Votations du 4 mars 2018: Fêtes de Genève sauvées

VOTATIONS DU 4 MARS 2018

L’initiative sur les Fêtes de Genève balayée

Le MCG se réjouit que ce projet funeste et destructeur a été rejeté. Par ailleurs, nous prenons acte des votations communales et fédérales.

L’initiative municipale qui risquait de mettre en péril de vraies fêtes de Genève, a été nettement refusée alors que le contreprojet que nous soutenions a été accepté. Après une suite de scandales financiers et d’errances, les électeurs de la Ville ont voulu remettre les pendules à l’heure. Ainsi, nous pourrons jeter les bases d’une manifestation populaire, maîtrisable et pérenne.

En revanche, toujours en Ville de Genève, nous regrettons l’issue du vote qui donne le feu vert à la destruction du Petit-Saconnex, dernier village de la commune. Si une importante minorité – 40% – s’inquiète de la destruction de notre cadre de vie, la pénurie de logements a lourdement pesé sur le vote. La même tendance se retrouve à Bernex où une urbanisation a été acceptée à 54%, alors que Chêne-Bougeries, souvent réticente à la densification, refuse de justesse deux projets immobiliers.  Cela conforte la politique du MCG qui réclame un développement de logement dans le secteur Praille-Acacias-Vernets (PAV), afin de faire baisser la pression sur d’autres quartiers et de fournir les logements ainsi que les activités nécessaires.

Toujours en Ville de Genève, nous prenons acte du refus par les électeurs de coupes budgétaires à hauteur de 2,5 millions sur un budget de 1100 millions de francs.

Pour les scrutins fédéraux, nous soutenions le Régime financier de la Confédération, nécessaire pour son bon fonctionnement, ce qui a été accepté par 87% de oui dans le canton de Genève. Concernant le vote sur l’initiative « No Billag », le MCG avait laissé la liberté de vote et nous prenons acte d’un refus à hauteur de 74% environ à Genève.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil Municipal Ville de Genève

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Communes: projet de loi MCG accepté au Grand Conseil

POUR DES COMMUNES RESPONSABLES ET PERFORMANTES

Succès d’un projet de loi MCG

Jeudi 25 janvier 2018, le Grand Conseil a adopté la proposition du député MCG Daniel Sormanni, qui accorde aux magistrats communaux un accès aux informations fiscales de l’Administration cantonale.

Grâce au projet de loi « Pour des communes responsables et performantes » (11971) qui a été voté par les députés, les communes genevoises pourront mieux élaborer leurs budgets en disposant du maximum d’informations.

 

Le but du PL 11971, qui garantit le secret fiscal, est de permettre de mieux anticiper les changements  dans les communes, afin de présenter des budgets correspondant à la réalité.

 

C’est un pas important pour donner les moyens aux maires et conseillers administratifs de mieux gérer les budgets de leurs communes et le MCG est satisfait que cette mesure de bon sens, présentée par le député Daniel Sormanni, ait été votée jeudi 25 janvier 2018.

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, chef du groupe MCG au Grand Conseil

Valeur locative: impôt gelé grâce au MCG

IMPÔT SUR LA VALEUR LOCATIVE

L’indexation est stoppée nette grâce à l’intervention du MCG

La motion du MCG demandant un moratoire pour cette hausse d’impôts a été acceptée ce jeudi soir 25 janvier 2018 par le Grand Conseil. Ainsi, les propriétaires qui occupent leur logement n’auront pas à subir une augmentation de 7,9% sur la « valeur locative » et ne seront donc pas pénalisés par une hausse injustifiée de cet impôt.

Le MCG a été choqué par l’augmentation soudaine, annoncée début janvier 2018, de cet impôt qui frappe uniquement les propriétaires occupant leur logement. Cette mesure, voulue par le Département des finances, est contraire à la Constitution qui défend l’accession à la propriété individuelle.

La motion MCG, intitulée « Coup de massue sur la « valeur locative » : un moratoire pour les petits contribuables » a été déposée au Grand Conseil ce lundi et votée en urgence lors de la séance du 25 janvier.

Ainsi les propriétaires de la classe moyenne ne seront pas pénalisés injustement avec cette augmentation. Le MCG défend concrètement les intérêts des Genevois et nous nous opposons à toutes les augmentations d’impôts camouflées. En effet, ce n’est pas en assommant les uns ou les autres que l’on obtiendra une situation équilibrée.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, député MCG

Sandro PISTIS, chef du groupe MCG au Grand Conseil

Le MCG défend les petits propriétaires et s’oppose à une hausse d’impôts

HAUSSE D’IMPOT POUR LA PROPRIETE INDIVIDUELLE

Le MCG réclame un moratoire

En début d’année l’Administration fiscale cantonale genevoise a augmenté l’impôt sur la valeur locative de 7,9%. Le Mouvement Citoyens Genevois demande un gel de cette mesure, d’autant plus que les biens immobiliers vont être prochainement réévalués. Pour le MCG c’est un mauvais coup porté à l’accession à la propriété. C’est pourquoi nous demandons un moratoire afin d’éviter cette hausse inacceptable.

