NON à Prévoyance Vieillesse 2020

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

VOTATIONS DU 24 SEPTEMBRE 2017

Le MCG s’oppose à « Prévoyance Vieillesse 2020 »

Lors de son assemblée des délégués du 1er juillet 2017, le Mouvement Citoyens Genevois a pris position sur les prochaines votations du 24 septembre.

Non à « Prévoyance Vieillesse 2020 », dangereuse et mal conçue

A une très large majorité, les délégués du MCG ont refusé la réforme dénommée « prévoyance vieillesse 2020 ». A l’origine, le Conseil fédéral avait proposé uniquement un assainissement séparé de l’AVS et du 2e pilier, ce qui aurait été la bonne méthode de travail. Le projet sorti des Chambres fédérales est un hybride qui déséquilibre et dénature le système AVS connu pour sa logique et sa simplicité.

Par exemple, les nouveaux retraités recevront 70 francs de plus par mois mais pas les rentiers actuels, ce qui représente deux classes distinctes et attaque l’universalité de l’AVS. On est en train de saucissonner cette assurance sociale avec deux catégories de retraités. Chaque bénéficiaire reçoit actuellement la même somme en fonction uniquement de sa cotisation. Nous voulons garder le principe de l’AVS, qui a fait ses preuves, sans bricolage.

De plus, les rentiers actuels comme les autres habitants verront leur pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la TVA, sans avoir d’augmentation de la rente ; ils sont nombreux à ne pas disposer d’un deuxième pilier généreux.

« Prévoyance Vieillesse 2020 » prévoit également un dispositif qui est la porte ouverte pour la retraite à 70 ans, au travers d’une nouvelle flexibilité. Cette réforme qui fait passer l’âge de la retraite pour les femmes de 64 à 65 ans,  ne tient pas compte du fait que, comme le prouvent les chiffres du SECO (revenus 19% plus bas, Secrétariat de l’Etat à l’économie), l’égalité est loin d’exister dans tous les domaines.

Parmi les perdants, on trouve également les jeunes générations de 20 à 45 ans, qui devront payer la facture de la réforme, sans garantie d’avoir eux-mêmes une retraite convenable. Même si « Prévoyance Vieillesse 2020 » est acceptée, il faudra une nouvelle réforme au début des années 2030.

De manière plus générale, en mélangeant l’AVS et le deuxième pilier dans cette réforme, on se dirige vers un système unifié qui mélange les deux systèmes, c’est-à-dire une assurance-vieillesse mammouth. Au contraire, nous estimons qu’il faut garder le système AVS, complété par le deuxième pilier (LPP, caisses de pension),  le troisième pilier (assurances-vie, économies, etc.) et les prestations complémentaires.

Il n’y a pas de précipitation, au vu de la situation financière envisagée de ces institutions. Il est donc préférable que les Chambres fédérales revoient la copie et proposent un système mieux conçu qui garantisse nos retraites.

Le MCG propose de voter NON à la fois à l’arrêté sur le relèvement de la TVA et à la loi fédérale sur la réforme « Prévoyance Vieillesse 2020 », les deux sujets étant liés.

OUI à la sécurité alimentaire

Le MCG propose de voter OUI au contre-projet à l’initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire ». Les initiants ont retiré leur texte et le contre-projet a rencontré un très large appui aux Chambres fédérales. Il s’agit de modifier la Constitution fédérale pour y inscrire un concept global de sécurité alimentaire qui englobe la sauvegarde des terres agricoles, une production alimentaire adaptée au site et économe en ressources naturelles ainsi qu’une agriculture et un secteur agroalimentaire tournés vers le marché.

OUI au renforcement des droits populaires à Genève

Le MCG défend la démocratie suisse, que tant de pays nous envient. C’est pourquoi nous avons proposé au Grand Conseil genevois un nombre plus équilibré de signatures à récolter pour les référendums et initiatives. S’agissant d’un changement constitutionnel genevois, le sujet est soumis au vote populaire. Il est impératif de permettre aux électeurs de pouvoir se prononcer alors que le niveau actuel de récolte de signatures est beaucoup trop élevé.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Les Genevoises et les Genevois ont le dernier mot

LES GENEVOIS ONT PLEIN D’IDEES

Succès du grand sondage lancé par le MCG

Le MCG a lancé une grande enquête auprès des Genevoises et Genevois dans son dernier journal « Le Citoyen ».

Nous nous réjouissons du succès rencontré auprès des habitants de notre canton qui ont exprimé leur opinion sur Genève et sur ce qui doit changer dans notre canton, en nous renvoyant leurs propositions par poste ou par courriel.

Ces opinions et suggestions nous seront très précieuses. Nous avons mis en place une petite équipe qui dépouille ce sondage. Ainsi, nous prendrons le temps de recueillir ces idées, ces propositions, dans un esprit de Mouvement authentiquement citoyen, en faisant une synthèse et présentant des pistes d’amélioration pour notre vie à tous.

Nous profitons de cette occasion pour remercier les participants, tout en continuant ce sondage qui est en ligne sur www.mcge.ch, avec la possibilité d’envoyer un courriel à info@mcge.ch.

Bien évidemment, nous vous tiendrons au courant de cette vaste opération.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

 

Conseil des Etats: score encourageant de la Nouvelle Force MCG-UDC

ELECTION AU CONSEIL DES ETATS

Score encourageant de la Nouvelle Force

Le MCG a pris acte avec satisfaction du résultat sorti des urnes pour l’élection au Conseil des Etats. Malgré la non-élection du tandem Nidegger-Stauffer, nous relevons que la Nouvelle Force a obtenu un nombre de voix encourageant qui démontre que notre position sur la scène politique est bien ancrée comme troisième bloc.

L’union du MCG avec l’UDC devient ainsi incontournable pour obtenir des majorités dans de nombreux domaines. Malheureusement, le PDC Desfayes n’a toujours pas compris les enjeux qui sont de créer des alliances de circonstance (mathématiques), afin d’obtenir des succès électoraux pour mieux représenter les entités regroupées dans l’Entente et la Nouvelle Force. Nous espérons que l’échec d’avoir pu présenter un candidat de l’Entente et de la Nouvelle Force fera ouvrir les yeux au dénommé Desfayes et à ses compères.

Nous remercions tous les électeurs qui ont témoigné de leur confiance au MCG. Qu’ils en soient sincèrement remerciés.

Roger GOLAY, Président du MCG

Ville d’Onex: incompétence des autorités

Ce matin mardi 3 mars 2015, en séance du Conseil administratif de la Ville d’Onex, le magistrat Eric Stauffer a été minorisé, ses collègues ayant décidé de faire une communication officielle sur la campagne d’affichage du Mouvement Citoyens Genevois. Le conseiller administratif Eric Stauffer a fait inscrire son opposition au procès-verbal. De ce fait, il peut sur ce sujet communiquer de manière individuelle sans engager la Ville d’Onex.

(http://www.onex.ch/fr/agenda-et-actualites/actualites/detail/affichage-politique-mars-2015-65-8394)

En outre, les partis socialistes, verts, plr, pdc ont déposé une résolution qui sera débattue au Conseil municipal mardi prochain. Cet texte saugrenu évoque le projet de loi déposé par le MCG qui demande la création d’un label pour les entreprises employant de la main d’œuvre locale comme l’ont fait des Tessinois bien avisés, jouant leur rôle social dans la protection de l’emploi. De plus, les partis co-signataires de la résolution du Municipal, qui visiblement ne connaissent pas la législation, confondent un projet de loi cantonal avec une délibération communale.

En revanche les auteurs de la résolution ont une fois de plus dépassé les limites de la stupidité en faisant des comparaisons avec des périodes sombres de notre histoire, démontrant à la fois leur ignorance historique, ce qui clairement de la diffamation politique. Quand certains n’ont plus d’arguments à faire valoir, ils n’ont plus qu’à se ranger dans les invectives misérables.

Le MCG réaffirme ses valeurs, à savoir la défense absolue des résidents genevois, sans distinction de nationalité, qui doivent avoir la priorité absolue sur l’emploi.

Le MCG et ses élus à Onex sont fiers de mener une politique favorable aux résidents genevois, qui doivent être protégés face à l’afflux excessif de travailleurs frontaliers. Le MCG défendra toujours Genève face aux abus inacceptables de la mondialisation qui fait des victimes quotidiennement dans notre canton, que cela dérange une gauche et une droite étonnamment unie contre la défense des citoyens.

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Conseiller administratif de la Ville d’Onex, Président d’honneur du MCG

 

ANNEXE :

 

La résolution présentée au Conseil municipal d’Onex

 

PROJET DE RÉSOLUTIONPR/197

 

10.03.2015

NON AUX CAMPAGNES MENSONGÈRES ET DISCRIMINANTES

Vu les courriers adressés au Conseil municipal

Vu la campagne d’affichage sur la commune d’Onex «Commune zéro frontaliers»

Vu le projet de loi déposé au Grand Conseil et soutenu par le MCG visant à introduire un label indiquant le taux d’employés locaux dans les entreprises

Vu le détournement à des fins publicitaires et partisanes du slogan de la commune «Onex Ville de progrès»

Considérant que:

-Tout n’est pas permis en campagne électorale

-On n’a pas le droit de choquer ou blesser des personnes

-On n’a pas le droit d’associer une commune à des pratiques discriminatoires, en dé-tournant son slogan « Onex Ville de progrès »

-On n’est pas en guerre, mais sur un terrain de bataillesd’idées, de visions pour le bien public

Vul’exposé des motifs

Sur proposition de la majorité des membres du Bureau

LE CONSEIL MUNICIPAL

1.Dénonce et condamne avec vigueu rla campagne d’affichage «Commune zéro frontaliers»

2.Déplore et rejette fermement l’idée d’un label qualifiant les entreprises en fonction du ratio employés locaux / frontaliers. Il invite le Grand Conseil à rejeter ce projet de loi sans débat

3.Considère que le slogan «Onex Ville de progrès» ne doit pas être utilisé pour de la publicité et des actions partisanes

4.Adresse ses regrets à toutes les personnes blessées et choquées. Cette campagne n’est pas le fait de la commune, même si elle est à l’initiative de Monsieur Eric STAUFFER,Conseiller administratif.

* * *2.

 

Exposé des motifs

L’objectif du présent projet de résolution est de répondre aux nombreuses personnes qui ont envoyé des courriers au Conseil municipal et aux indignations reportées sur les réseaux sociaux et courriers des lecteurs (cf.prise de position de Monsieur André CASTELLA ci-après).

Sans vouloir remettre en cause la liberté d’expression dans le cadre d’une campagne électorale, le Conseil municipal de la Ville d’Onex condamne avec laplus grande fermeté les affiches ayant pour slogan «Commune zéro frontalier» associé à la devise de notre commune «Onex Ville de progrès»,ainsi que la création d’un label indiquant le taux d’employés locaux dans les entreprises.

La campagne d’affichage est ambiguë, mensongère et discriminante .Elle est honteuse, elle vise des groupes de personnes qui participent à l’économie et au bien-être des Onésiennes et des Onésiens.

La création d’une vignette mentionnant le ratio employés locaux / frontaliers rappelle à certains les événements honteux qui ont précédéla «Nuit de Cristal». Ce label vise à stigmatiser des personnes et des entreprises, alors que le but d’un label est, au contraire, de mettre en avant le côté positif d’un produit ou d’une entreprise.

Ce n’est en aucun cas la volonté des élus de la commune d’Onex de rejeter les travailleurs frontaliers.

Pour le Bureau:

Daniel CATTANI et François MUMENTHALER

 

La « Tribune de Genève » met en danger la démocratie

L’éditorial de la « Tribune de Genève » de ce jour (7 février), signé du rédacteur en chef, est une attaque en règle contre la démocratie suisse et ses fondements les plus importants.

Il est intolérable que le seul quotidien généraliste d’information, qui subsiste à Genève, puisse se permettre de tromper l’opinion publique en ne donnant qu’une information partiale et unilatérale, sur la validité du vote du peuple sur l’initiative « Contre l’immigration de masse », acceptée le 9 février 2014.

Cette loi est sans contestation modérée (en comparaison avec Ecopop notamment), tenant compte de l’économie, et son seul objet est de redonner la souveraineté à la Suisse sur ce sujet important.

Mais, plus grave, l’éditorial de la « Tribune » est contraire à l’objectivité et au respect du pluralisme des opinions, qui sont les valeurs d’une presse démocratique. Il met en péril les règles de liberté acceptées par tous. Du fait de sa position de monopole, obtenue grâce à la disparition des concurrents, ce journal met en péril la démocratie genevoise et confédérale.

Le rédacteur en chef du journal, appartenant au trust zurichois Tamédia, va même jusqu’à donner des ordres à ses lecteurs, en titrant ainsi son éditorial : « Le peuple suisse doit revoter ». Il ne s’agit plus d’une opinion, mais d’un ordre. Pareil procédé, défendu par la « Tribune » fait penser aux heures les plus sombres de notre histoire.

La « Tribune de Genève » n’est pas, à notre connaissance, le porte-parole d’un parti ou un journal d’opinion, mais il est considéré comme un journal d’information, ce qui devrait l’obliger à respecter certaines règles journalistiques. A moins de tromper gravement les lecteurs, dont beaucoup ont d’ailleurs déjà renoncé à le lire. Ceux-ci refusent d’adhérer à cette pensée unique.

S’opposer aux règles démocratiques est une grave faute, que nous ne pouvons tolérer.

En lisant une telle presse, nous ne pouvons que regretter la disparition du « Journal de Genève » et de « La Suisse », qui étaient des journaux beaucoup plus objectifs et respectaient la démocratie. Maintenant, nous comprenons encore mieux la raison de certains articles dégradants et peu objectifs sur le MCG.

Roger GOLAY, Président du MCG, Conseiller national

Eric STAUFFER, Président d’honneur du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

 

Fausses informations sur Eric Stauffer: procédés déloyaux de « 24Matin »

Le site internet « 24Matin » prétend qu’Eric Stauffer co-fondateur du MCG et Maire d’Onex est « devenu citoyen français dans le plus grand secret (…..) et que M. Stauffer séjournait incognito dans un luxueux duplex de la commune française de St Julien» !

Cette information est totalement fausse. Elle ne vise qu’un seul objectif : prétendre que M. Stauffer tiendrait simultanément un discours anti-frontaliers et habiterait de l’autre côté de la frontière. Cela est d’autant plus grave, le concernant, que « 24Matin » fait croire aux habitants d’Onex que leur Maire n’habite pas leur commune. Ce qui constitue un procédé des plus déloyaux et infects.

De nombreuses personnes de bonne foi ont été abusées par ces fausses informations, les croyant vraies. « 24Matin » n’est pas identifié comme un média satirique, contrairement au « Canard enchaîné » qui lui a l’honnêteté de ne publier que des informations exactes et vérifiées.

Tout au contraire « 24Matin » avance masqué. Preuve en est que les noms des responsables ne figurent pas explicitement sur le site.

Comme certaines assureurs qui mettent les clauses les plus importantes dans les plus petits caractères, les manipulateurs de 24Matin ont noyé une bribe d’information dans une page très discrète qui dit «Toutes les informations que vous trouverez sur nos pages sont fausses (semblerait-il) et sortent de l’imaginaire de leurs auteurs…».

Si les animateurs de ce site étaient corrects, ils mettraient cette information en première page de façon visible et clairement identifiable. En agissant comme ils le font ils manipulent l’opinion publique. Ensuite, ils ne joueraient pas de la confusion que génère le nom de leur site avec celui du « Matin » et de « 24Heures » qui sont lus et crédibles aux yeux des Romands. Accessoirement on relève que ce site prétendument satirique manque cruellement de subtilité et d’humour.

Il vrai que l’origine du site, entre monts et prairies valaisans inspirés par un socialisme alpestre, ne peut que produire de l’information à la raclette.

En conclusion le MCG dénonce une basse opération démontrant, une fois de plus, que nos actions vont dans la bonne direction et dérangent certains qui sont réduits à des procédés déloyaux. Le MCG tient à rassurer les électeurs, le maire de la commune d’Onex habite près de ses citoyens et continue à défendre leurs valeurs.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG