Présidente MCG à Chêne-Bourg

CONSEIL MUNICIPAL DE CHENE-BOURG

Une présidente MCG

Louise Pascarella vient d’être élue présidente du Conseil municipal pour l’année 2017-2018. Nous la félicitons chaleureusement.

Louise Pascarella est à l’origine de la création de la section MCG à Chêne-Bourg, où notre Mouvement s’est imposé comme un acteur incontournable  de la commune. Elle siège au délibératif municipal depuis 2011, où elle a réalisé un excellent travail en faveur des habitants de sa commune.

Nous lui souhaitons plein succès pour sa présidence du Conseil municipal de Chêne-Bourg.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Les stands après une fulgurante Ascension

Le 11 mai 2013, un endroit sympathique, coloré et ouvert à tous.

Deux jours après le jeudi de l’Ascension, les militants MCG étaient présents sur les stands: à Chêne-Bourg, à Carouge pour le référendum contre la hausse d’impôts, à la rue de Carouge et, bien sûr, au Molard.

Toujours en ascension, telle était la devise de la semaine, sur nos stands très sympathiques où nous avons passé un samedi sympathique, avec de nombreux contacts et dialogues.

Avec des couleurs rouge et jaune, qui font chaud au coeur, nous avons présenté notre pétition en faveur du travail pour les résidents genevois, suisses et étrangers, mais également le journal Le Citoyen et notre premier flyer.

Nos amis et nos contradicteurs étaient les bienvenus pour faire vivre le débat démocratique en toute liberté, ce dont nous nous sommes tous réjouis. Les citoyens se réveillent ce printemps pour retrouver le pouvoir, qui leur est trop souvent pris par la bureaucratie de Bruxelles ou d’ailleurs, parce que nous avons comme préoccupation de faire vivre une République au service de tous.

A la semaine prochaine!

 

Le conseiller municipal Daniel Noël et le député-conseiller municipal Jean-François Girardet, en bonne compagnie au Molard, sous le regard bienveillant de notre président Roger Golay.

Une femme de 79 ans torturée par des voyous: criminels et salopards : ça suffit !

Après cette lâche agression, le MCG réclame la plus grande sévérité et l’abrogation des jours-amendes au plus vite. Il faut également que le Conseil d’Etat mette des moyens suffisants pour la sécurité des Genevoises et des Genevois.

Nous ne pouvons tolérer que de paisibles grand’mères se fassent agresser chez elles.

Avec certains criminels et petites frappes minables, nous avons dépassé le niveau du supportable. Pour le MCG, il faut dégoûter ces voyous misérables et les empêcher de mettre les pieds à Genève. Il faut supprimer au plus vite les jours-amendes et faire preuve d’une sévérité exemplaire envers les clandestins criminels, qui déshonorent leur pays d’origine et notre cité.

Notre ville est devenue un terrain de jeu pour ces salopards, comme le prouve une agression sordide, qui s’est déroulée le soir du samedi 18 février.

Une femme de 79 ans a été ligotée chez elle, étranglée et torturée afin de livrer son code bancaire. Cette habitante de Chêne-Bourg a dû sa survie à l’intervention des voisins qui ont entendu ses cris. Peu après, deux individus bien connus de la justice, sont arrêtés à un distributeur bancaire avec la carte de la victime, grâce à a police et aux moyens mis en oeuvre. Nous remercions et félicitons la police pour son efficacité.

Ces deux individus, en situation irrégulière en Suisse, ont résisté et blessé un policier au moment de leur arrestation. Et pour couronner le tout, ils osent encore contester ces faits et, selon le Ministère public, « ne montrent aucune compassion envers la victime ». Nous félicitons l’action du Ministère public et, en qualité de citoyens, exigeons que la plus grande sévérité s’applique dans une telle affaire. Et nous demandons également que le Code de procédure pénale soit réformé pour défendre les victimes plutôt que de protéger les criminels.

Non, ça suffit ! Le MCG demande la plus grande fermeté envers ces individus qui se conduisent comme des bêtes et sont prêts à toutes les horreurs pour voler quelques francs.

Incompétence du Conseil d’Etat

Cette malheureuse femme de 79 ans, qui pourrait être notre grand’mère, paye des années de laxisme envers les criminels, les dealers et autres donneurs de morts. Si un journal américain, le « New York Times », a dénoncé récemment la violence qui règne à Genève, nous constatons qu’elle vise maintenant non seulement les touristes mais aussi Monsieur ou Madame Tout-le-Monde. Nul n’est protégé.

Le MCG se bat avec la plus grande force contre le développement de la violence, contre le laxisme envers les clandestins dont la seule activité est le crime. Par la même occasion, nous dénonçons l’incompétence du Conseil d’Etat genevois en matière de sécurité.

Voilà où nous conduit cette politique qui est une prime offerte aux criminel.

Les habitants de notre canton en ont vraiment ras-le-bol et demandent un changement rapide.

Eric Stauffer
Président du MCG

Roger Golay
Vice-Président du MCG

François Baertschi
Secrétaire général du MCG

Tolérance zéro pour lutter contre l’insécurité

L’insécurité a pris des proportions tout à fait inacceptables dans la région.

Les récents faits divers (notamment des braquages de banques) sont le signe de cette dégradation. Le MCG estime que cette situation ne peut plus continuer et qu’elle a été encouragée par la faiblesse de nos autorités.

Nous intervenons au niveau cantonal. Mais le rôle de la commune est également important, en particulier pour la prévention.

Le MCG estime qu’il faut se donner les moyens suffisants, en moyens humains et dans la vidéosurveillance au bon endroit, pour améliorer cette situation et protéger les Citoyennes et les Citoyens.

Ras-le-bol des cambriolages

Les cambriolages se multiplient.. C’est devenu insupportable pour de nombreux habitants qui doivent en subir les conséquences.

Il est clair que cette criminalité est encouragée par l’abandon des postes-frontière et la limitation du travail de surveillance, par manque de personnel.

Le MCG se bat contre cette dérive. Nous avons notamment organisé au printemps 2010 trois manifestations à Moillesullaz, à Vallorbe (Vaud) et au Locle (Neuchâtel). Mais les partis gouvernementaux de gauche et de droite font tout pour démanteler le système douanier en lui refusant les moyens, tout en faisant de beaux discours.

Au niveau municipal, il faut agir dans le domaine de la prévention.

La vidéo-surveillance dans certains points sensibles, par exemple près des commerces ou des parkings, peut être utile. Mais elle est insuffisante.

L’important est d’avoir la meilleure visibilité possible des forces de sécurité communales et cantonales. En particulier, la police municipale doit avoir les moyens suffisants pour faire son travail de prévention.

C’est un moyen d’agir au mieux contre ce phénomène qui pourrit la vie de nombreux habitants de notre commune.

Priorité à la formation des résidents genevois

Il manque des infirmières diplômées pour travailler dans nos hôpitaux. Un effort de formation est nécessaire mais il ne doit pas être réalisé n’importe comment.

Actuellement, un projet prévoit de former du personnel médical conjointement avec la France et la Suisse, Ce que nous ne pouvons pas accepter parce que les résidents genevois se retrouveront encore plus écartés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Nous sommes scandalisés de constater que les institutions municipales, soucieuses de limiter leurs coûts de fonctionnement, n’accordent plus la priorité de l’emploi aux résidents genevois et engagent sans scrupule du personnel frontalier qualifié et formé à l’étranger.

Le MCG veut encourager la formation des jeunes répondant au marché du travail dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la sécurité. Il propose que des mesures financières incitatives invitant les institutions locales (publiques ou privées) à offrir des places de stages de formation à des jeunes résidents genevois en priorité.