LOI SUR LA CPEG

Scandaleuse attaque sur les retraites et la fonction publique

Alors que le Conseil d’Etat bénéficie d’une scandaleuse retraite à vie, en ne cotisant quasiment rien, il s’apprête à couper très fortement dans les retraites de manière expéditive et trompeuse en réduisant les prestations de la caisse de pension de l’Etat (CPEG). Le projet de loi est présenté à la presse avant même que le Grand Conseil n’ait les explications nécessaires.

C’est le deux poids deux mesures. Le Conseil d’Etat continue de bénéficier d’une très généreuse retraite à vie pour lui-même, d’une manière qui frise l’illégalité. En revanche, il présente ce jour, mercredi 4 octobre, une loi sur la Caisse de pension de l’Etat de Genève (CPEG), qui attaque fortement la fonction publique.

Le Conseil d’Etat nous fait croire qu’il va mettre à disposition 4,8 milliards de francs, alors qu’il se contentera de financer 100 millions par an au travers d’un système complexe. L’Etat ne va jamais décaisser en une année 4,8 milliards. Ce serait impossible et cela dénote l’imposture des annonces du Conseil d’Etat. Il est scandaleux que le Gouvernement n’ait pas présenté sa nouvelle loi au Grand Conseil et qu’il donne la primeur de ses explications à la presse, afin de mieux manipuler l’information. Ce procédé est digne d’un Etat totalitaire.

Actuellement, la situation de la CPEG n’est pas aussi catastrophique que prétend le Gouvernement et il existe plusieurs possibilités pour l’avenir de nos retraites. La solution du Conseil d’Etat est une attaque massive contre la fonction publique, les salariés et les retraités. Il faut continuer la négociation pour trouver des solutions à la CPEG, pour le bien de tous.

Le MCG défendra avec ténacité une solution équitable pour la fonction publique et les Genevois.

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, chef du groupe MCG au Grand Conseil

François BAERTSCHI, député  du MCG