PRISONS GENEVOISES

Profond malaise du personnel

La presse a fait état d’un profond malaise à la prison de Champ-Dollon (Tribune de Genève, 2.12.2016), où un système qui fonctionnait est en train d’être cassé. Les attaques répétées contre les gardiens de prison sont par ailleurs dénoncées par leur syndicat, l’UPCP.

Au moment où le règlement sur l’organisation du personnel pénitentiaire (ROPP) va bientôt être édicté, le personnel se sent dénigré par les autorités avec des attaques tous azimuts lancées contre lui. Récemment, les partis de l’Entente (PLR, PDC) ont encore mis en cause de prétendus « avantages » du personnel, en manquant totalement de respect. Ils nient tout à fait les difficultés de cette profession, essentielle au bon fonctionnement de notre société.

Le MCG s’oppose à la destruction d’une institution qui fonctionnait bien jusqu’à peu et refuse le remplacement de professionnels respectés par des frontaliers permis G payés à vil prix ou des entreprises privées. Les tâches régaliennes de l’Etat doivent être défendues et il faut cesser les attaques au-dessous de la ceinture à l’encontre de ces serviteurs de l’Etat.

Par ailleurs, nous dénonçons toutes les offensives sournoises contre les acquis sociaux (caisse de pension, assurance-maladie, etc.) qui déstabilisent complètement une profession.

Nous sommes inquiets des dysfonctionnements qui ont été relayés par la presse et du climat de confrontation que le Département de la sécurité a engendré à l’encontre de serviteurs de l’Etat, qui ont toujours donné satisfaction.

La crainte maintenant est de se retrouver face à un conflit social en fin d’année, ce à quoi conduit la politique menée par le Département de Pierre Maudet.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG