Le MCG vous souhaite une bonne rentrée 2017!

Geneve, réveille-toi !

Le MCG vous souhaite une bonne rentrée

A l’occasion de la rentrée 2017, le MCG a placé des ballons dans plusieurs lieux importants de notre canton.

Avec la rentrée scolaire, la nouvelle année commence ce 28 août 2017 autant pour les plus jeunes que pour les adultes et nous avons marqué ce moment important en installant des ballons MCG à travers les rues de Genève. Notre mouvement est prêt à relever les défis qui s’annoncent, qu’il s’agisse de la lutte contre le chômage, ou encore de la défense des intérêts de la population genevoise et de son pouvoir d’achat écorné par les assurances-maladie.

Plus que jamais la présence du MCG sera indispensable à l’avenir pour s’attaquer avec détermination aux difficultés que rencontrent les Genevois.

Notre combat est également riche d’espoir. Nous avons obtenu des résultats incontestables dans l’embauche prioritaire des résidents à l’Etat de Genève. C’est un premier pas encourageant que nous devons impérativement poursuivre dans des secteurs de plus en plus larges.

Au moment où commence cette année 2017-2018, nous avons pris l’initiative de souhaiter de manière originale une bonne rentrée à tous.

Ana ROCH, présidente du MCG

Votations du 21 mai: quatre fois NON !

VOTATIONS DU 21 MAI 2017

Le MCG dit quatre fois NON !

NON à une loi fédérale sur l’énergie qui privilégie les taxes et la contrainte. NON à la hausse des tarifs TPG. NON à l’agrandissement déraisonnable de la Maison des associations. NON à la destruction de la pataugeoire d’Onex.

Le MCG s’est réuni le 25 mars pour prendre position sur les votations du 21 mai prochain. L’Assemblée des délégués a pris les décisions suivantes.

NON à la loi fédérale sur l’énergie, basée sur les taxes et la contrainte

Le MCG s’oppose à une loi irréaliste fondée sur les contraintes et les taxes. Ce sont les consommateurs, en particulier les familles, les indépendants et les petites entreprises qui se retrouveront pénalisés par cette nouvelle loi sur l’énergie.

En plus des dépenses excessives sur l’assurance-maladie, le loyer et les impôts, le pouvoir d’achat sera réduit de manière importante par l’augmentation du coût de l’énergie. Cette loi provoquera une hausse du coût direct mais également des coûts indirects par le renchérissement des marchandises et des services.

Le MCG est favorable à un développement des énergies alternatives et des économies d’énergie au travers d’incitations mais pas à un développement infernal des contraintes et des taxes excessives.

NON à la hausse des tarifs TPG

Le peuple a déjà voté deux fois en faveur de l’initiative de l’AVIVO soutenue par le MCG, qui a obtenu une baisse des tarifs des transports publics. Une majorité du Grand Conseil a estimé qu’il fallait augmenter ces prix, malgré le double verdict populaire, ce qui n’est pas correct, d’autant plus que les TPG peuvent fonctionner correctement avec les budgets actuels. De nombreux usagers des TPG, en particulier les jeunes, n’ont pas les moyens de supporter de pareilles hausses. Il est faux de vouloir les punir économiquement.

NON à l’agrandissement de la Maison des associations

La Maison des associations bénéficie déjà de conditions très avantageuses avec la mise à disposition de très grands bâtiments situés dans les locaux de l’ancienne imprimerie de « La Suisse ». L’initiative que nous conseillons de refuser, demande un agrandissement de cette Maison qui sera très coûteux pour les contribuables.

NON à la destruction de la pataugeoire d’Onex !

Le MCG et d’autres partis onésiens ont lancé un référendum contre la destruction de la pataugeoire d’Onex, très appréciée des familles de la commune. La récolte de signatures a rencontré un véritable succès et nous avons constaté un attachement des habitants à cette pataugeoire située au centre de la cité.

Cette pataugeoire offre une activité gratuite ouverte à toutes les familles, qui crée une véritable mixité sociale. Il n’est pas acceptable de priver les Onésiens de cet aménagement qui est tant apprécié. Nous recommandons bien évidemment aux électeurs onésiens de voter NON.

Ana ROCH, présidente du MCG

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Ana Roch réélue à la tête du MCG

Ana Roch

ASSEMBLEE GENERALE DU MCG

Tous ensemble pour Genève

Vendredi soir 17 mars 2017, s’est tenue l’assemblée générale du MCG à Carouge. Ana Roch a été réélue à la présidence par acclamation et Roger Golay, ancien président, a été nommé membre d’honneur. Des objectifs ambitieux ont été également décidés.

Ana Roch a présenté dans son rapport une analyse de la situation : « Aujourd’hui le MCG se trouve dans une bonne dynamique avec des vents favorables. En regardant à l’étranger le signal exprimé par les électeurs, nous pouvons estimer que le message du MCG est tout à fait d’actualité. Il faut laisser la parole non pas à de pseudo-élites mais à la population. C’est ce que défend le Mouvement Citoyens Genevois. »

En estimant que les opinions du MCG sont majoritaires dans la population, Ana Roch en a appelé à se réunir tous ensemble afin de faire de notre Mouvement le premier parti du canton.

A l’écoute des préoccupations des Genevois, le MCG va poursuivre ses actions et continuer avec une détermination encore plus forte.

 

Election du Bureau directeur

Ont été élus au Bureau directeur du MCG, par l’Assemblée : Ana Roch, présidente ; Christian Decorvet et Daniel Sormanni, vice-présidents ; Sandra Golay, trésorière ; Céline Le Joncour, Jean-Paul Derouette et Thierry Cerutti, membres.

 

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Le MCG défend les gardiens de prison

GRAND CONSEIL

Le MCG a voté non à la loi sur l’organisation pénitentiaire

Jeudi 3 novembre 2016, la nouvelle loi d’organisation du personnel pénitentiaire (LOPP) a été acceptée par le Grand Conseil mais refusée par notre groupe. Le MCG s’est nettement opposé à la privatisation des tâches régaliennes et a refusé fermement le changement de caisse de retraite pour les nouveaux gardiens de prison. Cette dernière mesure ayant été acceptée de justesse par le Parlement, nous avons refusé la loi.

 

Le MCG s’est fortement opposé à la privatisation des tâches de convoyage des détenus et nous avons obtenu une majorité malgré l’opposition du PLR, du PDC et de l’UDC. Pour le MCG il est inacceptable que des employés sous-payés, en grande majorité des frontaliers permis G, s’occupent de cette tâche régalienne. Il y a des risques considérables pour la sécurité pour la population. Nous ne comprenons pas l’attitude de certains partis qui prônent officiellement la préférence nationale mais favorisent par leur vote l’engagement de frontaliers permis G.

Le MCG s’est également fortement opposé à la mesure lancée par les Verts, reprise par le PLR et soutenue par le PDC, qui consiste à transférer la retraite des gardiens de prison à la Caisse de pensions de l’Etat de Genève, institution qui connaît déjà de grosses difficultés alors que la caisse des gardiens de prison est saine. Cette mesure funeste, votée à deux voix de différence, a été rendue possible grâce au soutien de députés UDC qui ont fait pencher la balance en défaveur des gardiens de prison. Les nouveaux engagés subiront cette mesure irresponsable.

Pour cette raison, le MCG s’est opposé à cette loi.

 

Le MCG va déposer un projet de loi pour défendre les retraites

Afin d’empêcher cette mesure inacceptable qui consiste à rattacher les nouveaux gardiens de prison à la Caisse de pension de l’Etat de Genève et non plus à la Caisse de la police et du personnel pénitentiaire (CP), le MCG va déposer un projet de loi au Grand Conseil, afin de préserver la retraite des gardiens de prison.

 

Ana ROCH, présidente du MCG

Jean-Marie VOUMARD, chef du groupe MCG au Grand Conseil

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Le MCG demande la démission du Président du Conseil d’Etat

« Initiative contre l’immigration de masse »

François Longchamp dérape gravement

Après les déclarations déplacées du président du Conseil d’Etat François Longchamp dans la « Tribune de Genève » de ce jour, le MCG est outré de ce déni de démocratie. Nous avons par ailleurs reçu de nombreuses plaintes justifiées.

Le président du gouvernement genevoise critique la décision du peuple et suggère de ne pas la respecter, ce qui est un grave dérapage. Il s’assoit sur la volonté des électeurs qui se sont prononcés sur l’initiative « Contre l’immigration de masse » sans contestation possible.

S’enfonçant dans le déni, le président du Conseil d’Etat demande de revoter sur le sujet, en prétendant qu’il n’y aurait pas d’autre alternative. C’est une contre-vérité puisque l’initiative est tout à fait modérée et tient compte de réalités économiques, en réclamant surtout une souveraineté sur ce sujet, contrairement à la soumission envers l’Europe que réclame le président du Gouvernement genevois qui a perdu la tête.

Soit le Président du Gouvernement genevois est un anti-démocrate, soit un paresseux qui ne cherche pas à prendre les mesures nécessaires afin de répondre aux attentes de la majorité des électeurs. Le MCG continuera à défendre la démocratie et nos libertés.

Par conséquente, nous demandons la démission du Président du Gouvernement genevois.

Roger GOLAY, Président du MCG, Conseiller national

Eric STAUFFER, Président d’honneur du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Une gauche arrogante et une droite faible donnent une image pitoyable de Genève.

C’est ce spectacle que nous avons vu lors du vote du budget du Conseil municipal de la Ville de Genève ces dernières jours.

C’est l’expression d’un profond malaise à la Ville de Genève.

Les vieux partis sont fatigués. La politique telle qu’elle est menée au Conseil municipal de la Ville actuellement déplaît à de plus en plus de résidents genevois.

Cela démontre qu’il faut un vrai changement.

On assiste à un blocage gauche-droite qui est préjudiciable. Il faut sortir de ce clivage artificiel et mettre le Citoyen au centre de nos préoccupations.

Le MCG propose une politique budgétaire au service des citoyens. Elle ne se perd pas dans des détails ou dans des conflits stériles.

Le budget de la Ville de Genève doit agir efficacement pour améliorer les conditions de vie des résidents de la première commune du canton.

Toutes les grandes lignes budgétaires doivent être revue avec comme priorité : le Citoyen.

Il faut redéfinir la police municipale, pour qu’elle ait les moyens d’appliquer une réelle politique de sécurité.La gauche veut créer un nouveau corps d’agents de sécurité-assistants sociaux, c’est n’importe quoi et cela va rendre encore plus inefficace l’ensemble.

Pour assurer la sécurité aux Genevois, il faut arrêter mégoter. Au lieu de persécuter les automobilistes, il convient de donner des missions nécessaires comme patrouiller dans les écoles et dans les parcs.

Il faut donner les moyens pour avoir une vraie police de sécurité.

Au niveau sécuritaire, on ne peut plus avoir un îlot d’insécurité comme le Quai 9. Réservons ce lieu d’injection pour toxicomanes aux seuls résidents genevois.

Nous réclamons des moyens budgétaires pour des caméras vidéos dans les lieux peu sûrs.

Le MCG veut que la Ville prenne ses responsabilités en coordination avec le canton. La droite qui occupe le dicastère de la sécurité n’a rien fait par faiblesse. Et la gauche ne veut rien faire mais elle veut arroser ses propres clients politiques en créant un corps de sécurité bizarroïde.

En janvier de 2011 nous vous inviterons à prendre connaissance de quelques-uns de nos projets, pour améliorer la vie des Genevois.

GENEVE 2011

Scandales du CEVA au Grand Conseil: la majorité veut cacher la vérité!

La majorité des députés a peur de la vérité. Ils ont refusé une commission d’enquête, proposée par le MCG et l’UDC, pour le CEVA. Ils craignent de reconnaître qu’ils se sont trompés et qu’ils ont trompé les électeurs.

C’est proprement scandaleux. Le CEVA, est une tromperie caractérisée avec un doublement prévisible du budget de 900 millions à plus de 2 milliards de francs. Les sociétés genevoises ont été mises à l’écart, le contrôle des chantiers est une catastrophe. Les dysfonctionnements se multiplient jour après jour et les Genevois ont été abusés par un projet qui coûtera une fortune à la construction et à l’exploitation sans avoir l’utilité nécessaire puisqu’il deviendra inévitablement un aspirateur coûteux à frontaliers. Cela promet d’accéder au rang de scandale du siècle, sans que l’on sache la vérité.

Demi-mesure pour les SIG

La peur des échéances électorales a fait reculer la majorité du Grand Conseil qui a opté pour une demi-mesure en renvoyant la motion MCG-UDC pour une commission d’enquête parlementaire dédiée aux SIG à la commission de contrôle de gestion.

Sur les SIG, les scandales ne finissent pas de sortir. Après les déchets napolitains, nous avons eu droit aux éoliennes, à la fibre optique et à d’autres projets irresponsables financés avec l’argent des consommateurs d’énergie que nous sommes tous. Des centaines de millions de francs ont été provisionnés et cela pourrait bien n’être que la partie immergée de l’iceberg. . Nous regrettons que toutes ces pertes en centaines de millions, pour des projets hasardeux qui ne se sont pas concrétisés, ne fassent pas l’objet d’une quelconque responsabilité pénale pour gestion fautive et autres.

Une fois de plus, on constate qu’une majorité de députés sont embarrassés par les vérités qui dérangent. Néanmoins, les actions du MCG et de l’UDC ont permis de mettre la pression sur le dossier CEVA et nous allons continuer en ce sens pour le bien des Genevois ; aux SIG, la société Enova a été, comme par hasard, rachetée par les Services industriels quelques jours avant la session extraordinaire du Grand Conseil.

Mais c’est largement insuffisant et le MCG continuera à se battre pour le bien des Genevois

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Président d’honneur du MCG

Jean-Marie VOUMARD, chef du Groupe MCG au Grand Conseil

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG

Comptes 2013 de l’Etat satisfaisants

Le MCG se réjouit que les comptes de l’Etat de Genève soient dans le noir avec un bénéfice de 56 millions pour le fonctionnement. Outre l’équilibre nécessaire, nous pourrons verser les annuités aux employés de l’Etat, ce qui correspond tout à fait à la politique prônée par le MCG. En revanche, nous payons le prix fort du CEVA qui péjore nos investissements dont le poids devient inquiétant pour nos finances.

L’action déterminée du MCG, menée lors des discussions houleuses pour obtenir l’équilibre à l’occasion du budget 2013, porte ses fruits. Nous avons, avec une majorité du Grand Conseil, obtenu une modération des dépenses. Grâce à cette action de fond, nous disposons de la marge nécessaire pour arriver à l’équilibre.

Le versement de l’annuité complète est ainsi possible grâce à nos propositions à la Commission des finances, permettant à la fonction publique que nous soutenons de bénéficier de la bonne gestion de l’Etat. Grâce à ce résultat positif, nous pouvons ainsi donner au nouveau Conseil d’Etat les moyens d’agir de manière saine. Certes, l’effort doit se poursuivre afin de maintenir le cap des chiffres noirs sans faire des coupes irresponsables mais en gérant mieux les finances de l’Etat.

Le poids insupportable du CEVA

La politique d’investissement de l’Etat, en revanche, ne convient pas du tout au MCG. La dette a très fortement augmenté en 2013 de 0,9 milliards pour se situer à 12,8 milliards de francs. Les dépenses du CEVA en particulier grèvent et continueront à grever les finances de l’Etat de manière importante sur plusieurs années et cela confirme tout à fait notre opposition à ce projet irresponsable qui ne profitera que très peu aux Genevois. Dans ces conditions, il est d’autant plus irresponsable de vouloir faire un cadeau pour des parkings français avec l’argent des contribuables genevois, sujet soumis à votation le 18 mai prochain, ou de verser à fonds perdus 240 millions à la France voisine comme le prévoit le Conseil d’Etat. Dans le même temps, nous devons construire et rénover nos écoles, sans en avoir les moyens. C’est une politique irresponsable que nous contestons fermement.

Le MCG continue et continuera de veiller de manière scrupuleuse à la bonne gestion des finances de l’Etat.

Roger GOLAY, Président

Eric STAUFFER, Président d’honneur, Député membre de la Commission des finances

Jean SANCHEZ, Député membre de la Commission des finances

François BAERTSCHI, Secrétaire général, Député membre de la Commission des finances

Les SIG embourbés pour plus de 1 milliard dans l’éolien Eric Stauffer désamorce une bombe financière

COMMUNIQUE DU MOUVEMENT CITOYENS GENEVOIS

Les SIG embourbés pour plus de 1 milliard dans l’éolien Eric Stauffer désamorce une bombe financière.

L’Etat de Genève avait laissé imprudemment les SIG prendre des engagements dépassant très largement le milliard de francs envers une société spécialisée dans les éoliennes. Ce risque était une dangereuse bombe à retardement qui menaçait d’exploser si rien n’était fait.

Le député MCG Eric Stauffer, inquiet de voir cette situation exploser au détriment de l’Etat de Genève, s’est intéressé à ce dossier. Il a entendu les deux sons de cloches, avant de se faire une opinion.

La réalité était plus inquiétante que ce que l’on pouvait imaginer, nous amenant dans une impasse dangereuse. La conseillère d’Etat devant alors superviser ce dossier n’a pas exercé son travail de contrôle face à ce risque considérable.

Pour sortir de cette situation, a priori inextricable, Eric Stauffer a entamé un dialogue afin de permettre d’éviter un conflit qui créait un risque potentiel gigantesque aux dimensions genevoises. Grâce à cette politique de bons offices, le député MCG a réussi à préparer le terrain pour une négociation entre la société privée, le Département de la Sécurité et de l’Energie, qui exerce la tutelle sur les SIG, et les SIG. Le Député Eric Stauffer a démontré sa stature gouvernementale en agissant de la sorte dans un dossier qui aurait pu coûter plus d’un milliard aux contribuables.

Hier jeudi 31 octobre le protocole entre les SIG et Ennova était caduc ! Eric Stauffer après d’âpres négociations a réussi une nouvelle fois à ramener les acteurs autour de la table des négociations, alors qu’un conseil d’administration extraordinaire des SIG était convoqué pour 8h00 ce matin. Aujourd’hui l’arrangement entre les SIG et la société est finalisé, nous pouvons nous sentir soulagés. Une nouvelle affaire de la Banque cantonale qui se préparait a été évitée. Eric Stauffer ajoute qu’il est d’autant plus satisfait que les SIG restent dans la course de l’éolien mais d’une manière redimensionnée.