VOTATIONS SCANDALEUSES EN VILLE DE GENEVE

Pagani établit une dictature « bananière »

Au lieu de présenter une synthèse brève et neutre des enjeux de la votation municipale du 24 septembre 2017, le maire Rémy Pagani livre aux électeurs une brochure de propagande orientée dans son sens.

Les électeurs de la Ville de Genève devront se prononcer en septembre sur quatre référendums lancés par la gauche contre des lignes budgétaires. Le maire Rémy Pagani, en personne, a battu le pavé pour récolter péniblement les signatures nécessaires, notamment lors de « vide-greniers ».

Le même Pagani a présenté au Bureau du Conseil municipal  son texte qui n’était ni bref ni neutre, en mettant en avant les seuls arguments du comité référendaire, pour lequel il a œuvré et en limitant au minimum l’avis de la majorité du Conseil municipal, contre tous les usages connus. Dans cette brochure électorale, le comité référendaire a quatre fois plus de place que la majorité municipale, donnant ainsi lieu à un procédé qui s’apparente aux pratiques des dictatures « bananières ».

Le Bureau du Conseil municipal de la Ville a bien évidemment fait des propositions pour que le texte de la brochure soit équilibré et conforme aux principes démocratiques. Les référendaires et la majorité auraient eu ainsi une totale équité. Mais le maire Rémy Pagani n’a absolument pas tenu compte de ces modifications qui permettaient de trouver une solution acceptable par tous.

Au contraire, il a rajouté une introduction du comité référendaire, qui relève de la pure propagande politique. La démocratie directe, loyale et transparente, se retrouve démolie par un procédé inacceptable.

Le MCG réprouve ce type de procédés. De manière plus générale, notre politique consiste à éviter les gaspillages et la mauvaise gestion, que propose le Conseil administratif à majorité de gauche. Mais nous défendons les prestations utiles à la population ainsi qu’une politique respectueuse envers le personnel municipal, que le même Conseil administratif n’a pas hésité à licencier entre 62 et 65 ans en vertu de règlements désuets.

Il faut impérativement voter 4 fois oui, pour refuser les gaspillages de Rémy Pagani et de la majorité du Conseil administratif.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal de la Ville