Votations: grande victoire pour Genève

VOTATIONS DU 25 SEPTEMBRE

Une grande victoire pour Genève !

Les électeurs genevois ont très nettement voté oui (57%) à la limitation des déductions de frais de transport,  qui visent en priorité les frontaliers « quasi-résidents ». Ce cadeau fiscal à des frontaliers déjà favorisés aurait pu conduire les finances de l’Etat de Genève droit dans le mur. Le MCG est soulagé de ce résultat.

 

Les cadeaux d’impôts offerts aux frontaliers, suite à une décision du Tribunal fédéral de 2010 permettant des déductions maximales, ont été stoppés net par la décision des électeurs genevois. De 8000 frontaliers « quasi-résidents » en 2012-2013 à plus de 16’000 pour l’année fiscale 2015, la tendance était véritablement inquiétant. Mais avec ce coup de frein, nous pouvons envisager avec optimisme la situation des finances publiques genevoises.

On se réjouira que 31 communes aient voté oui contre 14 non. Quant au vote des Suisses de l’étranger, il n’y a pas de vote massif contre cette mesure (46% ont voté oui), ce qui représente un scrutin plutôt équilibré entre le oui et le non.

L’autre sujet cantonal, soumis au peuple ce 25 septembre, la  modification de la Constitution sur le scrutin majoritaire, recueille sans surprise une large approbation (82%).

 

Loi sur le renseignement

Quant à la loi fédérale sur le renseignement  elle est acceptée par plus de 61% des électeurs genevois, ce qui est un motif de satisfaction. En effet la Suisse pourra agir plus efficacement contre le terrorisme, tout en ayant des garanties très strictes afin d’éviter les éventuelles dérives.

L’initiative « AVS+ », que le MCG soutenait, a été acceptée par les Genevois à plus de 53% mais semble devoir être refusée au niveau fédéral. La question du niveau des retraites reste d’actualité et devra être résolue par d’autres moyens.

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, député MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Requérants d’asile: non au laxisme!

EXPULSION VERS LA CROATIE

Une décision de bon sens

Une campagne médiatique est menée contre l’expulsion de trois migrants vers la Croatie. Il faut au contraire soutenir cette mesure qui démontre une détermination des autorités dans la crise migratoire actuelle.

 

La Suisse doit continuer à appliquer une politique de bon sens dans l’accueil des requérants d’asile, sans faiblir. Il ne faut en aucune manière ouvrir toutes grandes les frontières, comme le demandent les milieux de gauche.

Nous sommes très étonnés par la campagne politique qui s’oppose au renvoi de trois migrants en Croatie, mesure tout à fait justifiée. En effet, les accords de Dublin, dont la Suisse est signataire, prévoient que les requérants d’asile font leur demande dans le premier pays européen où ils sont arrivés. Dans ce cas précis, c’est la Croatie, pays qui offre toutes les garanties de sécurité pour l’intégrité de ces personnes.

 

Incohérence de certains

Rappelons que la gauche a soutenu les accords de Dublin mais quand il s’agit de les appliquer, ces mêmes milieux s’y opposent. Les lois ne peuvent pas être appliquées selon l’humeur du moment.

Ajoutons que les possibilités d’accueil, à Genève, sont limitées. Quand un centre de réfugiés s’ouvre, ce sont parfois les mêmes milieux qui se plaignent de cette arrivée, avec la plus grande incohérence. Nous l’avons constaté récemment dans une commune.

Si Genève commence à faire n’importe quoi, nous allons nous retrouver débordés avec toutes les conséquences à la fois pour la population genevoise qui subit la crise du logement et pour les requérants d’asile qui, en trop grand nombre, ne pourront être accueillis convenablement.

Genève fait déjà un grand effort

Le MCG estime dangereuse cette campagne médiatique, qui déforme complètement la réalité. Face à une énorme pression migratoire, Genève doit continuer à mener une politique ferme et déterminée, qui nous protège des dérives connues par d’autres pays voisins. La Confédération allouant à notre canton un nombre excessif de requérants d’asile – 5,6% du total du pays -, en tenant compte de la population et non de l’exiguïté du territoire, Genève serait la première touchée si une politique laxiste était menée. Contrairement à la gauche, nous refusons ce type de politique qui incite les migrants à traverser la Méditerranée avec les conséquences tragiques que cela comporte.

 

Roger GOLAY, conseiller national MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Requérants d’asile: non au laxisme!

EXPULSION VERS LA CROATIE

Une décision de bon sens

Une campagne médiatique est menée contre l’expulsion de trois migrants vers la Croatie. Il faut au contraire soutenir cette mesure qui démontre une détermination des autorités dans la crise migratoire actuelle.

 

La Suisse doit continuer à appliquer une politique de bon sens dans l’accueil des requérants d’asile, sans faiblir. Il ne faut en aucune manière ouvrir toutes grandes les frontières, comme le demandent les milieux de gauche.

Nous sommes très étonnés par la campagne politique qui s’oppose au renvoi de trois migrants en Croatie, mesure tout à fait justifiée. En effet, les accords de Dublin, dont la Suisse est signataire, prévoient que les requérants d’asile font leur demande dans le premier pays européen où ils sont arrivés. Dans ce cas précis, c’est la Croatie, pays qui offre toutes les garanties de sécurité pour l’intégrité de ces personnes.

 

Incohérence de certains

Rappelons que la gauche a soutenu les accords de Dublin mais quand il s’agit de les appliquer, ces mêmes milieux s’y opposent. Les lois ne peuvent pas être appliquées selon l’humeur du moment.

Ajoutons que les possibilités d’accueil, à Genève, sont limitées. Quand un centre de réfugiés s’ouvre, ce sont parfois les mêmes milieux qui se plaignent de cette arrivée, avec la plus grande incohérence. Nous l’avons constaté récemment dans une commune.

Si Genève commence à faire n’importe quoi, nous allons nous retrouver débordés avec toutes les conséquences à la fois pour la population genevoise qui subit la crise du logement et pour les requérants d’asile qui, en trop grand nombre, ne pourront être accueillis convenablement.

Genève fait déjà un grand effort

Le MCG estime dangereuse cette campagne médiatique, qui déforme complètement la réalité. Face à une énorme pression migratoire, Genève doit continuer à mener une politique ferme et déterminée, qui nous protège des dérives connues par d’autres pays voisins. La Confédération allouant à notre canton un nombre excessif de requérants d’asile – 5,6% du total du pays -, en tenant compte de la population et non de l’exiguïté du territoire, Genève serait la première touchée si une politique laxiste était menée. Contrairement à la gauche, nous refusons ce type de politique qui incite les migrants à traverser la Méditerranée avec les conséquences tragiques que cela comporte.

 

Roger GOLAY, conseiller national MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Hymne national maltraité: le MCG appelle au boycott

HYMNE NATIONAL SUISSE

Le MCG appelle les citoyens patriotes au boycott

La commune de Meinier a décidé, lors de la cérémonie du 1er Août, de mettre en concurrence notre hymne national avec un autre chant dont la mélodie est la même mais avec des paroles farfelues. Le même procédé sera également mis en place sur notre prairie du Grütli.

 

Il est scandaleux que le Conseil fédéral ainsi que des autorités communales, dont Meinier, acceptent cette grave atteinte à nos valeurs patriotiques. Sous prétexte fallacieux qu’il s’agirait du nouvel hymne national, celui-ci devrait remplacer l’actuel chant officiel auquel nous sommes attachés. En réalité, la Société suisse d’utilité publique (SSUP) a organisé un concours télévisé « style hit-parade », ouvert à tout téléspectateur sans tenir compte de sa nationalité et de son attachement à notre pays. De ce fait, ce choix ne vaut absolument rien.

Seul le Conseil fédéral, après consultation des Chambres fédérales, peut décider d’un quelconque changement d’hymne national. Questionné à ce sujet lors de la dernière session du Conseil national et sous l’inquiétude de nombreux parlementaires de tous partis confondus, il a été répondu qu’aucun changement d’hymne n’est à l’ordre du jour.

Par conséquent, la SSUP s’arroge des droits qui ne lui appartiennent pas et crée une véritable confusion dans les esprits et une certaine division parmi les citoyens. Il est entendu que le MCG interviendra à Berne comme probablement d’autres parlementaires de tous bords pour mettre un terme à cette mascarade.

C’est pourquoi nous appelons les citoyens patriotes à boycotter les communes qui auront choisi le nouvel hymne pour la Fête du 1er Août, ou à manifester leur mécontentement.

Ana ROCH, présidente du MCG

Roger GOLAY, conseiller national MCG

 

Coûts de l’asile: motion du MCG

COÛTS DE L’ASILE

Aveuglement du Conseil fédéral

Nous avons appris avec consternation que le Gouvernement a rejeté la motion du conseiller national MCG Roger Golay, intitulée « Les cantons sont asphyxiés par le poids financier de l’accueil des migrants ». Celle-ci a tout son sens pour soutenir les finances déjà en difficultés des cantons.

 

En effet, la charge sociale qu’occasionnent les requérants d’asile pour les finances cantonales, au détriment des dépenses sociales pour les citoyens de notre pays, sont de nature à déséquilibrer leurs comptes.

Il devient de plus en plus difficile pour les collectivités cantonales d’assurer ces dépenses en raison du flux important et sans fin des nouveaux migrants.

De ce fait, le Conseil fédéral qui ne prend aucune responsabilité sur l’afflux massif de requérants d’asile, démontre aujourd’hui qu’il n’a aucune sensibilité à l’égard des cantons qui souffrent financièrement de cette situation.

Tels des autruches qui mettent la tête dans le sable, certains n’ont pas envie de voir la réalité en face.

Il est clair que le Conseil fédéral a donné un avis et que le Conseil national décidera de prendre en compte ou non cette motion.

Il sera intéressant d’observer la réaction du PLR sur ce sujet, en voyant s’il est cohérent avec lui-même alors qu’il dénonce tous azimuts les coûts de l’asile. Contrairement à ce parti du blablabla, le MCG a déjà passé depuis longtemps à l’action.

 

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

 

Texte de la motion du conseiller national MCG Roger Golay

Le Conseil fédéral est chargé de faire prendre en charge par la Confédération l’entier des frais occasionnés par l’accueil des réfugiés dans notre pays, notamment en utilisant à cette fin, si nécessaire, une partie des sommes dédiées à l’aide au développement.

Développement

La politique de l’accueil des migrants est décidée par le Conseil fédéral mais son financement est en partie assuré par les cantons. Aujourd’hui, avec la situation qui se déroule au Proche-Orient et ses flux de réfugiés, nous constatons que le Conseil fédéral ne prend aucune mesure pour stopper ou ralentir l’arrivée de nouveaux migrants. Dès lors, les cantons sont obligés d’accueillir un nombre considérable de requérants d’asile, ce qui nécessite des dépenses supplémentaires et substantielles. Par conséquent, les budgets cantonaux sont mis à rude épreuve. Pour certains cantons, la politique fédérale ne peut plus être assurée sans déséquilibrer les comptes qui deviennent déficitaires. Prenons l’exemple du canton de Genève, où la subvention cantonale pour l’asile était de 15,2 millions de francs en 2012 pour doubler à 32 millions en 2015 et atteindre, selon les projections, 63,3 millions en 2018 (source: Hospice général du canton de Genève). L’arrivée massive et croissante de requérants d’asile met dans une situation critique les services sociaux de ce canton. En 2015, plus de 1300 personnes supplémentaires ont été accueillies à Genève et plus de 100 déjà en janvier, qui est considéré normalement comme un mois creux. Le nombre de personnes dans le dispositif genevois de l’asile se monte actuellement à 6634 à fin janvier 2016. Il atteindra les 8000 personnes à la fin de l’année si on se réfère sur les prévisions du Secrétariat d’Etat aux migrations qui tablent sur un minimum de 40 000 arrivées en 2016 pour notre pays. Cette situation critique n’est pas propre à Genève mais à bien d’autres cantons. Sachant que la Confédération prévoit un bénéfice de 2,3 milliards sur les comptes de 2015, il serait judicieux qu’elle vienne davantage en aide aux cantons pour assurer sa politique migratoire, quitte à réduire temporairement le montant total, très conséquent, attribué à l’aide au développement. Il est du devoir de la Confédération d’avoir une politique cohérente afin de régler les problèmes migratoires sans se décharger de ses responsabilités sur les cantons, en leur causant d’innombrables problèmes.

Grand Conseil: démocratie gravement violée

Le MCG a tenté d’avoir un vrai débat sur l’immigration, sur fond d’intimidation à la tribune, d’insultes de la part de partis dogmatiques. C’est inquiétant alors que l’intérêt général devrait l’emporter.

 

Alors qu’Eric Stauffer s’exprimait, une émeute agressive et violente a envahi la tribune du Grand Conseil en prenant en otage les députés. Ce lieu sacré du Grand Conseil a été violé. C’est plus qu’une faute, c’est un crime contre la démocratie.

Cette manifestation insupportable pour les vrais démocrates ne fera pas céder le MCG qui veut en toute liberté traiter de manière responsable le problème de l’immigration et de la crise syrienne, pour trouver des solutions efficaces.

Les mesures d’urgence que nous avons réclamées lors de la séance spéciale du Grand Conseil avaient comme ambition de trouver des solutions immédiates à cet afflux massif de réfugiés syriens.

A peine le MCG avait-il lancé sa résolution demandant une aide d’urgence sur place, que le Conseil fédéral a suivi cette mesure de bon sens, en libérant des fonds importants pour la Syrie. Nous sommes particulièrement fiers d’avoir ouvert la voie à des propositions utiles et efficaces. Il faut suivre cette ligne initiée par le MCG.

Il est à noter l’hypocrisie d’une certaine gauche et d’un centre donneur de leçons à propos des migrants. Ils demandent un accueil massif de requérants mais pas chez eux.

Lors de cette séance extraordinaire, le conseiller d’Etat MCG Mauro Poggia a expliqué des éléments factuels, en particulier l’effort très important déjà fourni par le canton de Genève pour les réfugiés. Il a relevé que la question de la répartition des réfugiés entre cantons, à la défaveur de Genève, a déjà été posée par le conseiller national MCG Roger Golay à Berne et il pourra s’en expliquer en commission sociale du Grand Conseil où la résolution a été renvoyée de justesse.

Les questions des trois résolutions MCG et UDC sont en effet pertinentes et méritent un débat, qui a été en partie avorté. Et c’est dommage.

Le MCG continuera, malgré toutes les intimidations, à défendre les citoyens genevois.

 

Jean-Marie VOUMARD, Chef du groupe MCG au Grand Conseil

Carlos MEDEIROS, Vice-Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Immigration: le 9 février, le Peuple a eu raison

Les gouvernements fédéraux et cantonaux incapables de freiner l’immigration de masse.

Selon la dernière statistique officielle, nous constatons que l’immigration a de nouveau explosé en Suisse, avec plus de 72’000 arrivées supplémentaires en à peine six mois, ce qui représente sur une année l’équivalent de deux fois la ville de Fribourg (en ayant tenu compte des départs). Il n’est donc plus possible d’avoir une bonne gestion du territoire pour accueillir cet afflux d’immigration, notamment dans la construction des équipements publics.

Dès lors, il est utopique d’imaginer que nous pourrons, dans un avenir proche, améliorer la capacité des transports, proposer suffisamment de logements et protéger notre cadre naturel. Nous dénonçons l’incompétence du Conseil fédéral et des gouvernements cantonaux à répondre aux attentes du Peuple qui s’est clairement exprimé en acceptant l’initiative contre l’immigration massive le 9 février. Aujourd’hui, le constat est affligeant et l’immigration reste totalement incontrôlée à cause de la paresse et du laisser-aller du Conseil fédéral.

Une fois de plus, le Peuple ne peut avoir que le sentiment d’avoir été floué par une bande d’irresponsables.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Préférence cantonale: le MCG fait école auprès du Conseil fédéral

Le principe de « préférence » aux résidents, défendu par le MCG depuis 2005, serait maintenant repris sous forme de proposition par le Conseil fédéral, selon un journal dominical orange.

Le Matin dimanche a révélé le 1er février que le Conseil fédéral étudie attentivement un dispositif afin de favoriser l’emploi pour les résidents de notre pays, pour les engagements dans l’administration. Les demandeurs d’emplois seraient informés des postes vacants une semaine à l’avance. Cette réflexion du Conseil fédéral confirme que le Mouvement Citoyens Genevois avait vu juste depuis 2005 en proposant en tout premier ce même type de dispositif pour l’administration cantonale.

Ce qui démontre que nous sommes un parti à l’avant-garde pour les bonnes idées.

Nous considérons que cette proposition démontre un grand esprit de responsabilité de la part de notre Conseil fédéral.

Le MCG continuera à se battre contre l’invasion des frontaliers, qui ravagent notre système social et qui mettent dans un grand désespoir de nombreux demandeurs d’emplois genevois.

Nous sommes satisfaits de la politique menée par notre conseiller d’Etat Mauro Poggia, qui applique le dispositif en question. Nous avons pu constater que les premiers effets sont encourageants et que la courbe des frontaliers et des chômeurs a tendance à se stabiliser.

Nous sommes conscients que c’est un combat permanent et que les résultats très positifs ne peuvent être immédiats, mais les signes sont prometteurs.

 

Roger GOLAY, Président du MCG, Conseiller national

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Elections municipales et votations: les décisions du MCG

Assemblée des délégués du MCG

Les décisions prises par le MCG sur les élections municipales et les votations du 8 mars

Hier soir, jeudi 15 janvier, l’Assemblée des délégués du MCG a validé 141 candidatures pour les élections des conseils municipaux dans les communes de Ville de Genève, Bardonnex, Bernex, Carouge, Chêne-Bougeries, Chêne-Bourg, Cologny, Confignon, Grand-Saconnex, Lancy, Meyrin, Onex, Plan-les-Ouates, Satigny, Thônex, Vernier, Versoix, Veyrier.

L’Assemblée a également validé les candidatures aux conseils administratifs suivantes :

Ville de Genève : Carlos Medeiros, Pascal Spuhler, Daniel Sormanni ;

Lancy : Roger Golay ; Onex : Eric Stauffer ; Vernier : Ana Roch ; Meyrin : Jean-François Girardet, Françoise Sapin ;

Plan-les-Ouates : Francisco Valentin ; Carouge : Sandro Pistis ; Versoix : Antonio Angelo ; Chêne-Bourg : Jean-Marc Antoine, Louise Pascarella ; Thônex : Philippe Zaugg.

Par ailleurs, l’Assemblée a délégué la compétence au Bureau directeur de valider d’autres candidatures en cours d’inscription.

Votations du 8 mars

Quant aux prochaines votations populaires du 8 mars, le MCG a pris position sur les deux objets fédéraux et le référendum du MCG soumis au Peuple genevois.

En ce qui concerne l’initiative «Aider les familles! Pour des allocations pour enfant et des allocations de formation professionnelle exonérées de l’impôt», l’assemblée l’a acceptée à l’unanimité.

Quant à l’initiative «Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l’énergie», elle a été refusée à l’unanimité.

C’est également à l’unanimité que l’Assemblée a proposé de voter non à la nouvelle loi sur la police, loi que le MCG a combattue par un référendum.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Scandale du CEVA: la mascarade genevoise, ça suffit!

Le MCG réagit suite au refus de la création d’une commission d’enquête parlementaire lors de la session extraordinaire du Grand Conseil de samedi dernier, par la volonté des partis politiques inféodés au gouvernement.

Nous n’avons absolument pas confiance dans la gestion de l’information émanant de M. Longchamp, lequel s’est fait déjà largement remarquer par la presse romande pour ses déclarations douteuses.

Le MCG a décidé d’utiliser une voie plus sûre pour obtenir la vérité sur l’ « affaire du CEVA ». Par conséquent, notre mouvement vient de déposer au Conseil national une interpellation afin d’obtenir divers éléments essentiels pour déterminer les risques. Il s’agit en outre de connaître les implications financières pour les CFF et la Confédération du retard du chantier du CEVA estimé au minimum à 21 mois.

Il est désolant que le rapport de confiance entre la deuxième force politique du canton et le président du Conseil d’Etat soit rompu, ce qui nous oblige à chercher au niveau fédéral des informations reflétant la réalité.

Roger GOLAY, Conseiller national et Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG