Sabotage de la Fête nationale en Ville de Genève

VILLE DE GENEVE

Le MCG dénonce le sabotage de la Fête nationale

La formule choisie pour l’édition 2017 du 1er Août, en Ville de Genève, est inacceptable pour le MCG. Au lieu de l’installer dans le traditionnel parc des Bastions, le maire d’extrême-gauche mondialiste Rémy Pagani l’a déplacé à l’extérieur au parc de la Grange. Plus grave encore, pour lui enlever le caractère d’une Fête nationale, elle est couplée avec celle d’un autre pays. Et pour couronner le tout, les forains auront l’interdiction d’ouvrir ce 1er Août, selon un ordre du Conseil administratif.

Le MCG dénonce ce sabotage réalisé par les tenants de la gauche internationaliste, qui par cette action veulent détruire un symbole fort, populaire, qui consiste à dissoudre nos valeurs helvétiques de démocratie et de liberté. Au moment où même les paroles de l’hymne national suisse dérangent, certains s’efforcent de déconstruire l’ensemble de nos symboles.

Il est incompréhensible d’avoir quitté les Bastions alors que les travaux, qui servaient de prétexte, sont terminés. Quant à la fusion des fêtes nationales de la Suisse avec un pays tiers, elle est tout à fait inacceptable. Si la communauté genevoise originaire de cet Etat pouvait être volontiers accueillie comme invitée d’honneur, que la commune de la Ville de Genève fusionne notre fête nationale avec un pays tiers ne peut pas être toléré. Cela relève d’un mondialisme qui dissout  et détruit toute identification patriotique.

Les forains, quant à eux, amènent une animation bienvenue dans notre ville et ont toute leur place dans une fête nationale populaire. Il est incompréhensible que le Conseil administratif, contrairement à d’autres années, les empêche de donner au 1er Août un attrait supplémentaire.

Nous dénonçons ce sabotage du 1er août qui n’est pas anodin. Il s’agit d’un geste éminemment politique visant à détruire notre fête nationale qui, selon la tradition, est ouverte à tous et permet de partager un moment sympathique, tout en nous donnant l’occasion d’avoir pensée et respect envers ceux qui ont permis à notre pays de se construire au fil des siècles autour des valeurs de la démocratie.

Laurent LEISI, co-responsable de la section MCG Ville de Genève

Amar MADANI, co-responsable de la section MCG Ville de Genève

Pascal SPUHLER, deuxième vice-président MCG du CM Ville de Genève

Sauver le Petit-Saconnex: succès du référendum

Village historique du Petit-Saconnex

Succès du référendum

(communiqué de presse du comité référendaire) Au début du mois de juin, suite à la décision du Conseil municipal de la Ville de Genève de modifier les limites de zones du périmètre touchant la place du village du Petit-Saconnex (PR-1219 A) un comité référendaire s’est constitué pour préserver et léguer aux générations futures le village du Petit-Saconnex, quartier convivial et tant apprécié par tous ses habitants et même bien au-delà, ainsi que les grands arbres qui y ont grandi et qui embellissent le lieu.

Arrivé au délai fixé pour récolter 4’000 signatures nécessaire au dépôt de notre référendum (5 juillet 2017), nous avons le plaisir de constater que notre référendum a rencontré beaucoup de succès auprès des habitants de la commune de Genève mais aussi auprès de nombreux habitants de notre canton, tous très soucieux du développement démesuré de Genève. Nous avons récolté bien plus que les 4’000 signatures nécessaires au dépôt de notre référendum (plus de 5’800 signatures).

Nous déposons aujourd’hui mercredi 5 juillet, à 14h, notre référendum sur le bureau du Service cantonal des votations et élections et tenons à remercier toutes celles et tous ceux qui ont permis ce succès populaire qui amènera les électeurs de la commune de Genève à se prononcer pour la première fois sur le thème de l’aménagement et du développement mené par nos autorités politiques.

Pour le comité référendaire :

Pierre-André Marti, association de Sauvegarde du Petit-Saconnex Village

Christian Gottschall, association Pic-Vert ASSPROP

François Baertschi, MCG

Eric Bertinat, UDC

Jérôme Fontana, Vert-libéraux    

NON à Prévoyance Vieillesse 2020

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

VOTATIONS DU 24 SEPTEMBRE 2017

Le MCG s’oppose à « Prévoyance Vieillesse 2020 »

Lors de son assemblée des délégués du 1er juillet 2017, le Mouvement Citoyens Genevois a pris position sur les prochaines votations du 24 septembre.

Non à « Prévoyance Vieillesse 2020 », dangereuse et mal conçue

A une très large majorité, les délégués du MCG ont refusé la réforme dénommée « prévoyance vieillesse 2020 ». A l’origine, le Conseil fédéral avait proposé uniquement un assainissement séparé de l’AVS et du 2e pilier, ce qui aurait été la bonne méthode de travail. Le projet sorti des Chambres fédérales est un hybride qui déséquilibre et dénature le système AVS connu pour sa logique et sa simplicité.

Par exemple, les nouveaux retraités recevront 70 francs de plus par mois mais pas les rentiers actuels, ce qui représente deux classes distinctes et attaque l’universalité de l’AVS. On est en train de saucissonner cette assurance sociale avec deux catégories de retraités. Chaque bénéficiaire reçoit actuellement la même somme en fonction uniquement de sa cotisation. Nous voulons garder le principe de l’AVS, qui a fait ses preuves, sans bricolage.

De plus, les rentiers actuels comme les autres habitants verront leur pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la TVA, sans avoir d’augmentation de la rente ; ils sont nombreux à ne pas disposer d’un deuxième pilier généreux.

« Prévoyance Vieillesse 2020 » prévoit également un dispositif qui est la porte ouverte pour la retraite à 70 ans, au travers d’une nouvelle flexibilité. Cette réforme qui fait passer l’âge de la retraite pour les femmes de 64 à 65 ans,  ne tient pas compte du fait que, comme le prouvent les chiffres du SECO (revenus 19% plus bas, Secrétariat de l’Etat à l’économie), l’égalité est loin d’exister dans tous les domaines.

Parmi les perdants, on trouve également les jeunes générations de 20 à 45 ans, qui devront payer la facture de la réforme, sans garantie d’avoir eux-mêmes une retraite convenable. Même si « Prévoyance Vieillesse 2020 » est acceptée, il faudra une nouvelle réforme au début des années 2030.

De manière plus générale, en mélangeant l’AVS et le deuxième pilier dans cette réforme, on se dirige vers un système unifié qui mélange les deux systèmes, c’est-à-dire une assurance-vieillesse mammouth. Au contraire, nous estimons qu’il faut garder le système AVS, complété par le deuxième pilier (LPP, caisses de pension),  le troisième pilier (assurances-vie, économies, etc.) et les prestations complémentaires.

Il n’y a pas de précipitation, au vu de la situation financière envisagée de ces institutions. Il est donc préférable que les Chambres fédérales revoient la copie et proposent un système mieux conçu qui garantisse nos retraites.

Le MCG propose de voter NON à la fois à l’arrêté sur le relèvement de la TVA et à la loi fédérale sur la réforme « Prévoyance Vieillesse 2020 », les deux sujets étant liés.

OUI à la sécurité alimentaire

Le MCG propose de voter OUI au contre-projet à l’initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire ». Les initiants ont retiré leur texte et le contre-projet a rencontré un très large appui aux Chambres fédérales. Il s’agit de modifier la Constitution fédérale pour y inscrire un concept global de sécurité alimentaire qui englobe la sauvegarde des terres agricoles, une production alimentaire adaptée au site et économe en ressources naturelles ainsi qu’une agriculture et un secteur agroalimentaire tournés vers le marché.

OUI au renforcement des droits populaires à Genève

Le MCG défend la démocratie suisse, que tant de pays nous envient. C’est pourquoi nous avons proposé au Grand Conseil genevois un nombre plus équilibré de signatures à récolter pour les référendums et initiatives. S’agissant d’un changement constitutionnel genevois, le sujet est soumis au vote populaire. Il est impératif de permettre aux électeurs de pouvoir se prononcer alors que le niveau actuel de récolte de signatures est beaucoup trop élevé.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]