Votations du 4 mars 2018: Fêtes de Genève sauvées

VOTATIONS DU 4 MARS 2018

L’initiative sur les Fêtes de Genève balayée

Le MCG se réjouit que ce projet funeste et destructeur a été rejeté. Par ailleurs, nous prenons acte des votations communales et fédérales.

L’initiative municipale qui risquait de mettre en péril de vraies fêtes de Genève, a été nettement refusée alors que le contreprojet que nous soutenions a été accepté. Après une suite de scandales financiers et d’errances, les électeurs de la Ville ont voulu remettre les pendules à l’heure. Ainsi, nous pourrons jeter les bases d’une manifestation populaire, maîtrisable et pérenne.

En revanche, toujours en Ville de Genève, nous regrettons l’issue du vote qui donne le feu vert à la destruction du Petit-Saconnex, dernier village de la commune. Si une importante minorité – 40% – s’inquiète de la destruction de notre cadre de vie, la pénurie de logements a lourdement pesé sur le vote. La même tendance se retrouve à Bernex où une urbanisation a été acceptée à 54%, alors que Chêne-Bougeries, souvent réticente à la densification, refuse de justesse deux projets immobiliers.  Cela conforte la politique du MCG qui réclame un développement de logement dans le secteur Praille-Acacias-Vernets (PAV), afin de faire baisser la pression sur d’autres quartiers et de fournir les logements ainsi que les activités nécessaires.

Toujours en Ville de Genève, nous prenons acte du refus par les électeurs de coupes budgétaires à hauteur de 2,5 millions sur un budget de 1100 millions de francs.

Pour les scrutins fédéraux, nous soutenions le Régime financier de la Confédération, nécessaire pour son bon fonctionnement, ce qui a été accepté par 87% de oui dans le canton de Genève. Concernant le vote sur l’initiative « No Billag », le MCG avait laissé la liberté de vote et nous prenons acte d’un refus à hauteur de 74% environ à Genève.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil Municipal Ville de Genève

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Soutenez l’initiative pour freiner l’invasion frontalière

INITIATIVE FEDERALE SOUTENUE PAR LE MCG

Stop à l’invasion des frontaliers !

L’initiative fédérale, qui demande un meilleur contrôle de l’immigration vient d’être lancée par un comité auquel nous participons ainsi que la Legga, sous la houlette de l’ASIN et l’UDC.

Il s’agit de laisser la Suisse gérer son immigration de manière autonome et de ne pas être lié à des traités internationaux la privant de ce droit.

Pour le MCG, le plus important est d’avoir des conditions-cadre permettant d’arrêter l’afflux massif et incontrôlé des frontaliers qui déstabilisent le marché de l’emploi au détriment des travailleurs résidents.

Nous allons participer activement à la récolte de signatures, comme s’y est engagé Roger Golay, notre conseiller national à Berne, en qualité de membre du comité d’initiative. Par conséquent nous appelons tous nos membres ainsi que tous les Genevois à la signer. Il est important que toutes les forces combattant les effets néfastes d’une immigration incontrôlée la soutiennent.

Soyons forts et déterminés afin que Genève et la Suisse retrouvent leur souveraineté !

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, député MCG

Votations: grandes victoires du MCG

VOTATIONS FEDERALES ET CANTONALE

Grandes victoires du MCG !

Le Mouvement Citoyens Genevois prend connaissance avec satisfaction des résultats de la votation cantonale sur le renforcement des droits populaires (oui à plus de 60%) et du non genevois à « Prévoyance Vieillesse 2020 » (à près de 60% pour les deux objets soumis aux électeurs). Ce sont de grandes victoires pour le MCG qui s’était engagé dans ce sens. Sans surprise, la votation sur la sécurité alimentaire a recueilli plus de 90% de oui.

 

Le MCG était parmi les initiateurs de la loi demandant le « renforcement des droits populaires ». La population a compris qu’il fallait donner davantage la parole aux électeurs, comme le font les autres cantons. Le nombre de signatures pour les initiatives et référendums sera ainsi réduit. Il s’agit d’une victoire de la démocratie directe et nous nous en réjouissons.

Concernant « Prévoyance Vieillesse 2020 », la copie du conseiller fédéral Alain Berset n’a pas convaincu les électeurs genevois. En effet, le bricolage de diverses mesures touchant l’AVS et le deuxième pilier a laissé trop d’inconnus sur un sujet de première importance qui nous concerne tous.

Le peuple suisse repoussant cette réforme, il faudra reprendre ces questions en évitant des constructions trop compliquées qui mélangent AVS et deuxième pilier, sans augmenter l’âge de la retraite.

Pressions inadmissibles

Les pressions exercées sur la population et certains parlementaires par le parti socialiste avec en tête de file Alain Berset n’auront pas réussi à fléchir l’opinion des Suisses sur cette réforme désastreuse.

Cela démontre qu’il faut reprendre le sujet rapidement mais sur de bonnes bases.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Un pas déterminant vers la préférence cantonale

Un pas vers la preference cantonale

Le MCG se réjouit de la décision fédérale

Le Conseil fédéral soutient la modification de la Constitution tessinoise, qui stipule le principe de priorité à la main-d’œuvre locale suite à une initiative cantonale. Pour le MCG, c’est réjouissant mais tout à fait insuffisant. Il faut des dispositions concrètes, c’est pour cela que nous faisons des propositions avant-gardistes et efficaces au niveau genevois.

Les grands principes sont bien beaux, mais largement insuffisants. Le MCG met ses espoirs, entre autres, dans un Projet de loi « garantissant  la  priorité  à  l’emploi  des  résidents  sur  le  territoire  suisse avant la délivrance de tout permis de travail frontalier » (PL 12047).

L’important pour le MCG est de freiner concrètement l’afflux des frontaliers et de permettre aux habitants de notre canton d’avoir la préférence cantonale. C’est pour cette raison que notre projet de loi est largement en avance sur les grands principes tessinois. Nous proposons des restrictions dans l’attribution des permis frontaliers (G) mais également une amélioration des procédures de recrutement pour les demandeurs d’emploi

Il est indiqué dans l’exposé des motifs de ce projet de loi que « Genève  qui  connaît  depuis  toujours  un  chômage  bien  supérieur  à  la  moyenne  suisse  –  actuellement  5,5%  contre  3,5%  au  niveau  suisse  –  se  doit  d’adopter  des  dispositions  efficaces  afin,  d’une  part,  de  lutter  contre  son chômage,  et,  d’autre  part,  d’enrayer  l’augmentation  massive  et  constante  de délivrance de nouveaux permis frontaliers (G) ».

Nous avons également déposé un projet de loi (PL 12017) « Pour une économie solidaire et responsable » qui demande de taxer les employeurs de travailleurs frontaliers, afin de rétablir un équilibre entre les deux catégories d’employés.

Il y a moins d’une année, le MCG a également déposé un autre projet de loi demandant que le principe de cette préférence locale soit inscrite dans notre Constitution sous le titre « Pour une politique de préférence nationale selon le principe « les nôtres avant les autres » » (PL 11982).

Défendant depuis plus de dix ans la préférence à l’embauche pour les résidents genevois, le MCG fait fortement progresser cette cause et nous assistons maintenant à un nouveau progrès dans cette direction. La Confédération constate que, suite à l’initiative demandant un frein à l’immigration de masse et à son interprétation scandaleuse par les Chambres fédérales qui lui ont enlevé toute substance, il reste une place pour les cantons.

Grâce au MCG et à l’action déterminée de son conseiller d’Etat Mauro Poggia, le canton de Genève commence à sortir de l’impasse, en faisant des propositions concrètes et non pas en se limitant à de simples principes, comme la future loi fédérale qui n’impose aucune obligation, aucune sanction et aucun contrôle. La belle illusion…

Le MCG agit sans relâche et concrètement pour la préférence cantonale.

Daniel SORMANNI, vice-président et député MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général et député MCG

NON à Prévoyance Vieillesse 2020

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

VOTATIONS DU 24 SEPTEMBRE 2017

Le MCG s’oppose à « Prévoyance Vieillesse 2020 »

Lors de son assemblée des délégués du 1er juillet 2017, le Mouvement Citoyens Genevois a pris position sur les prochaines votations du 24 septembre.

Non à « Prévoyance Vieillesse 2020 », dangereuse et mal conçue

A une très large majorité, les délégués du MCG ont refusé la réforme dénommée « prévoyance vieillesse 2020 ». A l’origine, le Conseil fédéral avait proposé uniquement un assainissement séparé de l’AVS et du 2e pilier, ce qui aurait été la bonne méthode de travail. Le projet sorti des Chambres fédérales est un hybride qui déséquilibre et dénature le système AVS connu pour sa logique et sa simplicité.

Par exemple, les nouveaux retraités recevront 70 francs de plus par mois mais pas les rentiers actuels, ce qui représente deux classes distinctes et attaque l’universalité de l’AVS. On est en train de saucissonner cette assurance sociale avec deux catégories de retraités. Chaque bénéficiaire reçoit actuellement la même somme en fonction uniquement de sa cotisation. Nous voulons garder le principe de l’AVS, qui a fait ses preuves, sans bricolage.

De plus, les rentiers actuels comme les autres habitants verront leur pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la TVA, sans avoir d’augmentation de la rente ; ils sont nombreux à ne pas disposer d’un deuxième pilier généreux.

« Prévoyance Vieillesse 2020 » prévoit également un dispositif qui est la porte ouverte pour la retraite à 70 ans, au travers d’une nouvelle flexibilité. Cette réforme qui fait passer l’âge de la retraite pour les femmes de 64 à 65 ans,  ne tient pas compte du fait que, comme le prouvent les chiffres du SECO (revenus 19% plus bas, Secrétariat de l’Etat à l’économie), l’égalité est loin d’exister dans tous les domaines.

Parmi les perdants, on trouve également les jeunes générations de 20 à 45 ans, qui devront payer la facture de la réforme, sans garantie d’avoir eux-mêmes une retraite convenable. Même si « Prévoyance Vieillesse 2020 » est acceptée, il faudra une nouvelle réforme au début des années 2030.

De manière plus générale, en mélangeant l’AVS et le deuxième pilier dans cette réforme, on se dirige vers un système unifié qui mélange les deux systèmes, c’est-à-dire une assurance-vieillesse mammouth. Au contraire, nous estimons qu’il faut garder le système AVS, complété par le deuxième pilier (LPP, caisses de pension),  le troisième pilier (assurances-vie, économies, etc.) et les prestations complémentaires.

Il n’y a pas de précipitation, au vu de la situation financière envisagée de ces institutions. Il est donc préférable que les Chambres fédérales revoient la copie et proposent un système mieux conçu qui garantisse nos retraites.

Le MCG propose de voter NON à la fois à l’arrêté sur le relèvement de la TVA et à la loi fédérale sur la réforme « Prévoyance Vieillesse 2020 », les deux sujets étant liés.

OUI à la sécurité alimentaire

Le MCG propose de voter OUI au contre-projet à l’initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire ». Les initiants ont retiré leur texte et le contre-projet a rencontré un très large appui aux Chambres fédérales. Il s’agit de modifier la Constitution fédérale pour y inscrire un concept global de sécurité alimentaire qui englobe la sauvegarde des terres agricoles, une production alimentaire adaptée au site et économe en ressources naturelles ainsi qu’une agriculture et un secteur agroalimentaire tournés vers le marché.

OUI au renforcement des droits populaires à Genève

Le MCG défend la démocratie suisse, que tant de pays nous envient. C’est pourquoi nous avons proposé au Grand Conseil genevois un nombre plus équilibré de signatures à récolter pour les référendums et initiatives. S’agissant d’un changement constitutionnel genevois, le sujet est soumis au vote populaire. Il est impératif de permettre aux électeurs de pouvoir se prononcer alors que le niveau actuel de récolte de signatures est beaucoup trop élevé.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Succès du postulat de Roger Golay sur l’innovation

INNOVATION ET SECURITE

Le postulat de Roger Golay accepté

Après l’avis favorable du Conseil fédéral, le Conseil national vient d’accepter ce vendredi 16 juin le postulat du représentant à Berne du MCG Roger Golay intitulé « Innovation et sécurité. Une alliance d’intérêts cruciale pour la prospérité et l’autonomie de la Suisse » (17.3243).

Actuellement, il manque une politique transversale pour soutenir l’innovation en Suisse. Ce rapport devra faire une étude des incitations et des possibilités d’exploiter dans notre pays les technologies qui sont « identifiées comme cruciales pour sa prospérité comme pour sa sécurité ». Le postulat demande au Conseil fédéral « de soumettre un rapport interdépartemental sur sa stratégie d’encouragement au renforcement d’entreprises suisses de pointe qui, en raison de la nature spécifique de leur technologie ou de leur activité, sont essentielles pour le développement économique futur et pour la sécurité nationale ». La Suisse sait innover il faut maintenant qu’elle puisse développer cette faculté dans notre pays, notamment pour notre développement économique, et surtout retenir notre « matière grise » qui quitte notre pays pour se développer dans d’autres régions du globe, notamment à la Silicon Valley, où les conditions sont plus attrayantes. Roger Golay a déposé au Conseil national d’autres textes sur la technologie et l’innovation, particulièrement dans le domaine de la sécurité. Deux ont déjà été acceptés et un troisième est examiné actuellement, parmi de nombreuses autres interventions. Ana ROCH, présidente du MCG François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Le MCG soutient l’initiative contre la libre circulation des personnes

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES

Le MCG soutient l’initiative de l’ASIN

Ce samedi 6 mai 2017, l’ASIN (Association pour une Suisse indépendante et neutre) a décidé de lancer, au deuxième semestre, une initiative pour supprimer la libre circulation des personnes avec l’Union européenne. Présent à cette assemblée, le Mouvement Citoyens Genevois soutiendra avec enthousiasme cette initiative.

Depuis une dizaine d’années, de très nombreux citoyens genevois, souffrent de la libre circulation des personnes qui a créé de nombreux déséquilibres en défaveur des résidents. Effectivement, nous avons dépassé les 100’000 permis G attribués aux frontaliers pour notre seul canton.

Les partis politiques traditionnels n’ont pas respecté la volonté du peuple en n’appliquant pas sérieusement l’initiative contre l’immigration de masse. De ce fait, les seuls partis et mouvements qui défendent véritablement la volonté populaires sont, avec l’ASIN, l’UDC, le MCG et la Legga del Ticinese. Ils s’accordent à lancer une initiative pour rétablir une situation inadmissible et ainsi redonner le pouvoir au Peuple.

Une délégation du MCG a déclaré, ce samedi 6 mai lors de l’Assemblée générale de l’ASIN à Berne, que notre Mouvement allait participer activement à la campagne pour permettre la réussite de cette initiative. Nous devons impérativement sortir de l’impasse actuelle et allons apporter notre contribution déterminée à cette initiative fédérale.

Ana ROCH, présidente du MCG

Roger GOLAY, conseiller national MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Leçon à tirer des élections françaises

1ER tour des élections françaises

Les gagnants se placent hors de la gauche et de la droite

La victoire d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, au 1er tour de l’élection présidentielle française, est la preuve – s’il le fallait encore – que le dogmatisme, de gauche comme de droite, a fait son temps.

« Ni gauche ni droite », ce n’est pas être nulle part ou au contraire partout à la fois; c’est exprimer la conviction qu’une société prospère et solidaire ne peut se construire que par la recherche constante de consensus entre deux nécessités incontournables: celle de créer les conditions d’un essor économique dans lequel l’esprit d’entreprise est encouragé et récompensé, et celle de bâtir la mixité et la cohésion sociale par un soutien juste et équilibré des plus démunis. C’est la ligne que suit le MCG à Genève, en donnant la priorité aux Citoyennes et aux Citoyens.

En dehors des vieilles idéologies

La vie politique se construit maintenant hors des anciens partis usés et des vieilles idéologies qui ont fait leur temps. Entre une droite qui a érigé la libre concurrence et la libre circulation en tant que principes intouchables de régulation des marchés, quels qu’ils soient, et une gauche pour qui l’augmentation constante de l’impôt est la solution imparable pour la multiplication de prestations sociales sans fin, la population a choisi. Ni l’un, ni l’autre, ou les deux à la fois, dans l’équilibre imposé par les réalités socio-économiques.

Non à la technocratie !

Ceux qui ont perdu le peuple, le diabolisent, et le terme de populisme, dans la bouche des perdants, n’est plus que l’expression du dépit de n’avoir pas su entendre les craintes légitimes face à une Europe antidémocratique, sans idéal apparent, et que les technocrates ont transformée en usine à niveler les ambitions.
À l’horizon des élections cantonales de 2018, le MCG rappelle qu’il reste le seul parti citoyen capable, au-delà des clivages politiques, de soutenir à la fois la force de notre économie et la solidarité de notre société, au service des Citoyens.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Les Genevoises et les Genevois ont le dernier mot

LES GENEVOIS ONT PLEIN D’IDEES

Succès du grand sondage lancé par le MCG

Le MCG a lancé une grande enquête auprès des Genevoises et Genevois dans son dernier journal « Le Citoyen ».

Nous nous réjouissons du succès rencontré auprès des habitants de notre canton qui ont exprimé leur opinion sur Genève et sur ce qui doit changer dans notre canton, en nous renvoyant leurs propositions par poste ou par courriel.

Ces opinions et suggestions nous seront très précieuses. Nous avons mis en place une petite équipe qui dépouille ce sondage. Ainsi, nous prendrons le temps de recueillir ces idées, ces propositions, dans un esprit de Mouvement authentiquement citoyen, en faisant une synthèse et présentant des pistes d’amélioration pour notre vie à tous.

Nous profitons de cette occasion pour remercier les participants, tout en continuant ce sondage qui est en ligne sur www.mcge.ch, avec la possibilité d’envoyer un courriel à info@mcge.ch.

Bien évidemment, nous vous tiendrons au courant de cette vaste opération.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

 

Hausse des frontaliers

La barre des 318’000 est dépassée

Nouvelle hausse des frontaliers

Le MCG s’inquiète de l’augmentation de 3,7% en 2016 et de 26,6% sur cinq ans. Il faut d’urgence que nos propositions soient appliquées.

L’Office fédéral de la statistique nous apprend que le nombre de frontaliers, en Suisse, a atteint le chiffre de 318’000 dont un tiers environ pour le seul canton de Genève. Ce qui nous inquiète en particulier est la hausse de 3,7%.

Cela démontre que l’initiative contre l’immigration de masse, que nous avons soutenue, était nécessaire mais reste insuffisante. En effet, il faut appliquer des mesures beaucoup plus précises pour avoir des résultats concrets.

Le MCG a déposé plusieurs projets de loi au Grand Conseil genevois, afin de réguler l’attribution des permis de travail frontaliers (permis G) ou de favoriser l’engagement de travailleurs genevois. Notre conseiller d’Etat Mauro Poggia intervient avec détermination pour que la directive dite de «préférence cantonale » soit appliquée convenablement à l’Etat de Genève et dans les organismes subventionnés. A Berne, notre conseiller national Roger Golay a déposé une motion demandant une préférence nationale pour les emplois dans l’administration fédérale.

Le MCG va redoubler d’efforts pour défendre les résidents et les citoyens genevois ainsi que les PME locales, face aux mécanismes destructeurs de la mondialisation.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG