CONVENTION RIE3

Le MCG maintient le cap

Le Bureau directeur du MCG s’est réuni mercredi 11 janvier pour prendre position sur la Convention interpartis relative à la réforme de l’imposition des entreprises (RIE 3). La décision a été prise de soutenir le résultat des négociations auxquelles le MCG a participé activement mais à certaines conditions.

Le MCG reste convaincu que la réforme de l’imposition des entreprises est nécessaire pour maintenir la compétitivité de l’économie genevoise tant sur le plan national qu’international.

La MCG a pris acte des efforts qui ont été consentis pour aboutir à ce consensus et signera donc la convention qui en est le résultat. Ce d’autant que des mesures d’accompagnement ont été obtenues en faveur des demandeurs d’emploi genevois. Cependant, il doit être constaté que parallèlement aux déclarations de bonne volonté exprimées par certains représentants patronaux, de trop nombreuses entreprises genevoises continuent à ignorer leurs responsabilités sociales et recrutent des travailleurs domiciliés à l’étranger sans même rechercher les compétences pourtant présentes sur le territoire cantonal.

Pour privilégier une politique des bas salaires à très court terme, ces entreprises mettent en péril la cohésion sociale, en étant à l’origine des tensions entre travailleurs résidents et frontaliers, tout en aggravant cette situation.

Cela étant, et dans la mesure où la convention devra être ratifiée par l’Assemblée des délégués du MCG, il est attendu des milieux patronaux de passer concrètement de la parole aux actes. Ce n’est donc qu’en présence d’un changement tangible du comportement des employeurs du canton, s’engageant à annoncer les postes de travail vacants à l’Office cantonal de l’emploi et à accorder une priorité à l’embauche aux candidats présentés à compétences égales, que le Bureau directeur du MCG demandera à l’Assemblée des délégués du parti de ratifier la convention.

Le MCG reste persuadé que la responsabilité dont il sait faire preuve sera partagée par les partenaires socio-économiques du canton, dont la réussite de cette réforme dépend désormais.

Ana ROCH, présidente du MCG

Jean-Marie VOUMARD, chef du groupe MCG au Grand Conseil