Soutenez l’initiative pour freiner l’invasion frontalière

INITIATIVE FEDERALE SOUTENUE PAR LE MCG

Stop à l’invasion des frontaliers !

L’initiative fédérale, qui demande un meilleur contrôle de l’immigration vient d’être lancée par un comité auquel nous participons ainsi que la Legga, sous la houlette de l’ASIN et l’UDC.

Il s’agit de laisser la Suisse gérer son immigration de manière autonome et de ne pas être lié à des traités internationaux la privant de ce droit.

Pour le MCG, le plus important est d’avoir des conditions-cadre permettant d’arrêter l’afflux massif et incontrôlé des frontaliers qui déstabilisent le marché de l’emploi au détriment des travailleurs résidents.

Nous allons participer activement à la récolte de signatures, comme s’y est engagé Roger Golay, notre conseiller national à Berne, en qualité de membre du comité d’initiative. Par conséquent nous appelons tous nos membres ainsi que tous les Genevois à la signer. Il est important que toutes les forces combattant les effets néfastes d’une immigration incontrôlée la soutiennent.

Soyons forts et déterminés afin que Genève et la Suisse retrouvent leur souveraineté !

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, député MCG

Votations: grandes victoires du MCG

VOTATIONS FEDERALES ET CANTONALE

Grandes victoires du MCG !

Le Mouvement Citoyens Genevois prend connaissance avec satisfaction des résultats de la votation cantonale sur le renforcement des droits populaires (oui à plus de 60%) et du non genevois à « Prévoyance Vieillesse 2020 » (à près de 60% pour les deux objets soumis aux électeurs). Ce sont de grandes victoires pour le MCG qui s’était engagé dans ce sens. Sans surprise, la votation sur la sécurité alimentaire a recueilli plus de 90% de oui.

 

Le MCG était parmi les initiateurs de la loi demandant le « renforcement des droits populaires ». La population a compris qu’il fallait donner davantage la parole aux électeurs, comme le font les autres cantons. Le nombre de signatures pour les initiatives et référendums sera ainsi réduit. Il s’agit d’une victoire de la démocratie directe et nous nous en réjouissons.

Concernant « Prévoyance Vieillesse 2020 », la copie du conseiller fédéral Alain Berset n’a pas convaincu les électeurs genevois. En effet, le bricolage de diverses mesures touchant l’AVS et le deuxième pilier a laissé trop d’inconnus sur un sujet de première importance qui nous concerne tous.

Le peuple suisse repoussant cette réforme, il faudra reprendre ces questions en évitant des constructions trop compliquées qui mélangent AVS et deuxième pilier, sans augmenter l’âge de la retraite.

Pressions inadmissibles

Les pressions exercées sur la population et certains parlementaires par le parti socialiste avec en tête de file Alain Berset n’auront pas réussi à fléchir l’opinion des Suisses sur cette réforme désastreuse.

Cela démontre qu’il faut reprendre le sujet rapidement mais sur de bonnes bases.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

NON à Prévoyance Vieillesse 2020

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

VOTATIONS DU 24 SEPTEMBRE 2017

Le MCG s’oppose à « Prévoyance Vieillesse 2020 »

Lors de son assemblée des délégués du 1er juillet 2017, le Mouvement Citoyens Genevois a pris position sur les prochaines votations du 24 septembre.

Non à « Prévoyance Vieillesse 2020 », dangereuse et mal conçue

A une très large majorité, les délégués du MCG ont refusé la réforme dénommée « prévoyance vieillesse 2020 ». A l’origine, le Conseil fédéral avait proposé uniquement un assainissement séparé de l’AVS et du 2e pilier, ce qui aurait été la bonne méthode de travail. Le projet sorti des Chambres fédérales est un hybride qui déséquilibre et dénature le système AVS connu pour sa logique et sa simplicité.

Par exemple, les nouveaux retraités recevront 70 francs de plus par mois mais pas les rentiers actuels, ce qui représente deux classes distinctes et attaque l’universalité de l’AVS. On est en train de saucissonner cette assurance sociale avec deux catégories de retraités. Chaque bénéficiaire reçoit actuellement la même somme en fonction uniquement de sa cotisation. Nous voulons garder le principe de l’AVS, qui a fait ses preuves, sans bricolage.

De plus, les rentiers actuels comme les autres habitants verront leur pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la TVA, sans avoir d’augmentation de la rente ; ils sont nombreux à ne pas disposer d’un deuxième pilier généreux.

« Prévoyance Vieillesse 2020 » prévoit également un dispositif qui est la porte ouverte pour la retraite à 70 ans, au travers d’une nouvelle flexibilité. Cette réforme qui fait passer l’âge de la retraite pour les femmes de 64 à 65 ans,  ne tient pas compte du fait que, comme le prouvent les chiffres du SECO (revenus 19% plus bas, Secrétariat de l’Etat à l’économie), l’égalité est loin d’exister dans tous les domaines.

Parmi les perdants, on trouve également les jeunes générations de 20 à 45 ans, qui devront payer la facture de la réforme, sans garantie d’avoir eux-mêmes une retraite convenable. Même si « Prévoyance Vieillesse 2020 » est acceptée, il faudra une nouvelle réforme au début des années 2030.

De manière plus générale, en mélangeant l’AVS et le deuxième pilier dans cette réforme, on se dirige vers un système unifié qui mélange les deux systèmes, c’est-à-dire une assurance-vieillesse mammouth. Au contraire, nous estimons qu’il faut garder le système AVS, complété par le deuxième pilier (LPP, caisses de pension),  le troisième pilier (assurances-vie, économies, etc.) et les prestations complémentaires.

Il n’y a pas de précipitation, au vu de la situation financière envisagée de ces institutions. Il est donc préférable que les Chambres fédérales revoient la copie et proposent un système mieux conçu qui garantisse nos retraites.

Le MCG propose de voter NON à la fois à l’arrêté sur le relèvement de la TVA et à la loi fédérale sur la réforme « Prévoyance Vieillesse 2020 », les deux sujets étant liés.

OUI à la sécurité alimentaire

Le MCG propose de voter OUI au contre-projet à l’initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire ». Les initiants ont retiré leur texte et le contre-projet a rencontré un très large appui aux Chambres fédérales. Il s’agit de modifier la Constitution fédérale pour y inscrire un concept global de sécurité alimentaire qui englobe la sauvegarde des terres agricoles, une production alimentaire adaptée au site et économe en ressources naturelles ainsi qu’une agriculture et un secteur agroalimentaire tournés vers le marché.

OUI au renforcement des droits populaires à Genève

Le MCG défend la démocratie suisse, que tant de pays nous envient. C’est pourquoi nous avons proposé au Grand Conseil genevois un nombre plus équilibré de signatures à récolter pour les référendums et initiatives. S’agissant d’un changement constitutionnel genevois, le sujet est soumis au vote populaire. Il est impératif de permettre aux électeurs de pouvoir se prononcer alors que le niveau actuel de récolte de signatures est beaucoup trop élevé.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Succès du postulat de Roger Golay sur l’innovation

INNOVATION ET SECURITE

Le postulat de Roger Golay accepté

Après l’avis favorable du Conseil fédéral, le Conseil national vient d’accepter ce vendredi 16 juin le postulat du représentant à Berne du MCG Roger Golay intitulé « Innovation et sécurité. Une alliance d’intérêts cruciale pour la prospérité et l’autonomie de la Suisse » (17.3243).

Actuellement, il manque une politique transversale pour soutenir l’innovation en Suisse. Ce rapport devra faire une étude des incitations et des possibilités d’exploiter dans notre pays les technologies qui sont « identifiées comme cruciales pour sa prospérité comme pour sa sécurité ». Le postulat demande au Conseil fédéral « de soumettre un rapport interdépartemental sur sa stratégie d’encouragement au renforcement d’entreprises suisses de pointe qui, en raison de la nature spécifique de leur technologie ou de leur activité, sont essentielles pour le développement économique futur et pour la sécurité nationale ». La Suisse sait innover il faut maintenant qu’elle puisse développer cette faculté dans notre pays, notamment pour notre développement économique, et surtout retenir notre « matière grise » qui quitte notre pays pour se développer dans d’autres régions du globe, notamment à la Silicon Valley, où les conditions sont plus attrayantes. Roger Golay a déposé au Conseil national d’autres textes sur la technologie et l’innovation, particulièrement dans le domaine de la sécurité. Deux ont déjà été acceptés et un troisième est examiné actuellement, parmi de nombreuses autres interventions. Ana ROCH, présidente du MCG François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Le MCG soutient l’initiative contre la libre circulation des personnes

LIBRE CIRCULATION DES PERSONNES

Le MCG soutient l’initiative de l’ASIN

Ce samedi 6 mai 2017, l’ASIN (Association pour une Suisse indépendante et neutre) a décidé de lancer, au deuxième semestre, une initiative pour supprimer la libre circulation des personnes avec l’Union européenne. Présent à cette assemblée, le Mouvement Citoyens Genevois soutiendra avec enthousiasme cette initiative.

Depuis une dizaine d’années, de très nombreux citoyens genevois, souffrent de la libre circulation des personnes qui a créé de nombreux déséquilibres en défaveur des résidents. Effectivement, nous avons dépassé les 100’000 permis G attribués aux frontaliers pour notre seul canton.

Les partis politiques traditionnels n’ont pas respecté la volonté du peuple en n’appliquant pas sérieusement l’initiative contre l’immigration de masse. De ce fait, les seuls partis et mouvements qui défendent véritablement la volonté populaires sont, avec l’ASIN, l’UDC, le MCG et la Legga del Ticinese. Ils s’accordent à lancer une initiative pour rétablir une situation inadmissible et ainsi redonner le pouvoir au Peuple.

Une délégation du MCG a déclaré, ce samedi 6 mai lors de l’Assemblée générale de l’ASIN à Berne, que notre Mouvement allait participer activement à la campagne pour permettre la réussite de cette initiative. Nous devons impérativement sortir de l’impasse actuelle et allons apporter notre contribution déterminée à cette initiative fédérale.

Ana ROCH, présidente du MCG

Roger GOLAY, conseiller national MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Hausse des frontaliers

La barre des 318’000 est dépassée

Nouvelle hausse des frontaliers

Le MCG s’inquiète de l’augmentation de 3,7% en 2016 et de 26,6% sur cinq ans. Il faut d’urgence que nos propositions soient appliquées.

L’Office fédéral de la statistique nous apprend que le nombre de frontaliers, en Suisse, a atteint le chiffre de 318’000 dont un tiers environ pour le seul canton de Genève. Ce qui nous inquiète en particulier est la hausse de 3,7%.

Cela démontre que l’initiative contre l’immigration de masse, que nous avons soutenue, était nécessaire mais reste insuffisante. En effet, il faut appliquer des mesures beaucoup plus précises pour avoir des résultats concrets.

Le MCG a déposé plusieurs projets de loi au Grand Conseil genevois, afin de réguler l’attribution des permis de travail frontaliers (permis G) ou de favoriser l’engagement de travailleurs genevois. Notre conseiller d’Etat Mauro Poggia intervient avec détermination pour que la directive dite de «préférence cantonale » soit appliquée convenablement à l’Etat de Genève et dans les organismes subventionnés. A Berne, notre conseiller national Roger Golay a déposé une motion demandant une préférence nationale pour les emplois dans l’administration fédérale.

Le MCG va redoubler d’efforts pour défendre les résidents et les citoyens genevois ainsi que les PME locales, face aux mécanismes destructeurs de la mondialisation.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Un signal clair après le NON à RIE3

VOTATIONS DU 12 FEVRIER 2017

Donner un signal clair après le NON à RIE3

Le MCG a pris acte du résultat des votations du 12 février 2017 et en particulier de la réforme RIE3 qui est un enjeu important pour Genève. Au niveau fédéral, au moment où nous publions ce communiqué, le NON semble nettement l’emporter, démontrant ainsi que les électeurs suisses cherchent des compromis équilibrés au niveau fiscal.

A Genève, nous nous trouvons face à un petit NON de 51,7%., qui s’explique par la tendance générale au niveau suisse mais qui démontre aussi un certain nombre d’erreurs commises durant la campagne des votations. En particulier, il y a eu un manque d’explications claires. Il convient de souligner que les opposants ont multiplié les slogans mensongers à plusieurs niveaux, mais avec des méthodes plus visibles et efficaces que les partisans du OUI. Nous déplorons que les syndicats patronaux genevois ne se soient pas engagés dans une politique en faveur de l’embauche des résidents genevois, ce qui aurait été un signal clair à même de trouver une majorité d’électeurs.

Ce NON ajoute de l’incertitude, ce qui est préjudiciable au maintien des entreprises sur le territoire genevoise et à l’emploi. En terme fiscal, ce NON aura des conséquences très négatives sur le budget de l’Etat de Genève et le MCG devra se battre encore plus fort pour conserver les prestations ainsi que les rémunérations de la fonction publique, qui sont clairement menacées ces prochaines années. Le rôle du MCG sera déterminant dans ces combats en faveur des citoyens genevois.

Pour défendre les finances genevoises et les entreprises du canton, nous allons proposer de nous aligner sur les conditions offertes par le canton de Vaud, en proposant un taux compétitif de 13,49 en recherchant le soutien de la majorité responsable du Grand Conseil.

Ces prochaines années vont être difficiles pour le canton de Genève, très dépendant des multinationales qui représentent 20’000 emplois directs et des rentrées fiscales importantes, si nous ne donnons pas rapidement un signal clair.

Fonds FORTA
En revanche, nous nous réjouissons de l’adoption du Fonds FORTA qui va permettre d’améliorer les infrastructures routières, notamment dans le trafic d’agglomération. Cela sera bénéfiques pour Genève, notamment pour financer l’élargissement de l’autoroute de contournement et la traversée de la rade.

Naturalisations
Nous prenons acte de l’acceptation de la loi sur la naturalisation de la troisième génération facilitée. Si le MCG s’est opposé aux procédures qui échappent aux cantons et aux communes, nous sommes bien entendu favorables à l’intégration facilitée au moyen de la naturalisation mais nous voulons éviter une naturalisation à deux vitesses.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, vice-président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Votations du 12 février : OUI – OUI – NON

VOTATIONS DU 12 FEVRIER

Prise de position du MCG

OUI à RIE3 pour sauver l’emploi à Genève, OUI au Fonds Forta pour que les automobilistes ne soient plus des vaches à lait, NON au bradage du passeport suisse.

L’assemblée des délégués du MCG, réunie à Carouge le 6 décembre, a pris position sur les trois sujets fédéraux soumis aux électeurs le 12 février prochain.

OUI à RIE3 pour sauvegarder l’emploi

Plus de 60’000 emplois sont menacés à Genève, si la réforme RIE3 n’est pas mise en place. Aujourd’hui, trop d’habitants de notre canton se retrouvent sans emploi et victimes de la surconcurrence frontalière, nous ne pouvons donc pas nous permettre une aggravation. Le MCG a obtenu que la réforme RIE3 comporte des mesures compensatoires à Genève pour les chômeurs en fin de droit et ceux qui sont considérés comme trop âgés, ainsi que pour la formation et la réinsertion.

L’échec de RIE3 nécessiterait des hausses d’impôts pour les Genevois et des coupes considérables dans les prestations à la population comme la santé ou l’éducation, des coupes injustes alors que nous défendons des réformes et des économies intelligentes (350 millions d’économies prévues dans le budget 2017).

Pour éviter ce scénario-catastrophe, nous devons suivre nos voisins vaudois dont l’économie a beaucoup de points communs avec Genève. Comme eux, nous devons suivre la réforme RIE 3. Le MCG soutient des contre-parties en particulier pour lutter contre le chômage et pour aider à la réinsertion.

Si nous sommes mécontents des conditions imposées de l’extérieur par l’OCDE et nous opposons à tous ces empiètements décidés par la majorité politique de notre pays, la réalité actuelle ne nous laisse pas de choix.

C’est pourquoi le MCG vous invite à voter OUI à la réforme RIE3, au niveau fédéral, premier pas avant la mise en place du dispositif genevois.

OUI au fonds Forta

Le MCG soutient le Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) qui donnera les moyens suffisants à des infrastructures routières. Il servira à achever le réseau autoroutier, à éliminer des goulets d’étranglement et réaliser des projets dans les agglomérations. L’enjeu actuellement est de trouver des solutions aux embouteillages et à améliorer certains axes routiers. Ces moyens financiers pourront être utilisés pour divers projets genevois dont l’amélioration de l’autoroute de contournement ou la future traversée du lac. Cela permettra aux automobilistes de ne plus être considérés uniquement comme des vaches à lait.

NON au bradage du passeport suisse

Aujourd’hui, à Genève, il est déjà facile de se naturaliser. Avec cette nouvelle loi, la naturalisation relèvera de la compétence de la Confédération pour les étrangers de la troisième génération, alors que les prérogatives cantonales seront réduites. Il n’est pas acceptable que la Confédération prenne une place excessive. Nous demandons que le passeport ne soit pas bradé et qu’il garde toute sa valeur. Il faut relever que la troisième génération peut déjà facilement se naturaliser à Genève, ce qui est positif aux yeux du MCG. Au contraire, la proposition sur laquelle nous votons crée une inégalité qui n’est pas souhaitable entre deux catégories de personnes étrangères.

Le MCG est favorable à l’intégration des personnes assimilées dans notre pays au moyen de la naturalisation, mais nous sommes opposés à tout bradage de la nationalité suisse et au pouvoir excessif pris par la Confédération.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Immigration de masse: de qui se moque-t-on?

INITIATIVE CONTRE L’IMMIGRATION DE MASSE

De qui se moque-t-on ?

Cette semaine, les Chambres fédérales vont devoir se prononcer sur des mesures en vue de l’application de l’initiative du 9 février. Une large majorité se dégage pour appliquer une sorte de préférence indigène qui ne répond absolument pas à la volonté du peuple. Lequel se sent à nouveau bafoué.

En effet, les parlementaires fédéraux sont en train de faire une manœuvre d’enfumage pour tromper la population, en n’appliquant pas l’article constitutionnel voté par les électeurs. Toutefois, les mesures proposées ne sont pas négatives, bien au contraire, puisqu’elles reprennent les propositions du Mouvement Citoyens Genevois qui sont appliquées avec succès dans notre canton dans le cadre de l’administration publique et qui commencent à être étendues au secteur privé. Nous vous rappelons que le conseiller national Roger Golay a déposé à Berne, il y a près de deux ans, une motion (15.3025) qui va dans ce sens en réclamant la préférence nationale et qui est toujours en examen, déposée bien avant la proposition du PLR Philip Muller.

En revanche, nous ne pouvons pas accepter que cette mesure remplace la décision du Peuple d’imposer des contingents et des plafonds au niveau de l’immigration, car il s’agit d’une opération d’enfumage que nous ne pouvons cautionner dans la mise en œuvre de cette initiative. La préférence nationale doit être traitée séparément de l’initiative du 9 février, comme proposé par notre conseiller national Roger Golay.

Par ailleurs le Mouvement Citoyens Genevois est surpris que ses idées dénoncées comme populistes et extrémistes soient reprises intégralement non pas pour elles-mêmes mais dans l’intention de s’opposer à une décision émanant du Peuple, ce que nous ne pouvons admettre.

C’est pourquoi notre représentant à Berne Roger Golay refusera toute proposition qui ne répond pas à la volonté populaire dans le traitement de cette initiative, comme le souhaite la direction du MCG.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Votations du 27 novembre: les positions du MCG

VOTATIONS DU 27 NOVEMBRE

Les prises de position du MCG

Réuni jeudi 29 septembre en assemblée des délégués, le Mouvement Citoyens Genevois a décidé de ses prises de position sur les votations du 27 novembre prochain.

 

OUI à l’initiative fédérale « Sortir du nucléaire »

L’initiative demande que les centrales nucléaires suisses soient fermées dans des délais assez courts, afin de ne pas faire courir de risques aux habitants, ce qui a des coûts considérables comme on l’a constaté à Fukushima notamment. Il s’agit d’une technologie qui n’a pas répondu aux espoirs que l’on a mis en elle. Le canton de Genève s’est d’ailleurs plusieurs fois prononcé contre l’énergie nucléaire sur notre territoire mais également dans la région proche où le gouvernement français a, une fois de plus, mené une politique irresponsable.

 

NON à l’initiative cantonale « Touche pas à mes dimanches »

Le MCG refuse cette initiative qui interdit toute ouverture des magasins le dimanche. Cette mesure n’est pas acceptable, d’autant plus que les commerces de l’autre côté de la frontière bénéficient de conditions d’ouverture très larges.

 

OUI au contre-projet à l’initiative

Le droit fédéral suisse ne permet l’ouverture des magasins que quatre dimanches ou jours fériés par année au maximum. C’est cette solution qui a été choisie. En conséquence, le MCG soutient ce contre-projet qui permet ces ouvertures pendant trois dimanches et le 31 décembre qui est un jour férié, ce qui correspond aux demandes des consommateurs.

En conséquence, nous conseillons de soutenir le contre-projet (CP), dans la question subsidiaire.

 

NON au projet de plantations et replantations d’arbres sur la plaine de Plainpalais

Le MCG s’est battu pour les arbres de Plainpalais, notamment en lançant une initiative municipale. Mais le Conseil municipal était arrivé à un compromis, notamment avec un amendement du MCG demandant qu’il n’y ait pas d’abattage d’arbres sains. Les récents événements du Jeûne genevois ont changé cette situation avec l’abattage de 17 arbres durant la nuit en catimini. L’action du Conseil administratif a rompu le lien de confiance qui avait pu se réaliser, ce que nous déplorons. Dès lors, les conditions du compromis ne sont plus les mêmes en raison de ces événements récents et le projet en l’état ne peut plus être soutenu. Pour ces raisons, le MCG vous demande de voter NON à ce projet de 8 millions de francs.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG