Inscrivez-vous à l’université du MCG le 30 septembre 2017 !

Le 30 septembre 2017, nous vous invitons à la prochaine Université du MCG, qui se tiendra à l’Event Center de la Praille. Pour cette deuxième édition, nous avons préparé un programme que vous trouverez au dos de cette lettre. Selon la formule à succès de 2016, nous aurons des invités de qualité, dans des petits groupes, avec possibilité de participer activement (accueil café/croissant et buffet dînatoire de midi offerts).

Inscrivez-vous pour des questions d’organisation : info@mcge.ch, au 022 849 73 33 (lu-ve) ou au MCG, case postale 155, 1211 Genève 13. Pour tout renseignement au numéro de téléphone indiqué.

Grillade du MCG le dimanche 17 septembre

[et_pb_section admin_label= »section »] [et_pb_row admin_label= »row »] [et_pb_column type= »4_4″] [et_pb_text admin_label= »Text »] Venez nombreux à notre événement qui a dû être déplacé de juin au 17 septembre !

Le dimanche 17 septembre, dès 11h, aura lieu notre traditionnelle grillade, qui a dû être déplacée de Bernex à Lully (un abri sera mis à disposition en cas de mauvais temps). Chacun apporte nourriture et boisson sur le principe du buffet canadien, avec un grill mis à disposition.

Adresse : le long de la route de Soral entre Lully et Soral (tourner sur la gauche depuis Genève, prendre le chemin du Loup), dans une pépinière. (sans inscription)
[/et_pb_text] [/et_pb_column] [/et_pb_row] [/et_pb_section]

Le MCG vous souhaite une bonne rentrée 2017!

Geneve, réveille-toi !

Le MCG vous souhaite une bonne rentrée

A l’occasion de la rentrée 2017, le MCG a placé des ballons dans plusieurs lieux importants de notre canton.

Avec la rentrée scolaire, la nouvelle année commence ce 28 août 2017 autant pour les plus jeunes que pour les adultes et nous avons marqué ce moment important en installant des ballons MCG à travers les rues de Genève. Notre mouvement est prêt à relever les défis qui s’annoncent, qu’il s’agisse de la lutte contre le chômage, ou encore de la défense des intérêts de la population genevoise et de son pouvoir d’achat écorné par les assurances-maladie.

Plus que jamais la présence du MCG sera indispensable à l’avenir pour s’attaquer avec détermination aux difficultés que rencontrent les Genevois.

Notre combat est également riche d’espoir. Nous avons obtenu des résultats incontestables dans l’embauche prioritaire des résidents à l’Etat de Genève. C’est un premier pas encourageant que nous devons impérativement poursuivre dans des secteurs de plus en plus larges.

Au moment où commence cette année 2017-2018, nous avons pris l’initiative de souhaiter de manière originale une bonne rentrée à tous.

Ana ROCH, présidente du MCG

Votations en Ville de Genève: la dictature « bananière » de M. Pagani

VOTATIONS SCANDALEUSES EN VILLE DE GENEVE

Pagani établit une dictature « bananière »

Au lieu de présenter une synthèse brève et neutre des enjeux de la votation municipale du 24 septembre 2017, le maire Rémy Pagani livre aux électeurs une brochure de propagande orientée dans son sens.

Les électeurs de la Ville de Genève devront se prononcer en septembre sur quatre référendums lancés par la gauche contre des lignes budgétaires. Le maire Rémy Pagani, en personne, a battu le pavé pour récolter péniblement les signatures nécessaires, notamment lors de « vide-greniers ».

Le même Pagani a présenté au Bureau du Conseil municipal  son texte qui n’était ni bref ni neutre, en mettant en avant les seuls arguments du comité référendaire, pour lequel il a œuvré et en limitant au minimum l’avis de la majorité du Conseil municipal, contre tous les usages connus. Dans cette brochure électorale, le comité référendaire a quatre fois plus de place que la majorité municipale, donnant ainsi lieu à un procédé qui s’apparente aux pratiques des dictatures « bananières ».

Le Bureau du Conseil municipal de la Ville a bien évidemment fait des propositions pour que le texte de la brochure soit équilibré et conforme aux principes démocratiques. Les référendaires et la majorité auraient eu ainsi une totale équité. Mais le maire Rémy Pagani n’a absolument pas tenu compte de ces modifications qui permettaient de trouver une solution acceptable par tous.

Au contraire, il a rajouté une introduction du comité référendaire, qui relève de la pure propagande politique. La démocratie directe, loyale et transparente, se retrouve démolie par un procédé inacceptable.

Le MCG réprouve ce type de procédés. De manière plus générale, notre politique consiste à éviter les gaspillages et la mauvaise gestion, que propose le Conseil administratif à majorité de gauche. Mais nous défendons les prestations utiles à la population ainsi qu’une politique respectueuse envers le personnel municipal, que le même Conseil administratif n’a pas hésité à licencier entre 62 et 65 ans en vertu de règlements désuets.

