Référendum du MCG contre le démantèlement du statut de la police

[et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.49″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

« LA POLICE VOUS PROTEGE, PROTEGEZ LA POLICE ! »

 

 

 

Le MCG lance un référendum

 

Suite à la scandaleuse attaque contre la police au Grand Conseil, le Mouvement Citoyens Genevois lance un référendum contre le démantèlement de son statut. Nous demandons aux électrices et électeurs de soutenir ce référendum avec détermination.

 

Au moment où les criminels détenus bénéficient de soins de santé et dentaires gratuits ainsi que des avocats financés par le contribuable, les gendarmes, inspecteurs de police et gardiens de prison sont attaqués frontalement par la dégradation de leur statut. Le MCG considère qu’il doivent être respectés.

 

Le 12 octobre, une majorité hétéroclite et sournoise du Grand Conseil a décidé de s’attaquer au statut des policiers et des gardiens de prison, sans négociation entre le Conseil d’Etat et les représentants du personnel. Rappelons que le dispositif supprimé permet de poursuivre une carrière dans des conditions financières acceptables.

 

Le MCG ne peut tolérer les attaques répétées d’une majorité du Grand Conseil contre le personnel policier et pénitentiaire, tout comme sont visés, par d’autres mesures, les salariés du public et du privé. Il faut savoir que bientôt personne ne sera à l’abri si on continue dans cette direction.

 

C’est pourquoi il convient impérativement de signer et faire signer ce référendum.

 

La population a toujours reconnu l’effort qui était demandé aux policiers qui, de ce fait, ont toujours bénéficié d’un statut particulier.

 

Cette reconnaissance doit subsister.

 

Ana ROCH, présidente du MCG – Roger GOLAY, conseiller national MCG Daniel SORMANNI, député MCG – François BAERTSCHI, député MCG

 

Obtenir un formulaire de référendum: http://mcge.ch/wp-content/uploads/2017/10/228044_MCG_Referendum-couleurs.pdf

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Grand Conseil: attaque scandaleuse contre la police

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

CAISSE DE PENSION DE LA POLICE ET DE LA PRISON

Attaque scandaleuse contre la police

Une coalition sournoise de députés du PLR, du PDC, des Verts et d’une UDC genevoise anti-police a supprimé un mécanisme de retraite pour les policiers et les gardiens de prison. Une mesure prise sans concertation, alors que le même soir un criminel, qui a commis des actes ignobles, a été gracié par cette même majorité.

Une nouvelle attaque contre les retraites vient d’être orchestrée, jeudi soir le 12 octobre, par le PLR, parti anti-policier et anti-fonctionnaire qui a coalisé plusieurs autres groupes politiques du Grand Conseil. Les Verts et l’UDC genevoise se sont retrouvés dans leur hostilité profonde envers les employés de la police et des établissements pénitentiaires.

Cette alliance hétéroclite et sournoise a fait passer un projet de loi qui supprime le rattrapage des cotisations de retraite pour les policiers et les gardiens de prison, mécanisme qui garantit des pensions normales et permet une progression professionnelle, comme cela se pratique dans toutes les polices. L’abolition de ce mécanisme s’est réalisé sans aucune concertation avec les premiers concernés, ce qui est contraire à tous les principes du deuxième pilier et démontre la politique purement destructrice menée par le PLR et ses alliés.

Le MCG s’est une fois de plus engagé résolument pour défendre la dignité des employés du secteur de la sécurité et leurs conditions de travail.

Avant de s’en prendre aux policiers et aux gardiens de prison, cette majorité a voté la grâce pour libérer de façon hâtive un criminel qui a commis des actes ignobles. On a retrouvé une majorité de députés PLR, verts et UDC qui ont soutenu cette mesure laxiste. Il est clair que ces partis se montrent très généreux envers les criminels, qui ont droit à tous les égards, alors que des policiers faisant un travail difficile sont dans le même temps punis par cette majorité.

Il est évident que cette majorité défend les criminels et punit les policiers, en utilisant des astuces indignes.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, député MCG

Christian FLURY, député MCG

François BAERTSCHI, député MCG

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Projet Score: nouvelle attaque du Conseil d’Etat

LE PROJET SCORE APRES LA CPEG

Toute nouvelle attaque du Conseil d’Etat contre la fonction publique

Le Conseil d’Etat joue aux pyromanes. Il vient de déposer un très mauvais projet de loi demandant un changement complet de l’évaluation des salaires (Score), qui ne fera que provoquer un conflit au détriment de Genève.

Ce mercredi, le Conseil d’Etat a sorti le projet Score qui traînait dans les fonds de tiroirs depuis de nombreuses années, tellement il a été jugé mauvais. D’ores et déjà, ce projet, associé avec celui de la caisse de retraite, représente une attaque sans précédent du Conseil d’Etat contre la fonction publique. Même le gouvernement monocolore des années 1990 n’avait pas eu une telle volonté d’affrontement.

Le projet Score va défavoriser les classes salariales et de fonction les moins  bien représentées syndicalement, ce qui démontre une certaine lâcheté de la part du Gouvernement. Ce projet a été déposé sans véritable concertation avec les partenaires sociaux, ce qui est inadmissible dans un Etat de droit. C’est fondamentalement le passage du contrôle démocratique à une technocratie que personne ne peut contrôler. Pire, l’analyse de l’évaluation des fonctions manque totalement de transparence, ce qui est proprement scandaleux.

Le MCG avait déjà pris position, en début de législature, contre le projet Score et refuse d’être l’instrument d’un Gouvernement qui ne rêve que d’allumer le feu à la République. Nous considérons que la fonction publique a déjà fait de multiples efforts et de sacrifices pour amener des économies à la République. Rappelons que dans sa charte, le MCG défend tous les salariés des secteurs public et privé de la même manière.

Ana ROCH, présidente du MCG – Roger GOLAY, conseiller national MCG – Daniel SORMANNI, député MCG – François BAERTSCHI, député MCG

Grand-Saconnex: étoile jaune pour les enfants

GRAND-SACONNEX

Scandaleuse étoile jaune pour les enfants

Des habitants du Grand-Saconnex nous ont fait parvenir la photo d’une étoile jaune, distribuée par la Mairie aux élèves qui traversent convenablement la rue. Vu la symbolique macabre de l’étoile jaune, le MCG demande le retrait immédiat de cet insigne.

Le Mouvement Citoyens Genevois envoie, ce lundi 9 octobre, une lettre au Conseil administratif du Grand-Saconnex pour mettre fin à une pratique scandaleuse. Les enfants qui traversent convenablement la rue reçoivent une étoile jaune. Rappelons que l’étoile jaune était utilisée par le régime nazi, dans les années 1930-1940, pour identifier les personnes juives et les envoyer dans des camps de concentration.

Il est inacceptable que le Conseil administratif ait laissé distribuer un tel insigne aux enfants. Il n’est pas tolérable qu’un symbole tellement chargé au niveau historique soit offert comme récompense par la police municipale. Le Mouvement Citoyens Genevois ne peut tolérer qu’une commune genevoise fasse l’apologie de cette période sombre de notre histoire.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général  du MCG

Scandaleuse attaque sur les retraites et la fonction publique

LOI SUR LA CPEG

Scandaleuse attaque sur les retraites et la fonction publique

Alors que le Conseil d’Etat bénéficie d’une scandaleuse retraite à vie, en ne cotisant quasiment rien, il s’apprête à couper très fortement dans les retraites de manière expéditive et trompeuse en réduisant les prestations de la caisse de pension de l’Etat (CPEG). Le projet de loi est présenté à la presse avant même que le Grand Conseil n’ait les explications nécessaires.

C’est le deux poids deux mesures. Le Conseil d’Etat continue de bénéficier d’une très généreuse retraite à vie pour lui-même, d’une manière qui frise l’illégalité. En revanche, il présente ce jour, mercredi 4 octobre, une loi sur la Caisse de pension de l’Etat de Genève (CPEG), qui attaque fortement la fonction publique.

Le Conseil d’Etat nous fait croire qu’il va mettre à disposition 4,8 milliards de francs, alors qu’il se contentera de financer 100 millions par an au travers d’un système complexe. L’Etat ne va jamais décaisser en une année 4,8 milliards. Ce serait impossible et cela dénote l’imposture des annonces du Conseil d’Etat. Il est scandaleux que le Gouvernement n’ait pas présenté sa nouvelle loi au Grand Conseil et qu’il donne la primeur de ses explications à la presse, afin de mieux manipuler l’information. Ce procédé est digne d’un Etat totalitaire.

Actuellement, la situation de la CPEG n’est pas aussi catastrophique que prétend le Gouvernement et il existe plusieurs possibilités pour l’avenir de nos retraites. La solution du Conseil d’Etat est une attaque massive contre la fonction publique, les salariés et les retraités. Il faut continuer la négociation pour trouver des solutions à la CPEG, pour le bien de tous.

Le MCG défendra avec ténacité une solution équitable pour la fonction publique et les Genevois.

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, chef du groupe MCG au Grand Conseil

François BAERTSCHI, député  du MCG

Votations: grandes victoires du MCG

VOTATIONS FEDERALES ET CANTONALE

Grandes victoires du MCG !

Le Mouvement Citoyens Genevois prend connaissance avec satisfaction des résultats de la votation cantonale sur le renforcement des droits populaires (oui à plus de 60%) et du non genevois à « Prévoyance Vieillesse 2020 » (à près de 60% pour les deux objets soumis aux électeurs). Ce sont de grandes victoires pour le MCG qui s’était engagé dans ce sens. Sans surprise, la votation sur la sécurité alimentaire a recueilli plus de 90% de oui.

 

Le MCG était parmi les initiateurs de la loi demandant le « renforcement des droits populaires ». La population a compris qu’il fallait donner davantage la parole aux électeurs, comme le font les autres cantons. Le nombre de signatures pour les initiatives et référendums sera ainsi réduit. Il s’agit d’une victoire de la démocratie directe et nous nous en réjouissons.

Concernant « Prévoyance Vieillesse 2020 », la copie du conseiller fédéral Alain Berset n’a pas convaincu les électeurs genevois. En effet, le bricolage de diverses mesures touchant l’AVS et le deuxième pilier a laissé trop d’inconnus sur un sujet de première importance qui nous concerne tous.

Le peuple suisse repoussant cette réforme, il faudra reprendre ces questions en évitant des constructions trop compliquées qui mélangent AVS et deuxième pilier, sans augmenter l’âge de la retraite.

Pressions inadmissibles

Les pressions exercées sur la population et certains parlementaires par le parti socialiste avec en tête de file Alain Berset n’auront pas réussi à fléchir l’opinion des Suisses sur cette réforme désastreuse.

Cela démontre qu’il faut reprendre le sujet rapidement mais sur de bonnes bases.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Votation à Carouge: le MCG résiste aux gaspillages

[et_pb_section admin_label= »section »] [et_pb_row admin_label= »row »] [et_pb_column type= »4_4″] [et_pb_text admin_label= »Text »] VOTATION A CAROUGE

Le MCG résiste aux gaspillages

Le MCG prend acte de la décision des électeurs carougeois suite à la votation sur le théâtre et remercie les soutiens au référendum. Malheureusement, de nombreuses dérives ne nous ont pas permis d’obtenir une majorité contre ce gaspillage à 54 millions.

Nous remercions les Carougeois qui nous ont soutenus en votant non à la destruction-reconstruction du théâtre et ont fait preuve de courage, malgré une campagne massive à notre encontre. Plus du tiers des électeurs nous ont suivi contre ce gaspillage mais cela n’a pas été suffisant.

Prise de position inacceptable de la Migros

Néanmoins, cette campagne a été émaillée de nouvelles dérives. Ainsi, le texte de la brochure électorale n’a pas respecté l’objectivité prévue dans la loi, comme en Ville de Genève. Quant aux moyens considérables mis en route par les partisans du oui, nous nous interrogeons sur leur provenance. Nous déplorons qu’un commerce comme Migros Brico-Loisirs, théoriquement neutre politiquement, ait placardé des affiches pour voter oui et a pris position dans une mesure que nous ignorons, en « prétendant que les commerces carougeois vivent grâce au théâtre de Carouge », ce qui est une grave contre-vérité. Etant une coopérative qui paie pas ou peu d’impôts, la Migros a pris une position politicienne scandaleuse.

Par ailleurs, nous constatons le double langage de certains partis politiques qui, à longueur de journée, prônent la rigueur budgétaire et les économies en tout genre, mais quand il s’agit de réduire concrètement les dépenses ils sont les premiers à les faire exploser. Ils ont ainsi perdu toute crédibilité.

Les électeurs sauront se souvenir de ces incohérences. Le MCG a tenu sa ligne opposée à tout gaspillage et mauvaise gestion des finances municipales et cantonales. A l’avenir nous continuerons, sans fléchir, notre défense de la bonne gestion des deniers publics, contre tous les autres partis réunis, qui dilapident notre argent à tout va.

 

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, responsable de la section Carouge du MCG
[/et_pb_text] [/et_pb_column] [/et_pb_row] [/et_pb_section]

Ville de Genève: démission de Rémy Pagani réclamée

VOTATION EN VILLE DE GENEVE

Le MCG demande la démission immédiate du maire Pagani

La Chambre constitutionnelle genevoise annule la votation sur les coupes budgétaires en Ville, prévue ce weekend. Le maire Rémy Pagani a préparé une scandaleuse brochure électorale sur les quatre référendums municipaux soumis au vote le 24 septembre prochain.

La brochure envoyée aux électeurs de la Ville de Genève favorisait indûment l’opinion des référendaire. C’est ce que le MCG a dénoncé en signant un recours avec les autres partis de la majorité municipale.

Nous n’avions jamais vu une brochure prenant principalement parti en faveur des référendaires et ne donnant pas de manière équitable l’opinion des uns et des autres. La majorité du Bureau du Conseil municipal a tenté de raisonner le maire Rémy Pagani qui n’a pas voulu préparer un scrutin loyal avec les opinions des uns et des autres de façon équitable.

Le MCG déplore l’abus de pouvoir du maire et déplore le gâchis causé par son action irresponsable. Pour ces raisons, nous demandons la démission immédiate de Rémy Pagani et que des sanctions soient prises face à ses dérapages inacceptables.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal

Pascal SPUHLER, conseiller municipal MCG, membre du Bureau du CM

Motions MCG acceptées: poste, écoles des Pâquis, « conteneurs »…

VILLE DE GENEVE

Le Conseil municipal s’oppose à l’unanimité aux fermetures de postes

C’est un signal fort qui a été exprimé par le Conseil municipal contre les fermetures de Poste et en faveur des employés, en votant une motion du MCG à l’unanimité. Un projet d’arrêté et deux autres motions MCG ont également été acceptés. En particulier, nous demandons des mesures urgentes pour protéger les enfants contre les dealers et remédier à la dégradation de l’école des Pâquis.

Lors de la dernière session du Conseil municipal de la Ville de Genève, les 12 et 13 septembre, un projet  d’arrêté et plusieurs motions du MCG ont été acceptés. La première, intitulée « Poste : stop au démantèlement », demande au Conseil administratif « de s’opposer à toute fermeture de poste à  Genève » et « d’inviter la Poste au dialogue avant la fermeture des offices ». La situation devient difficile pour les usagers qui subissent une réduction des prestations mais aussi pour le personnel de la Poste. Il est prévu de licencier un nombre considérable d’employés dans un horizon très proche. Indépendamment des différences politiques de chacun, les conseillers municipaux ont donné, à l’unanimité,  un mandat clair au Conseil administratif afin de défendre la Poste et les postiers.

Ecole des Pâquis : prendre des mesures, vite !

La deuxième motion du MCG dénonce une situation scandaleuse à l’école des Pâquis. Les élèves se rendent à leur classe au milieu d’une odeur pestilentielle, due en particulier à la présence nocturne de dealers qui manquent aux règles élémentaires d’hygiène, en urinant dans des lieux fréquentés par les enfants du quartier. Suite au dépôt de cette motion, de premières mesures d’hygiène ont été prises mais elles sont clairement insuffisantes. Il convient de sécuriser les lieux la nuit par des grillages qui en empêchent l’accès. Une majorité des conseillers municipaux ont accepté cette motion. Charge maintenant au Conseil administratif de prendre des mesures rapidement.

Non aux « ferrazinettes » et autres « conteneurs » saisonniers

La troisième motion du MCG qui a été acceptée, s’attaque aux « conteneurs » saisonniers, ces horribles installations métalliques qui accueillent les marchands de glaces et autres stands de souvenirs. Elles ont été appelées autant « ferrazinettes », « paganinettes » du nom des magistrats municipaux qui ont fait la promotion de ces constructions. Elles sont également nommées « barcelonnettes ». Nous proposons d’étudier un projet urbanistique de qualité et durable, par exemple avec des matériaux nobles comme le bois. Il convient de s’interroger pour une exploitation à l’année. Ces constructions de chantier, que nous avons actuellement, sont indignes d’une ville comme Genève. Le Conseil municipal nous a suivi en acceptant cette motion.

OUI à la défense intelligente des prestations

Par ailleurs, un projet d’arrêté, lancé par le MCG et la majorité municipale, a également été accepté par le Conseil municipal. Cet arrêté prévoit la création d’une réserve conjoncturelle, afin de garder les sommes suffisantes pour des années plus difficiles et assurer les prestations nécessaires à la population à l’avenir. Le MCG est partisan d’une gestion sans gaspillage de l’argent de la commune de Genève, afin de défendre intelligemment les prestations municipales pour les habitants de notre Ville. C’est pourquoi nous recommandons de voter quatre fois OUI au quatre référendums municipaux sur lesquels nous nous prononçons le 24 septembre.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal

Amar MADANI, conseiller municipal MCG

Pascal SPUHLER, conseiller municipal MCG, membre du Bureau

Budget 2018: Genève est trop généreux avec la France

BUDGET 2018 – ETAT DE GENEVE

Le canton est trop généreux avec la France

Le canton de Genève envisage un déficit de 261 millions de francs pour 2018. Dans le même temps, le Gouvernement prévoit de verser près de 300 millions à la France.  Le MCG demande que l’on mette fin à cette générosité, alors que les Genevois se serrent la ceinture.

Malgré des mesures d’économies importantes, à hauteur de 470 millions de francs, le budget de 2018, présenté ce 12 septembre, laisse un déficit de 261 millions de francs. Nous assistons à une baisse des revenus fiscaux de 13 millions de francs, alors que les dépenses sociales – dues notamment à l’afflux de frontaliers dans le secteur privé qui pousse de nombreux résidents à l’aide sociale – sont en augmentation.

Une prodigalité qui doit s’arrêter !

Ce qui inquiète particulièrement le Mouvement Citoyens Genevois, ce sont les « cadeaux » que nous faisons à la France. Chaque année, nous accordons près de 300 millions à ce pays au travers d’une convention désuète de 1972, trop généreuse qui devrait être renégociée.

En parallèle, Genève se retrouve seul canton romand à verser la péréquation financière intercantonale, ce que ne font ni Vaud pourtant prospère ni le Valais qui a une fiscalité plus favorable. Pour 2018, elle augmente encore de 43,4 millions pour un coût net de 297 millions, c’est-à-dire davantage que le déficit. Comme ne cesse de le répéter le MCG, nous devons mettre fin à ce marché de dupes intercantonal et international.

Fiscalité, investissements

Quant aux revenus qui stagnent, ils semblent à première vue sous-évalués, d’autant plus que le produit intérieur brut (PIB) est prévu en hausse de 1,6% en 2018 contre 1,1% en 2017. C’est en contradiction avec les prévisions fiscales.

Par ailleurs, le MCG déplore les sommes excessives dépensées pour le CEVA et le projet d’agglomération qui alourdissent inutilement le compte des investissements et vont créer de nouvelles dépenses (sécurité à la frontière, fonctionnement du CEVA et amortissements). Nous ne devons pas tomber dans le piège du Grand Genève et de dépenses qui deviendront, à l’avenir, incontrôlables.

Lors des décisions budgétaires pour 2018, le MCG se battra avec détermination pour défendre les intérêts des habitants de notre canton, qui sont les grands oubliés. Nous ne pouvons plus en 2018 nous permettre une générosité dans une conjoncture qui devient de plus en plus difficile.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, vice-président du MCG

François BAERTSCHI, député MCG membre de la Commission des finances