Votation à Carouge: le MCG résiste aux gaspillages

[et_pb_section admin_label= »section »] [et_pb_row admin_label= »row »] [et_pb_column type= »4_4″] [et_pb_text admin_label= »Text »] VOTATION A CAROUGE

Le MCG résiste aux gaspillages

Le MCG prend acte de la décision des électeurs carougeois suite à la votation sur le théâtre et remercie les soutiens au référendum. Malheureusement, de nombreuses dérives ne nous ont pas permis d’obtenir une majorité contre ce gaspillage à 54 millions.

Nous remercions les Carougeois qui nous ont soutenus en votant non à la destruction-reconstruction du théâtre et ont fait preuve de courage, malgré une campagne massive à notre encontre. Plus du tiers des électeurs nous ont suivi contre ce gaspillage mais cela n’a pas été suffisant.

Prise de position inacceptable de la Migros

Néanmoins, cette campagne a été émaillée de nouvelles dérives. Ainsi, le texte de la brochure électorale n’a pas respecté l’objectivité prévue dans la loi, comme en Ville de Genève. Quant aux moyens considérables mis en route par les partisans du oui, nous nous interrogeons sur leur provenance. Nous déplorons qu’un commerce comme Migros Brico-Loisirs, théoriquement neutre politiquement, ait placardé des affiches pour voter oui et a pris position dans une mesure que nous ignorons, en « prétendant que les commerces carougeois vivent grâce au théâtre de Carouge », ce qui est une grave contre-vérité. Etant une coopérative qui paie pas ou peu d’impôts, la Migros a pris une position politicienne scandaleuse.

Par ailleurs, nous constatons le double langage de certains partis politiques qui, à longueur de journée, prônent la rigueur budgétaire et les économies en tout genre, mais quand il s’agit de réduire concrètement les dépenses ils sont les premiers à les faire exploser. Ils ont ainsi perdu toute crédibilité.

Les électeurs sauront se souvenir de ces incohérences. Le MCG a tenu sa ligne opposée à tout gaspillage et mauvaise gestion des finances municipales et cantonales. A l’avenir nous continuerons, sans fléchir, notre défense de la bonne gestion des deniers publics, contre tous les autres partis réunis, qui dilapident notre argent à tout va.

 

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, responsable de la section Carouge du MCG
[/et_pb_text] [/et_pb_column] [/et_pb_row] [/et_pb_section]

Stand du MCG le 23 décembre

[et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.49″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Le MCG vous offre le vin chaud

samedi 23 décembre au Molard de 11h30 à 13h

Avant Noël, venez nombreux nous rendre visite !


[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

NON à Prévoyance Vieillesse 2020

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

VOTATIONS DU 24 SEPTEMBRE 2017

Le MCG s’oppose à « Prévoyance Vieillesse 2020 »

Lors de son assemblée des délégués du 1er juillet 2017, le Mouvement Citoyens Genevois a pris position sur les prochaines votations du 24 septembre.

Non à « Prévoyance Vieillesse 2020 », dangereuse et mal conçue

A une très large majorité, les délégués du MCG ont refusé la réforme dénommée « prévoyance vieillesse 2020 ». A l’origine, le Conseil fédéral avait proposé uniquement un assainissement séparé de l’AVS et du 2e pilier, ce qui aurait été la bonne méthode de travail. Le projet sorti des Chambres fédérales est un hybride qui déséquilibre et dénature le système AVS connu pour sa logique et sa simplicité.

Par exemple, les nouveaux retraités recevront 70 francs de plus par mois mais pas les rentiers actuels, ce qui représente deux classes distinctes et attaque l’universalité de l’AVS. On est en train de saucissonner cette assurance sociale avec deux catégories de retraités. Chaque bénéficiaire reçoit actuellement la même somme en fonction uniquement de sa cotisation. Nous voulons garder le principe de l’AVS, qui a fait ses preuves, sans bricolage.

De plus, les rentiers actuels comme les autres habitants verront leur pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la TVA, sans avoir d’augmentation de la rente ; ils sont nombreux à ne pas disposer d’un deuxième pilier généreux.

« Prévoyance Vieillesse 2020 » prévoit également un dispositif qui est la porte ouverte pour la retraite à 70 ans, au travers d’une nouvelle flexibilité. Cette réforme qui fait passer l’âge de la retraite pour les femmes de 64 à 65 ans,  ne tient pas compte du fait que, comme le prouvent les chiffres du SECO (revenus 19% plus bas, Secrétariat de l’Etat à l’économie), l’égalité est loin d’exister dans tous les domaines.

Parmi les perdants, on trouve également les jeunes générations de 20 à 45 ans, qui devront payer la facture de la réforme, sans garantie d’avoir eux-mêmes une retraite convenable. Même si « Prévoyance Vieillesse 2020 » est acceptée, il faudra une nouvelle réforme au début des années 2030.

De manière plus générale, en mélangeant l’AVS et le deuxième pilier dans cette réforme, on se dirige vers un système unifié qui mélange les deux systèmes, c’est-à-dire une assurance-vieillesse mammouth. Au contraire, nous estimons qu’il faut garder le système AVS, complété par le deuxième pilier (LPP, caisses de pension),  le troisième pilier (assurances-vie, économies, etc.) et les prestations complémentaires.

Il n’y a pas de précipitation, au vu de la situation financière envisagée de ces institutions. Il est donc préférable que les Chambres fédérales revoient la copie et proposent un système mieux conçu qui garantisse nos retraites.

Le MCG propose de voter NON à la fois à l’arrêté sur le relèvement de la TVA et à la loi fédérale sur la réforme « Prévoyance Vieillesse 2020 », les deux sujets étant liés.

OUI à la sécurité alimentaire

Le MCG propose de voter OUI au contre-projet à l’initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire ». Les initiants ont retiré leur texte et le contre-projet a rencontré un très large appui aux Chambres fédérales. Il s’agit de modifier la Constitution fédérale pour y inscrire un concept global de sécurité alimentaire qui englobe la sauvegarde des terres agricoles, une production alimentaire adaptée au site et économe en ressources naturelles ainsi qu’une agriculture et un secteur agroalimentaire tournés vers le marché.

OUI au renforcement des droits populaires à Genève

Le MCG défend la démocratie suisse, que tant de pays nous envient. C’est pourquoi nous avons proposé au Grand Conseil genevois un nombre plus équilibré de signatures à récolter pour les référendums et initiatives. S’agissant d’un changement constitutionnel genevois, le sujet est soumis au vote populaire. Il est impératif de permettre aux électeurs de pouvoir se prononcer alors que le niveau actuel de récolte de signatures est beaucoup trop élevé.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Carouge: succès du référendum sur le théâtre

COMMUNE DE CAROUGE

Succès du référendum sur le théâtre

Le nombre de signatures nécessaire a été atteint. La parole revient aux habitants de la commune malgré l’hostilité de tous les partis à l’exception du MCG. C’est une victoire de la démocratie.

 

Les électeurs carougeois voteront donc sur la destruction-reconstruction du théâtre de Carouge. En effet, le nombre de signatures nécessaires, soit 1474, a été atteint ; 1503 paraphes ont été validés. Alors que pas moins de 1722 signatures ont été déposées. Le Conseil d’Etat vient de constater officiellement, ce mercredi 31 mai, la validité du référendum mais la date du scrutin n’a pas encore été annoncée.

Malgré une campagne scandaleuse demandant de ne pas signer le référendum, ce qui est contraire à l’esprit démocratique, les Carougeoises et les Carougeois avec le MCG ont gagné contre tous les autres partis politiques et les autorités locales mobilisées contre ce référendum. Les intimidations et le harcèlement de rue, menés par certains partis carougeois, n’ont pas empêché cette réussite.

Le MCG se réjouit du fait que le débat pourra enfin avoir lieu, les électeurs de la commune ayant ainsi le droit de se prononcer sur ce projet mégalomane de 54 millions de francs, qui vise à détruire un théâtre à l’italienne intéressant d’un point de vue patrimonial, construit il y a à peine 40 ans.

Ana ROCH, présidente du MCG      

Sandro PISTIS, responsable de la section MCG de Carouge

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Présidence MCG du Conseil municipal de Carouge

CONSEIL MUNICIPAL DE CAROUGE

Une présidente MCG

Le Conseil municipal de Carouge a élu à sa tête, mardi 30 mai, Gabriella Sonderegger pour l’année 2017-2018.

Gabriella Sonderegger est très attachée à la commune de Carouge, où elle a passé toute son enfance, son père ayant été le patron de deux établissements bien connu de la cité sarde, le Café de la Bourse et le Vieux-Carouge. Elle exerce sa profession dans le transport aérien depuis une trentaine d’années.

Nous lui souhaitons plein succès dans sa nouvelle fonction de présidente du Conseil municipal de Carouge pour 2017-2018.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Carouge: succès du référendum contre la destruction du théâtre

THEATRE DE CAROUGE

1722 signatures pour le référendum

Le comité référendaire, dans lequel le MCG s’est largement impliqué, a déposé les formulaires de signatures ce lundi 10 avril. Le minimum de 1474 a été largement dépassé et c’est maintenant au Service des votations de procéder à la vérification.

 

Malgré une campagne inouïe d’intimidations et de harcèlements, afin de contraindre les électeurs à ne pas signer le référendum et donc de mettre à mal un droit démocratique, le référendum contre la destruction-reconstruction du Théâtre de Carouge, pour 53 millions de francs, a été un succès. Des opposants à ce référendum ont tout fait pour empêcher les électeurs carougeois d’exercer sereinement leurs droits, allant jusqu’à arracher des formulaires de signatures. Ajoutons qu’ils ont placardé de manière indécente des affichettes sur l’espace public ou poursuivi des référendaires dans la rue et même dans les allées.

Nous déplorons que l’ensemble des partis carougeois, à l’exception du MCG, ait toléré de telles pratiques contraires à la démocratie.

Heureusement, les électeurs carougeois ne se sont pas laissés intimider et ont permis la réussite de ce référendum.

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, responsable de la section de Carouge du MCG

Carouge: attitude inadmissible du président du Conseil municipal

REFERENDUM A CAROUGE

Attitude inadmissible du président du Conseil municipal

Le président socialiste du Conseil municipal, Alain Etienne, a harcelé et invectivé dans la rue des militantes et militants qui récoltaient des signatures pour le référendum contre le Théâtre de Carouge.

Ce procédé visant à empêcher l’exercice d’un droit démocratique, le référendum, est inadmissible. Il l’est d’autant plus venant du président du Conseil municipal qui est censé se placer au-dessus des partis durant son mandat.

Jeudi 23 mars, le président du Conseil municipal de Carouge a invectivé, devant la poste de Carouge, deux militants qui expliquaient à la population le sens du référendum. Pour être tranquille et ne pas créer le conflit, les militants sont partis devant un commerce mais ont été poursuivis par le président du Conseil municipal carougeois qui a continué à empêcher la récolte de signatures. Celle-ci a dû être interrompue.

Depuis le lancement du référendum, de pareils procédés sont appliqués continuellement par les partisans du théâtre, qui rappellent les tristes souvenirs d’une triste époque.

Quand des militantes et des militants font signer le référendum dans des lieux centraux de Carouge, ils sont systématiquement pourchassés, agressés verbalement et souvent empêchés de faire signer le référendum par des partisans du théâtre.

Le MCG proteste catégoriquement contre de tels procédés qui sont intolérables pour de vrais démocrates. Nous ne comprenons pas comment des partis, du PS à l’UDC, peuvent cautionner et participer à de tels procédés dignes d’un régime politique dictatorial.

Ana ROCH, présidente du MCG

Gabriella SONDEREGGER, conseillère municipale MCG de Carouge

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Carouge: attitude inadmissible du président du Conseil municipal

REFERENDUM A CAROUGE

Attitude inadmissible du président du Conseil municipal

Le président socialiste du Conseil municipal, Alain Etienne, a harcelé et invectivé dans la rue des militantes et militants qui récoltaient des signatures pour le référendum contre le Théâtre de Carouge.

Ce procédé visant à empêcher l’exercice d’un droit démocratique, le référendum, est inadmissible. Il l’est d’autant plus venant du président du Conseil municipal qui est censé se placer au-dessus des partis durant son mandat.

Jeudi 23 mars, le président du Conseil municipal de Carouge a invectivé, devant la poste de Carouge, deux militants qui expliquaient à la population le sens du référendum. Pour être tranquille et ne pas créer le conflit, les militants sont partis devant un commerce mais ont été poursuivis par le président du Conseil municipal carougeois qui a continué à empêcher la récolte de signatures. Celle-ci a dû être interrompue.

Depuis le lancement du référendum, de pareils procédés sont appliqués continuellement par les partisans du théâtre, qui rappellent les tristes souvenirs d’une triste époque.

Quand des militantes et des militants font signer le référendum dans des lieux centraux de Carouge, ils sont systématiquement pourchassés, agressés verbalement et souvent empêchés de faire signer le référendum par des partisans du théâtre.

Le MCG proteste catégoriquement contre de tels procédés qui sont intolérables pour de vrais démocrates. Nous ne comprenons pas comment des partis, du PS à l’UDC, peuvent cautionner et participer à de tels procédés dignes d’un régime politique dictatorial.

Ana ROCH, présidente du MCG

Gabriella SONDEREGGER, conseillère municipale MCG de Carouge

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Carouge: le MCG a refusé le budget 2017

CONSEIL MUNICIPAL DE CAROUGE

Le MCG a refusé le budget 2017

Le MCG n’a pas accepté le budget communal, voté par la grande alliance PLR-PDC-PS-Verts, qui favorise les autres avant les nôtres. 30’000 francs sont enlevés à la TV Léman Bleu pour subventionner l’aide aux pays en voie de développement. L’effort pour les demandeurs d’emploi est très insuffisant.

 

Le Mouvement Citoyens Genevois a refusé le budget 2017 de la Ville de Carouge jeudi 22 novembre. En effet, nous ne pouvons pas accepter les choix politiques qui ne tiennent pas compte des intérêts de la population carougeoise.

 

Subvention retirée à Léman Bleu

Nous déplorons qu’environ 30’000 francs de subventions ont été retirés à la télévision locale Léman Bleu pour attribuer cette somme à l’aide aux pays en voie de développement, qui bénéficie déjà de montants excessifs. Léman Bleu, une société typiquement genevoise qui permet de valoriser le tissu local, proposait un programme à destination des commerçants carougeois qui en ont bien besoin ainsi que des interviews de personnalités carougeoises.

Par ailleurs, Carouge est l’une des communes où se trouve un nombre record de personnes à la recherche d’emploi. Aujourd’hui, il n’y a pas de politique suffisante pour inciter les nombreuses entreprises carougeoises à engager des résidents de la commune, ce que nous déplorons.

 

Trop de frontaliers engagés

La commune de Carouge continue à ne pas être exemplaire. Prenons le cas de la piscine où des travailleurs frontaliers continuent à être engagés, sous prétexte que nous n’aurions pas les personnes compétentes ici pour exercer la profession de gardien de piscine, alors que nous avons des jeunes sportifs qui seraient heureux d’exercer ce genre de profession et qui auraient toutes les compétences.

Beaucoup de personnes à Carouge vivent dans des conditions économiques difficiles et il n’est pas acceptable de les négliger au profit de programmes en faveur de l’extérieur. Nous estimons que les nôtres doivent passer avant les autres, au niveau du budget communal.

 

Changeons les priorités !

Le MCG n’a pas réussi à obtenir une réduction de l’aide au développement qui représente 1% du budget communal et d’aller à un montant tout à fait raisonnable de 0,85%. Rappelons que des sommes considérables sont déjà financées par la Confédération et Genève est, de loin, le plus généreux des cantons suisses.

Le MCG a également contesté les subventions inégales attribuées aux théâtres carougeois ainsi que le train de vie des Conseillers administratifs. Différents amendements, déposés par le groupe MCG, n’ont pas été acceptés.

Nous estimons que les priorités du budget 2017 vont dans la mauvaise direction.

 

Ana ROCH, présidente du MCG

Sandro PISTIS, conseiller municipal MCG à Carouge