Il faut impérativement voter 4 fois oui, pour refuser les gaspillages de Rémy Pagani et de la majorité du Conseil administratif.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal de la Ville

Un pas déterminant vers la préférence cantonale

Un pas vers la preference cantonale

Le MCG se réjouit de la décision fédérale

Le Conseil fédéral soutient la modification de la Constitution tessinoise, qui stipule le principe de priorité à la main-d’œuvre locale suite à une initiative cantonale. Pour le MCG, c’est réjouissant mais tout à fait insuffisant. Il faut des dispositions concrètes, c’est pour cela que nous faisons des propositions avant-gardistes et efficaces au niveau genevois.

Les grands principes sont bien beaux, mais largement insuffisants. Le MCG met ses espoirs, entre autres, dans un Projet de loi « garantissant  la  priorité  à  l’emploi  des  résidents  sur  le  territoire  suisse avant la délivrance de tout permis de travail frontalier » (PL 12047).

L’important pour le MCG est de freiner concrètement l’afflux des frontaliers et de permettre aux habitants de notre canton d’avoir la préférence cantonale. C’est pour cette raison que notre projet de loi est largement en avance sur les grands principes tessinois. Nous proposons des restrictions dans l’attribution des permis frontaliers (G) mais également une amélioration des procédures de recrutement pour les demandeurs d’emploi

Il est indiqué dans l’exposé des motifs de ce projet de loi que « Genève  qui  connaît  depuis  toujours  un  chômage  bien  supérieur  à  la  moyenne  suisse  –  actuellement  5,5%  contre  3,5%  au  niveau  suisse  –  se  doit  d’adopter  des  dispositions  efficaces  afin,  d’une  part,  de  lutter  contre  son chômage,  et,  d’autre  part,  d’enrayer  l’augmentation  massive  et  constante  de délivrance de nouveaux permis frontaliers (G) ».

Nous avons également déposé un projet de loi (PL 12017) « Pour une économie solidaire et responsable » qui demande de taxer les employeurs de travailleurs frontaliers, afin de rétablir un équilibre entre les deux catégories d’employés.

Il y a moins d’une année, le MCG a également déposé un autre projet de loi demandant que le principe de cette préférence locale soit inscrite dans notre Constitution sous le titre « Pour une politique de préférence nationale selon le principe « les nôtres avant les autres » » (PL 11982).

Défendant depuis plus de dix ans la préférence à l’embauche pour les résidents genevois, le MCG fait fortement progresser cette cause et nous assistons maintenant à un nouveau progrès dans cette direction. La Confédération constate que, suite à l’initiative demandant un frein à l’immigration de masse et à son interprétation scandaleuse par les Chambres fédérales qui lui ont enlevé toute substance, il reste une place pour les cantons.

Grâce au MCG et à l’action déterminée de son conseiller d’Etat Mauro Poggia, le canton de Genève commence à sortir de l’impasse, en faisant des propositions concrètes et non pas en se limitant à de simples principes, comme la future loi fédérale qui n’impose aucune obligation, aucune sanction et aucun contrôle. La belle illusion…

Le MCG agit sans relâche et concrètement pour la préférence cantonale.

Daniel SORMANNI, vice-président et député MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général et député MCG

Animaux tués au Bois de la Bâtie

Animaux tués au bois de la bâtie

Le MCG veut des explications

Le chef du Service des espaces verts (SEVE) a déclaré que les euthanasies ont été décidées par le Vétérinaire cantonal. Celui-ci dément catégoriquement dans la « Tribune ». Face à un nouveau dysfonctionnement du SEVE, le MCG va déposer une interpellation.

Après avoir abattu de manière invraisemblable les arbres de la plaine de Plainpalais, pour un coût phénoménal, c’est un nouveau scandale qui frappe le SEVE. Des habitants se sont inquiétés de la disparition d’animaux dans le parc du Bois de la Bâtie.

Nous apprenons par la « Tribune » que le SEVE reconnaît avoir abattu des animaux, pour des motifs indéterminés. Alors que le chef du SEVE, Daniel Oertli, prétend (édition du 15 août 2017) que «les euthanasies sont décidées par le vétérinaire cantonal », celui-ci dément cette information dans le journal du lendemain. Il indique ne pas avoir le pouvoir de prendre une telle décision et qu’il en est simplement informé.

Nous sommes surpris des pratiques du SEVE qui se prend des libertés inexpliquées sur le patrimoine naturel des Genevois.

Le MCG estime que la vie des animaux doit être prise en considération avec sérieux et ne doit pas être traitée comme des objets que l’on remplace, selon les fantaisies des uns ou des autres.

Nous sommes révoltés de cet abattage, réalisé en totale opacité, démontrant un mépris non seulement à l’encontre des animaux mais aussi de la population genevoise qui est attachée aux bêtes peuplant le Bois de la Bâtie.

Nous demanderons des explications à M. Guillaume Barazzone, responsable du SEVE et de ses nombreuses dérives.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal Ville de Genève

François BAERTSCHI, conseiller municipal MCG Ville de Genève