conseil municipal de Thônex: Philippe Zaugg

CONSEIL MUNICIPAL DE THÔNEX

Philippe Zaugg président

A partir du 1er juin, le Conseil municipal de Thônex sera présidé par un élu MCG, Philippe Zaugg.

Elu en 2011 sur la liste du Mouvement Citoyens Genevois, Philippe Zaugg s’est investi dans les dossiers communaux, comme la culture populaire ou la sécurité.

Habitant à Thônex depuis de nombreuses années, il a eu à cœur de s’engager notamment en qualité de président de la commission de la culture, en particulier pour la 2e salle communale dédiée à la culture de proximité (salle du Bois-des-Arts). Philippe Zaugg s’est beaucoup investi dans des réalisations ou des propositions qui permettent d’améliorer la vie à Thônex, comme le vide-grenier du dernier week-end du mois de mai sur l’avenue Tronchet. Des propositions ont été faites pour la sécurité dans cette commune à proximité de la frontière, ainsi que des recherches de solutions pour améliorer la circulation sur la rue de Genève.

Pour Philippe Zaugg, il est important de faire entendre la voix de la commune au niveau cantonal, afin de défendre mieux les intérêts des citoyens.

Nous souhaitons plein succès à Philippe Zaugg pour son année de présidence au Conseil municipal de Thônex.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Le MCG soutient Thierry Cerutti

CONDAMNATION POUR UNE OPINION POLITIQUE

Le MCG soutient Thierry Cerutti

Le MCG a pris connaissance de la décision du Tribunal de police, rendue le jeudi 20 mai. Un juge du parti des Verts a condamné le député MCG et ancien maire de Vernier Thierry Cerutti, pour l’expression d’une opinion politique sur un blog.

Le Mouvement Citoyens Genevois exprime la plus grande inquiétude quant à l’objectivité et l’impartialité de la justice dans cette affaire.

En effet, dans un premier temps, le Procureur général a rendu une ordonnance de condamnation de manière expéditive sans avoir entendu lui-même Thierry Cerutti ou avoir permis à son avocat d’avoir accès au dossier. Quant au juge du Tribunal de police, qui est désigné à cette fonction afin de représenter le parti des Verts en vertu de l’obligation d’appartenir à un parti, il n’a pas pris en compte des éléments fondamentaux du dossier.

 

Une plainte qui aurait dû être classée

La plainte du parti socialiste de Vernier aurait d’ailleurs dû être classée parce que, selon ses statuts, il n’est valablement engagé juridiquement que par la signature du président et du trésorier ou du secrétaire. Or, ni le trésorier ni la secrétaire ont signé la plainte pénale.

Dans le fond, le blog de Thierry Cerutti, publié sur le site internet de la Tribune de Genève était passé inaperçu, avant que ne paraisse un communiqué du parti socialiste repris par des médias grands publics. C’est ce dernier parti qui a donc fait connaître largement le contenu de ce blog et qui vient, ensuite, s’en plaindre, en ignorant – selon la formule consacrée – que les politiques doivent avoir le cuir solide.

Ajoutons que le blog de Thierry Cerutti était beaucoup plus modéré que les abominables injures lancées régulièrement à l’encontre du MCG, dont les auteurs ne subissent jamais la moindre condamnation. Nous sommes désolés de constater qu’il existe une inégalité de traitement, que n’importe quelle personne objective pourra observer.

 

Une loi contre les juges partisans

Nous constatons par ailleurs que l’obligation actuelle, pour les juges genevois, d’être membres d’un parti politique est totalement malsaine et contraire à une justice impartiale. Elle place les magistrats dans des situations inconfortables qui ne devraient plus subsister. De plus, l’existence d’une commission occulte, qui répartit le gâteau des postes à repourvoir entre les divers partis politiques dans la plus grande opacité, est également inacceptable.

Pour y mettre fin, un projet de loi sera prochainement déposé par le MCG afin que les juges genevois ne puissent plus être membres d’un parti politique. Il leur suffira de suspendre leur éventuelle affiliation durant leur mandat de juge.

Le MCG estime que nous nous trouvons actuellement face à un dysfonctionnement d’importance et il convient d’y remédier au plus vite.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Carouge: non à une dégradation sournoise du statut du personnel

CONSEIL MUNICIPAL DE CAROUGE

Le MCG s’oppose à une dégradation sournoise du statut du personnel

Jeudi 19 mai, le Conseil municipal de Carouge – gauche et droite réunies – a soutenu un statut du personnel qui a subi de graves dégradations. Les employés de la Ville de Carouge verront leur liberté d’expression sérieusement limitée en particulier envers les élus. L’opacité régnera à la commission du personnel, ce qui pourrait servir à camoufler de nouveaux scandales.

Le groupe MCG au Conseil municipal a tenté de corriger les dangereuses dérives du nouveau Statut du personnel municipal, sans être soutenu par la gauche qui ne défend plus les travailleurs.

Ainsi, l’article 99 de ce statut sanctionne les personnes ayant exprimé des opinions sur la Ville de Carouge ou ses élus. C’est une grave attaque contre la liberté d’expression, qui est un droit fondamental. Avec cet article, si un employé se plaint d’une situation inacceptable, il contreviendra au nouveau « Statut du personnel ».

Le MCG estime que le personnel de la ville de Carouge doit disposer de ce droit fondamental d’expression.

 

Droits abusifs du Conseil administratif et du Conseil municipal

De plus, ce statut interdit au personnel de s’exprimer sur les élus lors d’une discussion privée ou publique. Le Conseil administratif et le Conseil municipal s’arrogent des droits excessifs et tout à fait abusifs.

Nous relevons également l’absence de transparence au sein de la commission du personnel. En effet, ses membres sont tenus au secret de fonction, ce qui les empêchera de communiquer les éléments traités. Dans ces conditions, on peut s’interroger sur la nécessité d’une commission du personnel dont les membres ne peuvent pas communiquer directement et largement avec le personnel de la Ville de Carouge.

 

Dégradations sournoises

Par ailleurs, le Conseil administratif peut s’épargner de motiver tout licenciement sous la forme écrite et entendre la personne qui sera licenciée. Pour la groupe MCG, nous assistons ici à une grave régression.

De plus, les employés de la Ville de Carouge vont perdre des jours de congés s’ils accomplissent leurs obligations militaires ou de service civil, ce qui est un manque d’esprit civique inacceptable.

Finalement, ce nouveau statut du personnel ressemble plus à un programme politique qu’à un vrai statut, en imposant cinq valeurs. Le Conseil administratif actuel peut exprimer ces valeurs dans un autre document officiel, s’il le juge nécessaire, mais il est inadéquat de le faire figurer dans ce « statut ».

Pour toutes ces raisons, le groupe MCG s’inquiète des dégradations sournoises auxquelles conduit ce nouveau statut du personnel de la Ville de Carouge.

Sandro PISTIS, conseiller municipal, membre du Bureau directeur du MCG

Daniel SORMANNI, vice-président du MCG

Institution subventionnée: cas de favoritisme au profit de frontaliers

INSTITUTION SUBVENTIONNEE

Cas de favoritisme au profit de frontaliers

Pour le MCG, l’engagement de nouveaux collaborateurs à l’Etat ou dans les organismes subventionnés doit être de la compétence de personnes résidant sur notre territoire.

Ce qui vient d’être dévoilé ce jour par les médias est tout à fait inadmissible. Une institution fortement subventionnée a engagé, par favoritisme, deux personnes étrangères habitant la France voisine, alors que des résidents chômeurs genevois ayant de plus grandes compétences pour ces postes ont été écartés.

Le choix du recrutement s’est fait par un directeur frontalier qui a simplement privilégié des habitants de son village. Ce type de comportement n’est probablement pas une exception. Toutefois, grâce aux investigations du magistrat Mauro Poggia, le pot aux roses, dans cette institution, a été découvert. Le MCG dénonce catégoriquement ce type de dérives de la part d’un directeur. Pour nous, il doit être lourdement sanctionné afin de ne pas avoir respecté les directives de l’Etat sur les critères d’engagement.

Le MCG estime que nous ne pouvons plus laisser des frontaliers au sein des directions ou des RH (Ressources Humaines) étatiques décider de l’engagement de personnel frontalier.

Malheureusement, nous savons que dans le secteur privé l’engagement de frontaliers par des directions en mains frontalières est courant, ce qui est un comportement intolérable avec un taux de chômage de 5,5%.

En conclusion, le MCG demande davantage de contrôles et de sanctions si nécessaire pour toutes celles et ceux qui ne respectent pas les directives fixées par le Gouvernement en matière d’engagement.

Pascal SEEGER, vice-président du MCG

Daniel SORMANNI, vice-président du MCG

Myriam Girardet élue présidente du Conseil municipal de Meyrin

CONSEIL MUNICIPAL DE MEYRIN

Myriam Girardet élue Présidente

Le Conseil municipal de Meyrin, le 17 mai 2016, a élu à l’unanimité Myriam Girardet, membre du groupe MCG, à la fonction de Présidente du Conseil municipal de Meyrin pour l’année 2016/2017.

Passionnée d’équitation et de patinage, Myriam Girardet nous amène par ses vingt années d’activité au Conseil municipal (dont deux présidences soit en 2004 et 2012) une grande expérience politique.

Par son parcours remarquable, fait de compétence, de diplomatie et de sens du dialogue, elle nous a prouvé qu’elle sait être ferme, telle une main de fer dans un gant de velours pour apaiser les tensions parfois âpres et électriques dans l’hémicycle.

C’est, pour nous, une reconnaissance de nos actions et la concrétisation d’une équipe meyrinoise qui œuvre pour le bien des citoyens.

Le groupe MCG Meyrin, deuxième parti et devenu incontournable dans cette commune, compte six élus au Conseil municipal, sous la direction de Roger Frauchiger, nouvellement élu à la fonction de chef de groupe. Le MCG Meyrin a réussi à s’imposer en à peine cinq ans.

Nous souhaitons à Myriam Girardet, une excellente année de présidence et la félicitons de manière unanime pour son mandat à venir.

Pascal SEEGER, vice-président du MCG et président de la section Meyrin

Roger FRAUCHIGER, chef du groupe MCG au Conseil municipal de Meyrin

Formation des policiers municipaux: Maudet fait opposition !

FORMATION DES POLICIERS MUNICIPAUX

Maudet fait opposition !

Suite au débat du Grand Conseil de ce jeudi 12 mai, la majorité a accepté le projet de loi 11333 pour une police municipale avec un brevet fédéral. Mais le conseiller d’Etat a refusé d’affronter le troisième débat face à une défaite annoncée. Il a ainsi coupé le débat démocratique brutalement par un procédé contestable.

Le MCG déplore que la formation des policiers municipaux nécessaire de par leurs nouvelles tâches ne soit pas prise au sérieux par le conseiller d’Etat chargé de la Sécurité.

C’est pour obtenir cette amélioration que le MCG a déposé avec l’UDC ce projet de loi qui doit donner une reconnaissance du travail des policiers municipaux et surtout améliorer leur sécurité ainsi que celle des citoyens. Face aux nouvelles menaces qui sont apparues depuis le mois de novembre 2015, c’est une nécessité de plus en plus urgente. Nous ne devons donc pas tergiverser.

Pour ne pas demander le troisième débat, le prétexte invoqué par le conseiller d’Etat se résumait à une consultation des communes genevoises.

Pour un magistrat qui n’est pas connu pour pratiquer la concertation, c’est plutôt surprenant.

Le MCG regrette que la formation de nos policiers municipaux ne soit pas prise au sérieux.

Jean-Marie VOUMARD, chef du groupe parlementaire MCG

Pascal SPUHLER, Daniel SORMANNI, Christian DECORVET, vice-présidents du MCG

Pas de soutien à RIE III sans préférence cantonale

EXPLOSION DU NOMBRE DE FRONTALIERS A GENEVE

Pas de soutien à RIE III sans préférence cantonale !

Si le nombre de frontaliers continue à exploser au détriment des résidents genevois, le MCG ne pourra pas soutenir la réforme RIE III. En avril 2016, nous approchons les 100’000 permis G pour Genève uniquement et le taux de chômage reste encore beaucoup trop élevé.

Si certaines entreprises privées genevoises continuaient à ne pas opter pour le recrutement prioritaire des résidents et à ne pas faire un effort pour engager les chômeurs, le MCG se verrait contraint de refuser de soutenir la réforme RIE III. Le Mouvement Citoyens Genevois est très inquiet face l’explosion du nombre de permis G (frontaliers) à Genève qui a atteint les 98’485 en avril 2016, tout près de la limite des 100’000 pour notre canton.

Dans le même temps, le nombre de chômeurs reste à un niveau beaucoup trop élevé avec un taux de 5,5%, et ce nonobstant l’action efficace du conseiller d’Etat MCG Mauro Poggia qui a permis de freiner la hausse du chômage (-0,2% en un mois), en particulier dans les embauches du secteur public ou assimilé grâce à la directive dite de « préférence cantonale ».

Le problème se trouve maintenant dans certaines entreprises privées qui n’ont pas conscience de la responsabilité sociale qui leur incombe. On constate, en particulier, un chômage de 15% dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, où le dumping salarial fait exploser le nombre des euro-frontaliers.

Si des engagements fermes de privilégier le recrutement de chômeurs genevois ne sont pas pris par les milieux patronaux, nous ne pourrons pas soutenir la réforme RIE III. Il est essentiel que des garanties soient apportées aux habitants de notre canton sur ce sujet. Pour le MCG, cela passe avant toute autre mesure compensatoire.

La réforme RIE III prévoit un taux unique de l’impôt sur le bénéfice des sociétés établies en Suisse, alors que les multinationales disposent actuellement de statuts spéciaux avantageux. L’enjeu est de retenir les entreprises et les emplois à Genève, mais si les entreprises vont recruter hors de nos frontières cela n’est pas tolérable pour le MCG.

Nous constatons au Grand Conseil genevois que le MCG est le seul parti qui se bat pour la préférence nationale et cantonale. Malgré les déclarations publiques, l’Entente de droite et l’Alternative de gauche s’opposent à toutes les propositions qui demandent la priorité pour les résidents genevois, sous divers prétextes. Nous nous retrouvons bien seuls pour défendre les habitants de notre canton, ses travailleurs et ses entreprises locales.

Les défenseurs de la mondialisation – de gauche ou de droite – sont actuellement majoritaires au Grand Conseil et défendent une politique suicidaire pour notre canton, son économie et sa société. Il est de plus en plus nécessaire d’avoir un MCG fort pour Genève.

Sandra GOLAY, Députée et représentante du MCG à la « Table ronde RIE III »

Ana ROCH, Présidente du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

 

 

Définition : les frontaliers permis G sont des étrangers habitant à l’étranger et travaillant en Suisse ; nous assistons depuis les années 2000 à l’apparition d’euro-frontaliers (titulaires de permis G) qui viennent de Londres, Bruxelles ou de centaines de kilomètres de Genève, dénaturant ainsi le concept originel de frontaliers.

Ville de Genève: SOS Minoteries !

VILLE DE GENEVE : ATTENTION DANGER !

Le MCG demande des actions d’urgence pour les Minoteries

Le MCG va déposer une motion au Conseil municipal de la Ville, pour assurer la sécurité dans les immeubles des Minoteries. Cette situation alarmante a déjà été vigoureusement dénoncée par notre Mouvement, qui n’a pas été entendu par le Conseil administratif.

Un dangereux incendie a frappé l’immeuble des Minoteries dimanche après-midi, mettant en péril la vie des habitants, avec des évacuations de locataires. Ces dernières semaines d’autres problèmes sont apparus, au niveau de la sécurité, dans cet immeuble. Notamment, des habitants handicapés n’ont pas pu rentrer dans leur appartement en raison d’une panne d’ascenseur.

Le MCG est déjà intervenu au Conseil municipal de la Ville pour demander au Conseil administratif d’intervenir de manière urgente. Force est de constater que nous n’avons pas été entendus et que la situation a perduré.

Nous déplorons que les autorités de la Ville de Genève ne prennent pas au sérieux ces problèmes et n’ont pas pris les mesures qui s’imposent.

Le MCG va déposer une motion afin de protéger les habitants des Minoteries.

Pascal SPUHLER, Vice-Président du MCG

Amar MADANI, Conseiller municipal du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

 

Ville de Genève: SOS Minoteries !

VILLE DE GENEVE : ATTENTION DANGER !

Le MCG demande des actions d’urgence pour les Minoteries

Le MCG va déposer une motion au Conseil municipal de la Ville, pour assurer la sécurité dans les immeubles des Minoteries. Cette situation alarmante a déjà été vigoureusement dénoncée par notre Mouvement, qui n’a pas été entendu par le Conseil administratif.

Un dangereux incendie a frappé l’immeuble des Minoteries dimanche après-midi, mettant en péril la vie des habitants, avec des évacuations de locataires. Ces dernières semaines d’autres problèmes sont apparus, au niveau de la sécurité, dans cet immeuble. Notamment, des habitants handicapés n’ont pas pu rentrer dans leur appartement en raison d’une panne d’ascenseur.

Le MCG est déjà intervenu au Conseil municipal de la Ville pour demander au Conseil administratif d’intervenir de manière urgente. Force est de constater que nous n’avons pas été entendus et que la situation a perduré.

Nous déplorons que les autorités de la Ville de Genève ne prennent pas au sérieux ces problèmes et n’ont pas pris les mesures qui s’imposent.

Le MCG va déposer une motion afin de protéger les habitants des Minoteries.

Pascal SPUHLER, Vice-Président du MCG

Amar MADANI, Conseiller municipal du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG