Soutenez l’initiative pour freiner l’invasion frontalière

INITIATIVE FEDERALE SOUTENUE PAR LE MCG

Stop à l’invasion des frontaliers !

L’initiative fédérale, qui demande un meilleur contrôle de l’immigration vient d’être lancée par un comité auquel nous participons ainsi que la Legga, sous la houlette de l’ASIN et l’UDC.

Il s’agit de laisser la Suisse gérer son immigration de manière autonome et de ne pas être lié à des traités internationaux la privant de ce droit.

Pour le MCG, le plus important est d’avoir des conditions-cadre permettant d’arrêter l’afflux massif et incontrôlé des frontaliers qui déstabilisent le marché de l’emploi au détriment des travailleurs résidents.

Nous allons participer activement à la récolte de signatures, comme s’y est engagé Roger Golay, notre conseiller national à Berne, en qualité de membre du comité d’initiative. Par conséquent nous appelons tous nos membres ainsi que tous les Genevois à la signer. Il est important que toutes les forces combattant les effets néfastes d’une immigration incontrôlée la soutiennent.

Soyons forts et déterminés afin que Genève et la Suisse retrouvent leur souveraineté !

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, député MCG

Un pas déterminant vers la préférence cantonale

Un pas vers la preference cantonale

Le MCG se réjouit de la décision fédérale

Le Conseil fédéral soutient la modification de la Constitution tessinoise, qui stipule le principe de priorité à la main-d’œuvre locale suite à une initiative cantonale. Pour le MCG, c’est réjouissant mais tout à fait insuffisant. Il faut des dispositions concrètes, c’est pour cela que nous faisons des propositions avant-gardistes et efficaces au niveau genevois.

Les grands principes sont bien beaux, mais largement insuffisants. Le MCG met ses espoirs, entre autres, dans un Projet de loi « garantissant  la  priorité  à  l’emploi  des  résidents  sur  le  territoire  suisse avant la délivrance de tout permis de travail frontalier » (PL 12047).

L’important pour le MCG est de freiner concrètement l’afflux des frontaliers et de permettre aux habitants de notre canton d’avoir la préférence cantonale. C’est pour cette raison que notre projet de loi est largement en avance sur les grands principes tessinois. Nous proposons des restrictions dans l’attribution des permis frontaliers (G) mais également une amélioration des procédures de recrutement pour les demandeurs d’emploi

Il est indiqué dans l’exposé des motifs de ce projet de loi que « Genève  qui  connaît  depuis  toujours  un  chômage  bien  supérieur  à  la  moyenne  suisse  –  actuellement  5,5%  contre  3,5%  au  niveau  suisse  –  se  doit  d’adopter  des  dispositions  efficaces  afin,  d’une  part,  de  lutter  contre  son chômage,  et,  d’autre  part,  d’enrayer  l’augmentation  massive  et  constante  de délivrance de nouveaux permis frontaliers (G) ».

Nous avons également déposé un projet de loi (PL 12017) « Pour une économie solidaire et responsable » qui demande de taxer les employeurs de travailleurs frontaliers, afin de rétablir un équilibre entre les deux catégories d’employés.

Il y a moins d’une année, le MCG a également déposé un autre projet de loi demandant que le principe de cette préférence locale soit inscrite dans notre Constitution sous le titre « Pour une politique de préférence nationale selon le principe « les nôtres avant les autres » » (PL 11982).

Défendant depuis plus de dix ans la préférence à l’embauche pour les résidents genevois, le MCG fait fortement progresser cette cause et nous assistons maintenant à un nouveau progrès dans cette direction. La Confédération constate que, suite à l’initiative demandant un frein à l’immigration de masse et à son interprétation scandaleuse par les Chambres fédérales qui lui ont enlevé toute substance, il reste une place pour les cantons.

Grâce au MCG et à l’action déterminée de son conseiller d’Etat Mauro Poggia, le canton de Genève commence à sortir de l’impasse, en faisant des propositions concrètes et non pas en se limitant à de simples principes, comme la future loi fédérale qui n’impose aucune obligation, aucune sanction et aucun contrôle. La belle illusion…

Le MCG agit sans relâche et concrètement pour la préférence cantonale.

Daniel SORMANNI, vice-président et député MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général et député MCG

NON à Prévoyance Vieillesse 2020

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

VOTATIONS DU 24 SEPTEMBRE 2017

Le MCG s’oppose à « Prévoyance Vieillesse 2020 »

Lors de son assemblée des délégués du 1er juillet 2017, le Mouvement Citoyens Genevois a pris position sur les prochaines votations du 24 septembre.

Non à « Prévoyance Vieillesse 2020 », dangereuse et mal conçue

A une très large majorité, les délégués du MCG ont refusé la réforme dénommée « prévoyance vieillesse 2020 ». A l’origine, le Conseil fédéral avait proposé uniquement un assainissement séparé de l’AVS et du 2e pilier, ce qui aurait été la bonne méthode de travail. Le projet sorti des Chambres fédérales est un hybride qui déséquilibre et dénature le système AVS connu pour sa logique et sa simplicité.

Par exemple, les nouveaux retraités recevront 70 francs de plus par mois mais pas les rentiers actuels, ce qui représente deux classes distinctes et attaque l’universalité de l’AVS. On est en train de saucissonner cette assurance sociale avec deux catégories de retraités. Chaque bénéficiaire reçoit actuellement la même somme en fonction uniquement de sa cotisation. Nous voulons garder le principe de l’AVS, qui a fait ses preuves, sans bricolage.

De plus, les rentiers actuels comme les autres habitants verront leur pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la TVA, sans avoir d’augmentation de la rente ; ils sont nombreux à ne pas disposer d’un deuxième pilier généreux.

« Prévoyance Vieillesse 2020 » prévoit également un dispositif qui est la porte ouverte pour la retraite à 70 ans, au travers d’une nouvelle flexibilité. Cette réforme qui fait passer l’âge de la retraite pour les femmes de 64 à 65 ans,  ne tient pas compte du fait que, comme le prouvent les chiffres du SECO (revenus 19% plus bas, Secrétariat de l’Etat à l’économie), l’égalité est loin d’exister dans tous les domaines.

Parmi les perdants, on trouve également les jeunes générations de 20 à 45 ans, qui devront payer la facture de la réforme, sans garantie d’avoir eux-mêmes une retraite convenable. Même si « Prévoyance Vieillesse 2020 » est acceptée, il faudra une nouvelle réforme au début des années 2030.

De manière plus générale, en mélangeant l’AVS et le deuxième pilier dans cette réforme, on se dirige vers un système unifié qui mélange les deux systèmes, c’est-à-dire une assurance-vieillesse mammouth. Au contraire, nous estimons qu’il faut garder le système AVS, complété par le deuxième pilier (LPP, caisses de pension),  le troisième pilier (assurances-vie, économies, etc.) et les prestations complémentaires.

Il n’y a pas de précipitation, au vu de la situation financière envisagée de ces institutions. Il est donc préférable que les Chambres fédérales revoient la copie et proposent un système mieux conçu qui garantisse nos retraites.

Le MCG propose de voter NON à la fois à l’arrêté sur le relèvement de la TVA et à la loi fédérale sur la réforme « Prévoyance Vieillesse 2020 », les deux sujets étant liés.

OUI à la sécurité alimentaire

Le MCG propose de voter OUI au contre-projet à l’initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire ». Les initiants ont retiré leur texte et le contre-projet a rencontré un très large appui aux Chambres fédérales. Il s’agit de modifier la Constitution fédérale pour y inscrire un concept global de sécurité alimentaire qui englobe la sauvegarde des terres agricoles, une production alimentaire adaptée au site et économe en ressources naturelles ainsi qu’une agriculture et un secteur agroalimentaire tournés vers le marché.

OUI au renforcement des droits populaires à Genève

Le MCG défend la démocratie suisse, que tant de pays nous envient. C’est pourquoi nous avons proposé au Grand Conseil genevois un nombre plus équilibré de signatures à récolter pour les référendums et initiatives. S’agissant d’un changement constitutionnel genevois, le sujet est soumis au vote populaire. Il est impératif de permettre aux électeurs de pouvoir se prononcer alors que le niveau actuel de récolte de signatures est beaucoup trop élevé.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Un signal clair après le NON à RIE3

VOTATIONS DU 12 FEVRIER 2017

Donner un signal clair après le NON à RIE3

Le MCG a pris acte du résultat des votations du 12 février 2017 et en particulier de la réforme RIE3 qui est un enjeu important pour Genève. Au niveau fédéral, au moment où nous publions ce communiqué, le NON semble nettement l’emporter, démontrant ainsi que les électeurs suisses cherchent des compromis équilibrés au niveau fiscal.

A Genève, nous nous trouvons face à un petit NON de 51,7%., qui s’explique par la tendance générale au niveau suisse mais qui démontre aussi un certain nombre d’erreurs commises durant la campagne des votations. En particulier, il y a eu un manque d’explications claires. Il convient de souligner que les opposants ont multiplié les slogans mensongers à plusieurs niveaux, mais avec des méthodes plus visibles et efficaces que les partisans du OUI. Nous déplorons que les syndicats patronaux genevois ne se soient pas engagés dans une politique en faveur de l’embauche des résidents genevois, ce qui aurait été un signal clair à même de trouver une majorité d’électeurs.

Ce NON ajoute de l’incertitude, ce qui est préjudiciable au maintien des entreprises sur le territoire genevoise et à l’emploi. En terme fiscal, ce NON aura des conséquences très négatives sur le budget de l’Etat de Genève et le MCG devra se battre encore plus fort pour conserver les prestations ainsi que les rémunérations de la fonction publique, qui sont clairement menacées ces prochaines années. Le rôle du MCG sera déterminant dans ces combats en faveur des citoyens genevois.

Pour défendre les finances genevoises et les entreprises du canton, nous allons proposer de nous aligner sur les conditions offertes par le canton de Vaud, en proposant un taux compétitif de 13,49 en recherchant le soutien de la majorité responsable du Grand Conseil.

Ces prochaines années vont être difficiles pour le canton de Genève, très dépendant des multinationales qui représentent 20’000 emplois directs et des rentrées fiscales importantes, si nous ne donnons pas rapidement un signal clair.

Fonds FORTA
En revanche, nous nous réjouissons de l’adoption du Fonds FORTA qui va permettre d’améliorer les infrastructures routières, notamment dans le trafic d’agglomération. Cela sera bénéfiques pour Genève, notamment pour financer l’élargissement de l’autoroute de contournement et la traversée de la rade.

Naturalisations
Nous prenons acte de l’acceptation de la loi sur la naturalisation de la troisième génération facilitée. Si le MCG s’est opposé aux procédures qui échappent aux cantons et aux communes, nous sommes bien entendu favorables à l’intégration facilitée au moyen de la naturalisation mais nous voulons éviter une naturalisation à deux vitesses.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, vice-président du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Hymne national maltraité: le MCG appelle au boycott

HYMNE NATIONAL SUISSE

Le MCG appelle les citoyens patriotes au boycott

La commune de Meinier a décidé, lors de la cérémonie du 1er Août, de mettre en concurrence notre hymne national avec un autre chant dont la mélodie est la même mais avec des paroles farfelues. Le même procédé sera également mis en place sur notre prairie du Grütli.

 

Il est scandaleux que le Conseil fédéral ainsi que des autorités communales, dont Meinier, acceptent cette grave atteinte à nos valeurs patriotiques. Sous prétexte fallacieux qu’il s’agirait du nouvel hymne national, celui-ci devrait remplacer l’actuel chant officiel auquel nous sommes attachés. En réalité, la Société suisse d’utilité publique (SSUP) a organisé un concours télévisé « style hit-parade », ouvert à tout téléspectateur sans tenir compte de sa nationalité et de son attachement à notre pays. De ce fait, ce choix ne vaut absolument rien.

Seul le Conseil fédéral, après consultation des Chambres fédérales, peut décider d’un quelconque changement d’hymne national. Questionné à ce sujet lors de la dernière session du Conseil national et sous l’inquiétude de nombreux parlementaires de tous partis confondus, il a été répondu qu’aucun changement d’hymne n’est à l’ordre du jour.

Par conséquent, la SSUP s’arroge des droits qui ne lui appartiennent pas et crée une véritable confusion dans les esprits et une certaine division parmi les citoyens. Il est entendu que le MCG interviendra à Berne comme probablement d’autres parlementaires de tous bords pour mettre un terme à cette mascarade.

C’est pourquoi nous appelons les citoyens patriotes à boycotter les communes qui auront choisi le nouvel hymne pour la Fête du 1er Août, ou à manifester leur mécontentement.

Ana ROCH, présidente du MCG

Roger GOLAY, conseiller national MCG

 

Préférence cantonale: le MCG fait école auprès du Conseil fédéral

Le principe de « préférence » aux résidents, défendu par le MCG depuis 2005, serait maintenant repris sous forme de proposition par le Conseil fédéral, selon un journal dominical orange.

Le Matin dimanche a révélé le 1er février que le Conseil fédéral étudie attentivement un dispositif afin de favoriser l’emploi pour les résidents de notre pays, pour les engagements dans l’administration. Les demandeurs d’emplois seraient informés des postes vacants une semaine à l’avance. Cette réflexion du Conseil fédéral confirme que le Mouvement Citoyens Genevois avait vu juste depuis 2005 en proposant en tout premier ce même type de dispositif pour l’administration cantonale.

Ce qui démontre que nous sommes un parti à l’avant-garde pour les bonnes idées.

Nous considérons que cette proposition démontre un grand esprit de responsabilité de la part de notre Conseil fédéral.

Le MCG continuera à se battre contre l’invasion des frontaliers, qui ravagent notre système social et qui mettent dans un grand désespoir de nombreux demandeurs d’emplois genevois.

Nous sommes satisfaits de la politique menée par notre conseiller d’Etat Mauro Poggia, qui applique le dispositif en question. Nous avons pu constater que les premiers effets sont encourageants et que la courbe des frontaliers et des chômeurs a tendance à se stabiliser.

Nous sommes conscients que c’est un combat permanent et que les résultats très positifs ne peuvent être immédiats, mais les signes sont prometteurs.

 

Roger GOLAY, Président du MCG, Conseiller national

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Scandale du CEVA: la mascarade genevoise, ça suffit!

Le MCG réagit suite au refus de la création d’une commission d’enquête parlementaire lors de la session extraordinaire du Grand Conseil de samedi dernier, par la volonté des partis politiques inféodés au gouvernement.

Nous n’avons absolument pas confiance dans la gestion de l’information émanant de M. Longchamp, lequel s’est fait déjà largement remarquer par la presse romande pour ses déclarations douteuses.

Le MCG a décidé d’utiliser une voie plus sûre pour obtenir la vérité sur l’ « affaire du CEVA ». Par conséquent, notre mouvement vient de déposer au Conseil national une interpellation afin d’obtenir divers éléments essentiels pour déterminer les risques. Il s’agit en outre de connaître les implications financières pour les CFF et la Confédération du retard du chantier du CEVA estimé au minimum à 21 mois.

Il est désolant que le rapport de confiance entre la deuxième force politique du canton et le président du Conseil d’Etat soit rompu, ce qui nous oblige à chercher au niveau fédéral des informations reflétant la réalité.

Roger GOLAY, Conseiller national et Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Votation contre les P+R français: victoire du Peuple genevois

La politique du Conseil d’Etat sur le projet mégalo dit du « Grand Genève » est désavouée par les électeurs.

Le MCG est reconnaissant à l’égard du Peuple genevois pour sa décision sur le projet de financement de parkings sur le territoire français avec l’argent des Genevois. Les citoyens souhaitent fixer les priorités des investissements publics pour les infrastructures indispensables au bon fonctionnement de notre République.

Il n’est pas tolérable que nos écoles tombent en état de délabrement, que nous devons nous priver d’EMS, de crèches, de locaux décents pour les usagers des services publics. Avec une dette de plus de 13 milliards de francs, sans compter les 750 millions de francs qui manquent pour remettre dans un état acceptable les bâtiments publics, nous ne pouvons tolérer que le Conseil d’Etat puisse donner à bien plaire 240 millions d’euros pour servir une région frontalière qui profite déjà suffisamment de notre prospérité et de la ristourne sur l’impôt à la source à coup de centaines de millions chaque année.

Le Peuple dans sa grande sagesse dit : les Genevois d’abord !

Le Conseil d’Etat doit faire un virage conséquent et se replacer pour défendre les intérêts des habitants de notre canton et cesser d’avoir ce rôle de flambeur dans la promotion d’un « Grand Genève » qui est une dangereuse utopie.

Sur la base de ce signal très clair, nous nous opposerons à toute démarche allant dans le sens de financer les investissements français avec l’argent des Genevois.

Pas de hausse pour les tarifs des TPG !

Le MCG est satisfait du résultat demandant un contrôle sur les tarifs des TPG. Nous étions en faveur de cette initiative. En effet, nous estimions qu’il n’était pas censé de laisser une régie publique décider des tarifs pour ses usagers sans plus de contrôle des représentants du Peuple. Avec ce résultat, nous gagnons en démocratie. Nous corrigerons l’oubli des 18-25 ans afin que ceux-ci puissent bénéficier de tarifs avantageux.

Votations fédérales

Nous sommes satisfaits du choix du Peuple relatif aux médecins de famille, à la protection contre les pédophiles, au refus du salaire minimum proposé par une gauche dogmatique. En revanche, nous déplorons que l’avion Gripen n’ait pas fait un consensus populaire. Nous dénonçons la communication trompeuse et dogmatique de la gauche visant à affaiblir notre défense nationale, dans le seul objectif de supprimer l’armée. Nous regrettons également la très mauvaise communication du Conseil fédéral, qui ne s’est pas donné les moyens de gagner. Une certaine presse n’a pas été étrangère à cet échec. Nous estimons que ce sujet devra être repris le plus vite possible pour assurer une sécurité aérienne efficace tant dans le domaine militaire que civil.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

A la solde de Bruxelles contre les travailleurs suisses victimes de sous-enchères et la démocratie: le vrai visage monstrueux du PS

Le Parti socialiste bafoue la démocratie directe et enfonce les travailleurs victimes de sous-enchère salariale. C’est avec une très grande consternation que le Mouvement Citoyens Genevois apprend qu’un parti national est prêt à remettre en question notre démocratie directe et toutes les valeurs de ses institutions.

Le Parti socialiste suisse vient de demander que les quotas d’immigrants soient différents selon les régions en fonction du résultat du vote du 9 février sur l’initiative contre l’immigration massive acceptée par la majorité du peuple et des cantons.

Cette manière d’entrevoir la démocratie rappelle les années sombres de notre Histoire.

Le MCG défenseur de nos libertés

Les mauvais perdants du 9 février se révoltent contre la décision du Peuple. Ils préfèrent détruire sournoisement nos libertés fondamentales par des propositions allant à l’encontre de l’unité fédérale helvétique afin de satisfaire l’ogre de Bruxelles.

Face à ces procédés odieux, le MCG ne peut que s’élever contre cette politique destructrice qui ne conduira qu’au chaos et à la misère pour le plus grand nombre.

Le MCG veillera à maintenir nos libertés fondamentales, inscrites dans nos constitutions, et ainsi exigera l’application de cette initiative comme le Peuple en a décidé.

Nous nous opposerons aux diktats du parti socialiste, qui aspire à réduire la démocratie.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Elections du 9 février: rendez-vous importants

La campagne pour les élections du 9 février bat son plein.

Samedi 18 janvier au Molard 10h-15h

Venez sur le stand commun MCG-UDC pour soutenir l’initiative contre l’immigration massive et l’afflux de frontaliers

Conférence organisée lundi 20 janvier à Uni-mail (salle A160) – 19h30

« Immigration subie ou immigration choisie »

Sur l’initiative contre l’immigration massive et l’abus de frontaliers

Par le conseiller national UDC Luzi Stamm

Les militants MCG sont les bienvenus