Ana ROCH, présidente du MCG, Sandro PISTIS, chef du groupe MCG au Grand Conseil, François BAERTSCHI, député MCG.

 

Proposition de motion

Coup de massue sur la « valeur locative » : un moratoire pour les petits contribuables

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève
considérant :

  • Que l’accession à la propriété de son propre logement doit être encouragée ;
  • Que, suite à une information de 2007, l’Administration fiscale cantonale a décidé d’augmenter la « valeur locative » de 7,9% à partir de la déclaration d’impôts 2017 ;
  • Que cette somme apparaît contestable au moment où les taux d’intérêts sont au plus bas ;
  • Que cette ponction sur des contribuables, dont certains sont modestes, n’est pas tolérable ;
  • Que cette hausse d’impôts préfigure d’autres mauvaises surprises ;

 

invite le Conseil d’Etat

 

  • A établir un moratoire sur la « valeur locative », en gelant son montant à celui de l’année 2016.

 

EXPOSÉ DES MOTIFS

 

 

Mesdames et
Messieurs les députés,

Début janvier 2018, des petits propriétaires de leur propre logement (appartement en PPE ou villa) ont reçu l’information qu’une nouvelle hausse d’impôts leur était imposée par le Département des finances.

Il est indiqué dans le courrier de l’Administration fiscale cantonale (AFC) que, « conformément à l’information 5/2007, une indexation des valeurs locatives doit être faite à compter de la période fiscale 2017. »

L’AFC ajoute que « le taux d’indexation se détermine compte tenu de l’évolution de la moyenne des loyers de l’ensemble des logements à loyer libre déterminé par l’Office cantonal de la statistique (OCSTAT). La précédente indexation (datant de mai 2013) faisait état d’un indice de 111,1%. Celle réalisée en mai 2017 se monte quant à elle à 119,9% conduisant à une augmentation de la valeur locative de 7,90% applicable aux périodes fiscales 2017 à 2020. »

Alors que le canton de Genève devrait mener une politique d’encouragement à l’accession de son propre logement, une pareille mesure prise par le Département des finances ne va pas dans la bonne direction.

Ainsi, les dispositions d’encouragement à la propriété sont mises à mal par une fiscalité excessive qui tient compte uniquement du côté spéculatif du marché du logement.

Les signataires de cette motion estiment qu’il faut à tout prix freiner cette dérive en proposant un moratoire qui garderait l’indice à 111,1%, c’est-à-dire la valeur de 2016.

A l’heure où le Département des finances prévoit une réévaluation des biens immobiliers, qui va annoncer pour beaucoup une augmentation de l’impôt, difficile à supporter pour des nombreux petits propriétaires âgés et parfois peu fortunés – ce qui devra être étudié attentivement -, une pareille mesure est un acte de guerre contre les petits propriétaires de leur propre logement. Cela s’annonce plutôt mal.

Rappelons que la « valeur locative » est l’évaluation de ce que devrait payer un propriétaire habitant son propre logement s’il était locataire. Sur le principe, c’est déjà contestable, mais une hausse de cet impôt est un signal d’hostilité envers la propriété individuelle de son propre logement.

Une hausse de 7,9%, au moment où les taux hypothécaires baissent, relève également de la plus grande absurdité.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons, Mesdames et Messieurs les députés, de soutenir la présente motion.

Soutenez l’initiative pour freiner l’invasion frontalière

INITIATIVE FEDERALE SOUTENUE PAR LE MCG

Stop à l’invasion des frontaliers !

L’initiative fédérale, qui demande un meilleur contrôle de l’immigration vient d’être lancée par un comité auquel nous participons ainsi que la Legga, sous la houlette de l’ASIN et l’UDC.

Il s’agit de laisser la Suisse gérer son immigration de manière autonome et de ne pas être lié à des traités internationaux la privant de ce droit.

Pour le MCG, le plus important est d’avoir des conditions-cadre permettant d’arrêter l’afflux massif et incontrôlé des frontaliers qui déstabilisent le marché de l’emploi au détriment des travailleurs résidents.

