GRAND CONSEIL

Le MCG a voté non à la loi sur l’organisation pénitentiaire

Jeudi 3 novembre 2016, la nouvelle loi d’organisation du personnel pénitentiaire (LOPP) a été acceptée par le Grand Conseil mais refusée par notre groupe. Le MCG s’est nettement opposé à la privatisation des tâches régaliennes et a refusé fermement le changement de caisse de retraite pour les nouveaux gardiens de prison. Cette dernière mesure ayant été acceptée de justesse par le Parlement, nous avons refusé la loi.

 

Le MCG s’est fortement opposé à la privatisation des tâches de convoyage des détenus et nous avons obtenu une majorité malgré l’opposition du PLR, du PDC et de l’UDC. Pour le MCG il est inacceptable que des employés sous-payés, en grande majorité des frontaliers permis G, s’occupent de cette tâche régalienne. Il y a des risques considérables pour la sécurité pour la population. Nous ne comprenons pas l’attitude de certains partis qui prônent officiellement la préférence nationale mais favorisent par leur vote l’engagement de frontaliers permis G.

Le MCG s’est également fortement opposé à la mesure lancée par les Verts, reprise par le PLR et soutenue par le PDC, qui consiste à transférer la retraite des gardiens de prison à la Caisse de pensions de l’Etat de Genève, institution qui connaît déjà de grosses difficultés alors que la caisse des gardiens de prison est saine. Cette mesure funeste, votée à deux voix de différence, a été rendue possible grâce au soutien de députés UDC qui ont fait pencher la balance en défaveur des gardiens de prison. Les nouveaux engagés subiront cette mesure irresponsable.

Pour cette raison, le MCG s’est opposé à cette loi.

 

Le MCG va déposer un projet de loi pour défendre les retraites

Afin d’empêcher cette mesure inacceptable qui consiste à rattacher les nouveaux gardiens de prison à la Caisse de pension de l’Etat de Genève et non plus à la Caisse de la police et du personnel pénitentiaire (CP), le MCG va déposer un projet de loi au Grand Conseil, afin de préserver la retraite des gardiens de prison.

 

Ana ROCH, présidente du MCG

Jean-Marie VOUMARD, chef du groupe MCG au Grand Conseil

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG