CONSEIL MUNICIPAL DE CAROUGE

Le MCG s’oppose à une dégradation sournoise du statut du personnel

Jeudi 19 mai, le Conseil municipal de Carouge – gauche et droite réunies – a soutenu un statut du personnel qui a subi de graves dégradations. Les employés de la Ville de Carouge verront leur liberté d’expression sérieusement limitée en particulier envers les élus. L’opacité régnera à la commission du personnel, ce qui pourrait servir à camoufler de nouveaux scandales.

Le groupe MCG au Conseil municipal a tenté de corriger les dangereuses dérives du nouveau Statut du personnel municipal, sans être soutenu par la gauche qui ne défend plus les travailleurs.

Ainsi, l’article 99 de ce statut sanctionne les personnes ayant exprimé des opinions sur la Ville de Carouge ou ses élus. C’est une grave attaque contre la liberté d’expression, qui est un droit fondamental. Avec cet article, si un employé se plaint d’une situation inacceptable, il contreviendra au nouveau « Statut du personnel ».

Le MCG estime que le personnel de la ville de Carouge doit disposer de ce droit fondamental d’expression.

 

Droits abusifs du Conseil administratif et du Conseil municipal

De plus, ce statut interdit au personnel de s’exprimer sur les élus lors d’une discussion privée ou publique. Le Conseil administratif et le Conseil municipal s’arrogent des droits excessifs et tout à fait abusifs.

Nous relevons également l’absence de transparence au sein de la commission du personnel. En effet, ses membres sont tenus au secret de fonction, ce qui les empêchera de communiquer les éléments traités. Dans ces conditions, on peut s’interroger sur la nécessité d’une commission du personnel dont les membres ne peuvent pas communiquer directement et largement avec le personnel de la Ville de Carouge.

 

Dégradations sournoises

Par ailleurs, le Conseil administratif peut s’épargner de motiver tout licenciement sous la forme écrite et entendre la personne qui sera licenciée. Pour la groupe MCG, nous assistons ici à une grave régression.

De plus, les employés de la Ville de Carouge vont perdre des jours de congés s’ils accomplissent leurs obligations militaires ou de service civil, ce qui est un manque d’esprit civique inacceptable.

Finalement, ce nouveau statut du personnel ressemble plus à un programme politique qu’à un vrai statut, en imposant cinq valeurs. Le Conseil administratif actuel peut exprimer ces valeurs dans un autre document officiel, s’il le juge nécessaire, mais il est inadéquat de le faire figurer dans ce « statut ».

Pour toutes ces raisons, le groupe MCG s’inquiète des dégradations sournoises auxquelles conduit ce nouveau statut du personnel de la Ville de Carouge.

Sandro PISTIS, conseiller municipal, membre du Bureau directeur du MCG

Daniel SORMANNI, vice-président du MCG