Nous allons participer activement à la récolte de signatures, comme s’y est engagé Roger Golay, notre conseiller national à Berne, en qualité de membre du comité d’initiative. Par conséquent nous appelons tous nos membres ainsi que tous les Genevois à la signer. Il est important que toutes les forces combattant les effets néfastes d’une immigration incontrôlée la soutiennent.

Soyons forts et déterminés afin que Genève et la Suisse retrouvent leur souveraineté !

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, député MCG

Coup de pouce pour les entreprises citoyennes

Marchés publics

Coup de pouce pour les entreprises citoyennes

Le Gouvernement genevois, sous l’impulsion du conseiller d’Etat MCG Mauro Poggia, vient de modifier son règlement sur les marchés publics. On tiendra maintenant compte des entreprises favorisant l’insertion des chômeurs et l’intégration des personnes handicapées.

Le canton de Genève intervient déjà de manière active en faveur des demandeurs d’emploi, au travers notamment de la directive dite de préférence cantonale, mais également pour l’insertion des personnes handicapées. En cette fin d’année, c’est un nouveau pas qui est franchi avec les modifications apportées au règlement sur la passation des marchés publics. Ainsi, dans les futurs appels d’offres auprès des entreprises privées, l’Etat tiendra compte de l’effort fourni pour la lutte contre le chômage et la réinsertion professionnelle des demandeurs d’emplois, mais également de l’action en faveur de l’intégration des personnes handicapées. De plus, sont renforcés la lutte contre la sous-traitance abusive et le dumping salarial sur les marchés publics.

Cette modification du règlement fait suite à la récente entrée en vigueur de l’article 52A de la loi en matière de chômage et de l’article 7A de la loi sur l’intégration des personnes handicapées, qui permettent aux autorités adjudicatrices de retenir ces critères pour les marchés publics non soumis aux traités internationaux.

Le MCG se réjouit que de nouveaux critères soient pris en compte, comme l’action des entreprises dans l’insertion de demandeurs d’emplois locaux. Nous constatons également avec satisfaction que certaines précautions seront prises. Ainsi, la sous-traitance au deuxième degré sera interdite, sauf si elle est justifiée pour des raisons techniques ou organisationnelles.

De manière concrète, Genève agit pour que l’on tienne compte de l’effort fourni par les entreprises qui s’engagent en faveur de la cohésion sociale. C’est un progrès important pour ne pas s’arrêter au seul prix et pour favoriser les employeurs qui vont dans cette direction.

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, chef du groupe MCG au Grand Conseil

François BAERTSCHI, député MCG

Elections au Conseil d’Etat: les candidats du MCG

ELECTIONS AU CONSEIL D’ETAT

Le MCG a désigné ses 3 candidats

 

Ce samedi 18 novembre, le Mouvement Citoyens Genevois a décidé de présenter pour l’élection au Conseil d’Etat du 15 avril 2018 un ticket avec 3 candidats.

C’est ainsi que Mauro Poggia, Ana Roch et Daniel Sormanni porteront les couleurs du MCG.

Mauro Poggia, conseiller d’Etat sortant, est avocat de formation et actuellement président du Département de l’emploi, de l’action sociale et de la santé.

Ana Roch est présidente du MCG, cheffe d’entreprise, députée suppléante et conseillère municipale .

Daniel Sormanni est député et conseiller municipal de la Ville de Genève.

Le Mouvement Citoyens Genevois leur souhaite plein succès pour la campagne électorale.

 

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Référendum du MCG contre le démantèlement du statut de la police

[et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.49″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

« LA POLICE VOUS PROTEGE, PROTEGEZ LA POLICE ! »

 

 

 

Le MCG lance un référendum

 

Suite à la scandaleuse attaque contre la police au Grand Conseil, le Mouvement Citoyens Genevois lance un référendum contre le démantèlement de son statut. Nous demandons aux électrices et électeurs de soutenir ce référendum avec détermination.

 

Au moment où les criminels détenus bénéficient de soins de santé et dentaires gratuits ainsi que des avocats financés par le contribuable, les gendarmes, inspecteurs de police et gardiens de prison sont attaqués frontalement par la dégradation de leur statut. Le MCG considère qu’il doivent être respectés.

 

Le 12 octobre, une majorité hétéroclite et sournoise du Grand Conseil a décidé de s’attaquer au statut des policiers et des gardiens de prison, sans négociation entre le Conseil d’Etat et les représentants du personnel. Rappelons que le dispositif supprimé permet de poursuivre une carrière dans des conditions financières acceptables.

 

Le MCG ne peut tolérer les attaques répétées d’une majorité du Grand Conseil contre le personnel policier et pénitentiaire, tout comme sont visés, par d’autres mesures, les salariés du public et du privé. Il faut savoir que bientôt personne ne sera à l’abri si on continue dans cette direction.

