ATTENTAT IGNOBLE DE NICE

Genève doit aussi prendre des mesures de sécurité

Le MCG est choqué par l’ignoble attaque perpétrée hier soir, jeudi 14 juillet, à Nice en plein feux d’artifices. Des Niçois et des touristes ont été atteints une fois de plus par la folie meurtrière d’un d’individu capable du pire. Nos pensées vont aux victimes, à leurs familles et à leurs proches.

Aussi, nous ne sommes pas à l’abri de pareil acte en Suisse, à Genève non plus. Nous le savons, notre pays a identifié 71 individus susceptibles d’être dangereux. Sans compter ceux qui ne sont pas repérés par nos services de sécurité.

Hier soir à Nice, le mode opératoire a encore changé, avec un camion lancé à toute vitesse sur une foule compacte. A ce titre, nous invitons le Conseil d’Etat à renforcer les dispositifs de sécurité de manière conséquente afin que pareil drame ne puisse se produire !

 

Des précautions à prendre

Par là-même, le MCG souhaite soulever une problématique sécuritaire majeure de notre Canton et déjà connue : les accès aux citernes d’hydrocarbures présentes à Vernier.

C’est pourquoi, nous en appelons au Conseil d’Etat sur la question des mesures prises pour assurer la sécurité des stocks de produits pétroliers présents sur la commune de Vernier, qui jouxtent plus de 5’000 personnes, une autoroute, une ligne ferroviaire internationale, ainsi que l’aéroport.

Quelles sont les mesures que le Conseil d’Etat compte prendre pour garantir la sûreté de ces exploitations ? Installations qui ne disposent que d’une sécurité lacunaire, pour ne pas dire inefficace face à ce genre de menaces. Nous n’avons pas obtenu jusqu’ici de réponse satisfaisante.

 

Appliquer la Motion 2043 !

La question n’est pas anodine suite à ces actes d’une barbarie indicible, qui nous rappellent la nécessité d’avoir un haut niveau de sécurité pour les citoyens genevois. Le MCG compte bien que l’on remette à l’ordre du jour cette problématique, enterrée depuis mars 2012, alors que la Motion 2043 amendée, acceptée par le Grand Conseil genevois, exigeait que le site de Blandonnet soit débarrassé de cette installation. Le Conseil d’Etat ne peut plus se dérober par quelques études, il doit sans tarder appliquer la décision souveraine du Grand Conseil et retirer l’autorisation d’exploitation de cet entrepôt. Il en va du respect démocratique et surtout de la vie de milliers de personnes.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG