Immigration: le 9 février, le Peuple a eu raison

Les gouvernements fédéraux et cantonaux incapables de freiner l’immigration de masse.

Selon la dernière statistique officielle, nous constatons que l’immigration a de nouveau explosé en Suisse, avec plus de 72’000 arrivées supplémentaires en à peine six mois, ce qui représente sur une année l’équivalent de deux fois la ville de Fribourg (en ayant tenu compte des départs). Il n’est donc plus possible d’avoir une bonne gestion du territoire pour accueillir cet afflux d’immigration, notamment dans la construction des équipements publics.

Dès lors, il est utopique d’imaginer que nous pourrons, dans un avenir proche, améliorer la capacité des transports, proposer suffisamment de logements et protéger notre cadre naturel. Nous dénonçons l’incompétence du Conseil fédéral et des gouvernements cantonaux à répondre aux attentes du Peuple qui s’est clairement exprimé en acceptant l’initiative contre l’immigration massive le 9 février. Aujourd’hui, le constat est affligeant et l’immigration reste totalement incontrôlée à cause de la paresse et du laisser-aller du Conseil fédéral.

Une fois de plus, le Peuple ne peut avoir que le sentiment d’avoir été floué par une bande d’irresponsables.

Roger GOLAY, Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Non au versement de nos impôts à la France

COMMUNIQUE DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

« Non au versement de nos impôts à la France »

Le MCG réussit son référendum…
Ce jour à 11 heures, nous déposons le référendum contre le financement abusif par les Genevois des parkings P+R français (loi 11’115). Nous avons obtenu largement plus de signatures que le nombre requis, ce qui devrait nous garantir le succès dudit référendum.

8401 citoyens ont signé les formulaires (7200 sont nécessaires) pour s’opposer à un financement abusif avec l’argent des Genevois.
Le Grand Conseil a voté, fin août, une subvention de 3’129’406 francs, pour participer au financement de la construction, sur territoire français, de cinq parcs relais (P+R), un cadeau inouï.

Ce n’est qu’une première tranche de 240 millions promis par le Conseil d’Etat à la France pour les dix années à venir. Ces sommes considérables serviront de payer des infrastructures diverses de l’autre côté de la frontière, montants gigantesques qui s’ajoutent aux centaines de millions de francs ristournés à la France et relatifs à l’impôt à la source.

Les Genevois sacrifiés
Dans le même temps, nous, Genevois, n’arrivons plus à payer nos propres projets d’investissement, notamment la reconstruction de cycles d’orientation, les crèches, le bâtiment pour les archives, les prisons, infrastructures routières et autres bâtiments essentiels aux Genevois, il est scandaleux de flamber le peu de ressources qui nous restent.

Le MCG se renforce
Jusqu’ici, le MCG s’était uni à d’autres groupements pour obtenir les signatures nécessaires pour des référendums (régies publiques, fermeture de rues), maintenant nous réussissons seuls, en seulement 40 jours, à réunir largement plus que les 7200 signatures nécessaires.
Cela démontre très clairement le renforcement du MCG qui peut défendre de manière toujours plus efficaces vos idées.

Roger GOLAY
Président du MCG

François BAERTSCHI
Secrétaire général du MCG

Les stands MCG du samedi 7 septembre

Samedi 7 septembreMCG

Place du Molard : 10h à 15 h.

Rue de Carouge (près de la Coop de la place des Augustins) 10h30 -13h

Thônex (place Graveson) 9h-12h30

Carouge (place du Marché) 10h-13h

Lancy (Petit-Lancy – près de Lancy-Centre) 9h-12h

Onex (Coop) 10h-12h30

Centre commercial de Meyrin 9h-14h

Balexert (près de l’arrêt de tram – stand des jeunes MCG) 10h-13h

Ne soyons pas les dindons de la farce: NON au versement de nos impôts à la France!


Télécharger le référendum

Référendum cantonal

Contre la loi ouvrant un crédit au titre de subvention d’investissement de 3’129’406 F pour les années 2013 à 2015 pour participer au financement de la construction, sur territoire français, de cinq parcs relais (P+R) d’intérêt transfrontalier (11115).

NON aux parkings construits en France et payés avec les impôts des Genevois (3,129 millions) !

NON à la convention franco-genevoise qui prévoit de donner 240 millions de francs gracieusement à la France sur les 10 prochaines années, en plus de la rétrocession versée sur l’impôt à la source, qui iront dans les caisses des mairies et des conseils généraux de l’Ain et de la Haute-Savoie !

NON à davantage de sacrifices pour les Genevois qui n’arrivent plus à payer pour construire ou/et rénover suffisamment de crèches, écoles, EMS, ou/et l’Hôtel de police, le bâtiment des archives, ainsi que le développement de notre réseau routier et des transports publics. Pour les Genevois, les caisses sont vides!

NON aux flambeurs qui versent de l’argent à un Etat étranger alors que la pauvreté se développe de plus en plus dans notre population !

Non aux 100’000 frontaliers à Genève!

DouaneL’attitude du Gouvernement genevois est proprement scandaleuse. Nous avons atteint les 68’900 frontaliers (selon les statistiques officielles) et, si cela continue, nous dépasserons les 100’000 en 2020.

Dans le même temps, le Conseil d’Etat prétend que la sous-enchère salariale due aux frontaliers n’existe pas. D’innombrables personnes nous indiquent le contraire. Les travailleurs genevois souffrent. Arrêtons le massacre !

La politique menée par le Conseil d’Etat et soutenue par tous les partis – sauf le MCG – a permis une augmentation des frontaliers de 7,4% en une année seulement. Nous avons atteint le chiffre incroyable de 69’000 frontaliers.

La conseillère d’Etat PLR Isabel Rochat a l’outrecuidance d’affirmer à l’émission du Grand Genève à Chaud  (sur Léman Bleu) de dimanche dernier, et ensuite à une conférence de presse, qu’il n’y a pas de sous-enchère salariale, sur la base d’une étude mensongère. Un professeur d’HES, mercenaire financé par le Conseil d’Etat, défend l’indéfendable.

Le MCG a reçu et reçoit des centaines de témoignages de personnes victimes de sous-enchère salariale et de mobbing. Il y a des femmes, des jeunes et des seniors : tous se retrouvent confrontés à cette pression intolérable. Il suffit d’ouvrir ses yeux et ses oreilles pour s’en rendre compte.

Les Genevois ne supportent plus que l’on nie la réalité à ce point. Que l’on ait trouvé un enseignant complaisant – certains prétendent qu’il serait lui-même frontalier – pour tenir des théories absurdes doit avant tout nous inquiéter.

Quand arrêtera-t-on de prendre les Genevois pour des imbéciles, en niant la réalité ?

La ligne que défend seul le MCG – la priorité cantonale de l’emploi – doit s’imposer pour freiner l’afflux de frontaliers.

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Président d’honneur du MCG

Carlos MEDEIROS, Vice-Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Parkings français payés par les Genevois: le MCG lance un référendum

Par une large majorité de flambeurs, tous les partis à l’exception du Mouvement Citoyens Genevois ont approuvé une dépense de 3’129’406 francs à la France pour financer les parkings destinés aux frontaliers.

Ce jour, en séance plénière, le MCG a refusé de financer les équipements publics en France pour la construction de parkings P+R pour l’usage des frontaliers. Les 3,129 millions sont la première tranche d’une somme de 240 millions de francs promise par le Conseil d’Etat par le biais d’une convention. Ces montants n’ont rien à voir avec la rétrocession de l’impôt à la source reversé à l’Etat français.

Nous vous rappelons que cette rétrocession sur l’impôt à la source est déjà prévue pour financer ce genre d’infrastructures (voir annexe en pièce jointe).

Nous trouvons scandaleux que les Genevois doivent financer les équipements publics français alors que nous ne disposons plus de suffisamment d’argent pour réaliser des projets devenus prioritaires pour notre canton, tels que les écoles, les crèches, les EMS, les prisons, le réseau de transport public sur le canton, un bâtiment pour les archives, la deuxième étape de l’hôtel de police et bien d’autres projets essentiels.

Promettre 240 millions à bien plaire aux Français relève d’un gaspillage éhonté au regard du sacrifice que doit faire chaque contribuable genevois pour payer ses impôts. Ce cadeau indécent servira, avec notre argent, à augmenter l’attractivité des frontaliers (et leur confort) pour venir travailler sur Genève et prendre l’emploi des Genevois. En contre-partie, les coûts de l’assistance publique explosent à Genève, mettant à mal nos propres finances publiques.

Nous lançons un référendum pour arrêter la dérive budgétaire qui se fait au profit des Etats étrangers. Nous pouvons considérer dorénavant que la France fait partie des pays en voie de développement et qu’ils doivent recourir à la solidarité internationale. Alors même qu’elle a dépensé 31,5 milliards de francs en 2012 pour son armée. Il est incroyable qu’elle ne trouve pas 3 millions de francs.

Pour mettre fin à ce scandale, nous appelons les citoyens à signer notre référendum qui démarrera dans quelques jours, suite à la publication de la loi dans la Feuille d’avis officielle.

Roger Golay

Président du MCG

 

Eric Stauffer

Président d’honneur du MCG

 

François Baertschi

Secrétaire général du MCG

Télécharger le référendum

Les stands du MCG

Campagne-MCG-2013Samedi 31 août

Place du Molard : 10h à 15 h.

Servette (près de la Migros et du Mc-Do) 10h30 -13h

Grand-Lancy (près de la Migros des Palettes) 10h-13h

Onex (Coop) 10h-12h30

Centre commercial de Meyrin 9h-14h

 

Dimanche 1er septembre

Plaine de Plainpalais 10h-14h

 

Il est possible que les stands seront poursuivis après l’heure limite. Suivant la météo, certains emplacements seront supprimés. Le Molard reste toujours ouvert.

 

Le Gouvernement dépose le bilan… catastrophique!

Il faudrait un vrai coup de balai à Genève !
Il faudrait un vrai coup de balai à Genève !

Quatre années, où les erreurs graves et les bévues n’ont pas cessé. Et malgré ceci, le Conseil d’Etat ose afficher une autosatisfaction.

Le gouvernement actuel, PLR-PS-PDC-Verts, vient de déposer son bilan de législature, dans la plus grande discrétion, tellement il a été mauvais pendant ces quatre ans. Une vision idyllique qui cache la triste vérité.

Chômage, frontaliers, insécurité, immobilité, etc.

Sur l’emploi, l’engagement à tout va de frontaliers, la sécurité, le logement, l’im-mobilité et les finances publiques, le résultat est sans appel : catastrophique pour les Genevois.

Des erreurs fondamentales de gouvernement ont été commises. Si le MCG avait été au Conseil d’Etat, nous aurions eu droit, sans nul doute, à des articles incendiaires de la part de certains journaux étrangement complaisants envers le Gouvernement actuel.

Il n’y a pas photo.

Démissions en série

Il suffit de se rappeler des graves erreurs qui se sont succédées pendant quatre ans, comme les démissions du Procureur général et d’un Conseiller d’Etat ou le retrait d’une conseillère d’Etat après à peine deux ans pour incompétence à la Police.

Incapacité à gouverner

On se souviendra également de l’incapacité criante du gouvernement à faire adopter un budget équilibré ou à prévoir les déficits des caisses de pension. Ce qui va plomber pendant longtemps les comptes de l’Etat. Parlons aussi de l’incapacité à instaurer le le SCI (système de contrôle interne) notamment à la Gérance immobilière de l’Etat et au service informatique.

Bévues de la Chancelière

Que dire des nombreuses bévues de la Chancelière, qui ont notamment fait échouer un référendum fédéral à cause d’un envoi en courrier B ? C’est simple, nous sommes devenus la risée de la Suisse !

Etrange silence médiatique

Nous nous étonnons du silence qui entoure la publication de ce bilan de législature. Comment expliquer le silence de la presse ? Quand on voit l’acharnement de certains médias à attaquer le MCG systématiquement ou à faire l’éloge complaisant de politiciens choisis, on s’interroge légitimement.

Mais les Genevoises et les Genevois ne se laisseront pas abuser.

Roger GOLAY, Président du MCG

Carlos MEDEIROS, Vice-Président du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

 

Détroit en faillite. Et Genève?

Mauro Poggia.
Mauro Poggia.

Le conseiller national MCG Mauro Poggia s’interroge sur Détroit et Genève.

Nous l’apprenons cette semaine, Détroit est la plus grande ville des Etats-Unis à se déclarer en faillite, ce que la loi américaine permet aux collectivités publiques, afin d’éviter les conséquences d’une cessation des paiements mettant en péril les services publics essentiels (police, pompiers, urgences médicales)

Depuis ce côté-ci de l’Atlantique, la nouvelle paraît exotique, et depuis la Suisse, tant bercée par le discours lénifiant de nos dirigeants, elle pourrait même paraître surréaliste. Cela n’arriverait jamais chez nous ! Pense-t-on immédiatement.

Et pourtant, à y regarder de plus près, la réalité des chiffres est inquiétante.

Détroit, avec 707’000 habitants, a une dette de 18,5 milliards de dollars, correspondant approximativement (on n’est plus à quelques centaines de millions près) à 17,5 milliards de francs.

Genève, avec 471’000 habitants supporte désormais une dette de 11,2 milliards.

Alors je vous le demande, qui de Détroit ou de Genève est proportionnellement la plus endettée ?

Certes, la notation de Genève n’est pas celle de Détroit, ce qui influe encore favorablement sur les taux de la dette que nous devons (du moins celles et ceux qui paient des impôts dans cette République) assumer. Certes, notre canton n’est pas en cessation de paiements et nos fonctionnaires et fournisseurs reçoivent ce qui leur est dû.

Mais pendant combien de temps encore ?

Peut-on faire indéfiniment comme si de rien n’était ? Sans jamais envisager un remboursement régulier de la dette, tant que l’on peut encore le faire ? Ou est-il déjà trop tard ? Précisément lorsque la population a dû avaler la pilule amère du renflouement des caisses de pension publiques que l’incurie électoraliste de décennies de dirigeants a laissées se vider inexorablement ?

Malgré ce constat alarmant, et alors que Genève doit faire face, chaque jour davantage, à un inquiétant afflux de personnes faisant appel à la solidarité, certains n’ont de cesse de lancer initiatives sur projets de lois, et de se répandre en déclarations haineuses, systématiquement dirigées contre les contribuables les plus importants de notre pays et de notre canton, sans lesquels nous pourrions rapidement suivre l’exemple de Détroit.

Combien de fois faudra-t-il rappeler à ces moralisateurs de comptoir que rien n’est plus mobile qu’un riche et que rien n’est plus sédentaire qu’un pauvre, de surcroit assisté ? La Suisse doit-elle suivre l’exemple désolant de certains pays européens, qui ont fait fuir leurs riches tout en conservant et en augmentant le nombre de leurs pauvres, et qui se permettent, de surcroit, de donner des leçons ?

Il est temps de se réveiller ! Les loups sont à la lisière de la forêt, et certains agneaux, parmi nous, sont devenus leurs complices inconscients, en les accueillant en libérateurs.

Mauro POGGIA