 

C’est pourquoi il convient impérativement de signer et faire signer ce référendum.

 

La population a toujours reconnu l’effort qui était demandé aux policiers qui, de ce fait, ont toujours bénéficié d’un statut particulier.

 

Cette reconnaissance doit subsister.

 

Ana ROCH, présidente du MCG – Roger GOLAY, conseiller national MCG Daniel SORMANNI, député MCG – François BAERTSCHI, député MCG

 

Obtenir un formulaire de référendum: http://mcge.ch/wp-content/uploads/2017/10/228044_MCG_Referendum-couleurs.pdf

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Grand Conseil: attaque scandaleuse contre la police

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

CAISSE DE PENSION DE LA POLICE ET DE LA PRISON

Attaque scandaleuse contre la police

Une coalition sournoise de députés du PLR, du PDC, des Verts et d’une UDC genevoise anti-police a supprimé un mécanisme de retraite pour les policiers et les gardiens de prison. Une mesure prise sans concertation, alors que le même soir un criminel, qui a commis des actes ignobles, a été gracié par cette même majorité.

Une nouvelle attaque contre les retraites vient d’être orchestrée, jeudi soir le 12 octobre, par le PLR, parti anti-policier et anti-fonctionnaire qui a coalisé plusieurs autres groupes politiques du Grand Conseil. Les Verts et l’UDC genevoise se sont retrouvés dans leur hostilité profonde envers les employés de la police et des établissements pénitentiaires.

Cette alliance hétéroclite et sournoise a fait passer un projet de loi qui supprime le rattrapage des cotisations de retraite pour les policiers et les gardiens de prison, mécanisme qui garantit des pensions normales et permet une progression professionnelle, comme cela se pratique dans toutes les polices. L’abolition de ce mécanisme s’est réalisé sans aucune concertation avec les premiers concernés, ce qui est contraire à tous les principes du deuxième pilier et démontre la politique purement destructrice menée par le PLR et ses alliés.

Le MCG s’est une fois de plus engagé résolument pour défendre la dignité des employés du secteur de la sécurité et leurs conditions de travail.

Avant de s’en prendre aux policiers et aux gardiens de prison, cette majorité a voté la grâce pour libérer de façon hâtive un criminel qui a commis des actes ignobles. On a retrouvé une majorité de députés PLR, verts et UDC qui ont soutenu cette mesure laxiste. Il est clair que ces partis se montrent très généreux envers les criminels, qui ont droit à tous les égards, alors que des policiers faisant un travail difficile sont dans le même temps punis par cette majorité.

Il est évident que cette majorité défend les criminels et punit les policiers, en utilisant des astuces indignes.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, député MCG

Christian FLURY, député MCG

François BAERTSCHI, député MCG

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Projet Score: nouvelle attaque du Conseil d’Etat

LE PROJET SCORE APRES LA CPEG

Toute nouvelle attaque du Conseil d’Etat contre la fonction publique

Le Conseil d’Etat joue aux pyromanes. Il vient de déposer un très mauvais projet de loi demandant un changement complet de l’évaluation des salaires (Score), qui ne fera que provoquer un conflit au détriment de Genève.

Ce mercredi, le Conseil d’Etat a sorti le projet Score qui traînait dans les fonds de tiroirs depuis de nombreuses années, tellement il a été jugé mauvais. D’ores et déjà, ce projet, associé avec celui de la caisse de retraite, représente une attaque sans précédent du Conseil d’Etat contre la fonction publique. Même le gouvernement monocolore des années 1990 n’avait pas eu une telle volonté d’affrontement.

Le projet Score va défavoriser les classes salariales et de fonction les moins  bien représentées syndicalement, ce qui démontre une certaine lâcheté de la part du Gouvernement. Ce projet a été déposé sans véritable concertation avec les partenaires sociaux, ce qui est inadmissible dans un Etat de droit. C’est fondamentalement le passage du contrôle démocratique à une technocratie que personne ne peut contrôler. Pire, l’analyse de l’évaluation des fonctions manque totalement de transparence, ce qui est proprement scandaleux.

Le MCG avait déjà pris position, en début de législature, contre le projet Score et refuse d’être l’instrument d’un Gouvernement qui ne rêve que d’allumer le feu à la République. Nous considérons que la fonction publique a déjà fait de multiples efforts et de sacrifices pour amener des économies à la République. Rappelons que dans sa charte, le MCG défend tous les salariés des secteurs public et privé de la même manière.

Ana ROCH, présidente du MCG – Roger GOLAY, conseiller national MCG – Daniel SORMANNI, député MCG – François BAERTSCHI, député MCG