Votations du 4 mars 2018: Fêtes de Genève sauvées

VOTATIONS DU 4 MARS 2018

L’initiative sur les Fêtes de Genève balayée

Le MCG se réjouit que ce projet funeste et destructeur a été rejeté. Par ailleurs, nous prenons acte des votations communales et fédérales.

L’initiative municipale qui risquait de mettre en péril de vraies fêtes de Genève, a été nettement refusée alors que le contreprojet que nous soutenions a été accepté. Après une suite de scandales financiers et d’errances, les électeurs de la Ville ont voulu remettre les pendules à l’heure. Ainsi, nous pourrons jeter les bases d’une manifestation populaire, maîtrisable et pérenne.

En revanche, toujours en Ville de Genève, nous regrettons l’issue du vote qui donne le feu vert à la destruction du Petit-Saconnex, dernier village de la commune. Si une importante minorité – 40% – s’inquiète de la destruction de notre cadre de vie, la pénurie de logements a lourdement pesé sur le vote. La même tendance se retrouve à Bernex où une urbanisation a été acceptée à 54%, alors que Chêne-Bougeries, souvent réticente à la densification, refuse de justesse deux projets immobiliers.  Cela conforte la politique du MCG qui réclame un développement de logement dans le secteur Praille-Acacias-Vernets (PAV), afin de faire baisser la pression sur d’autres quartiers et de fournir les logements ainsi que les activités nécessaires.

Toujours en Ville de Genève, nous prenons acte du refus par les électeurs de coupes budgétaires à hauteur de 2,5 millions sur un budget de 1100 millions de francs.

Pour les scrutins fédéraux, nous soutenions le Régime financier de la Confédération, nécessaire pour son bon fonctionnement, ce qui a été accepté par 87% de oui dans le canton de Genève. Concernant le vote sur l’initiative « No Billag », le MCG avait laissé la liberté de vote et nous prenons acte d’un refus à hauteur de 74% environ à Genève.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil Municipal Ville de Genève

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG

Conseil municipal: soutien du MCG aux offices de poste

CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE GENEVE

Le MCG soutient les offices de poste

Mercredi 7 février, une motion du MCG, demandant une opposition catégorique à toute fermeture d’office, a été acceptée sur le siège, comme deux autres motions.

Suite à la décision de la fermeture en Ville de plusieurs offices par la Poste, le MCG a déposé une motion, partant du principe que la révision de la loi sur la poste prendra en compte la volonté des communes. En effet comme l’indique le titre de la motion –  « La Ville de Genève peut éviter la fermeture d’offices de poste sur son territoire » – nous avons maintenant les moyens d’agir efficacement.

Le Conseil municipal a estimé que nous devions utiliser tous les moyens afin de conserver les postes de quartier, qui sont menacées de fermeture. Le MCG se réjouit de l’issue du vote.

 

Dumping salarial

Le même soir, la motion MCG « Pas de dumping salarial chez les fournisseurs et prestataires de la Ville » a également été plébiscitée par le Conseil municipal. En particulier, la limitation du personnel temporaire chez les fournisseurs et prestataires de la Ville a été au centre du débat. Pour le MCG, il convient de défendre les résidents genevois contre les concurrences déloyales.

 

Sport : Beach-volley

Nous nous réjouissons également de l’acceptation par le Conseil municipal de la motion interpartis pour la création de trois terrains de beach-volley au parc des Franchises. L’urgence a été demandée par le MCG. Les amateurs de ce sport se réjouiront de cette installation qui verra le jour lors de la belle saison.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG du CM Ville de Genève

Amar MADANI, conseiller municipal MCG Ville de Genève

Jean-Philippe HAAS, conseiller municipal MCG commissaire aux sports

Plainte du MCG contre le maire de la Ville Rémy Pagani

Nous reproduisons ci-dessous l’article paru dans la Tribune de Genève de ce jour, 31 octobre 2017, suite à la plainte que le MCG vient de déposer contre le maire de la Ville de Genève.

 

Le MCG porte plainte contre Rémy Pagani

Votation annulée – Le parti poursuit le maire de la Ville de Genève pour «abus d’autorité» dans l’affaire de la brochure.

Par Marie Prieur

Après le Conseil d’Etat et la Commission des finances du Conseil municipal de la Ville de Genève, c’est au tour du procureur général de se pencher sur le cas Rémy Pagani. Le MCG a déposé une plainte pénale à l’encontre du maire «pour abus d’autorité, subsidiairement gestion déloyale des intérêts publics» dans le cadre de l’affaire de la brochure dont la partialité à entraîner l’annulation de la votation sur les coupes budgétaires 2017. Les avocats du plaignant, Romain Jordan et Jennifer Crettaz s’appuient sur l’arrêt de la chambre constitutionnelle. «Rémy Pagani a manifestement abusé de sa fonction dans le but d’en tirer un avantage illicite, en l’occurrence politique», souligne le premier.

Le vice-président du MCG, Daniel Sormanni reproche à l’élu d’Ensemble à Gauche de «ne pas avoir pris en compte les modifications votées à l’unanimité (moins une abstention) par le bureau du Conseil municipal. Et d’avoir rajouté l’introduction signée par le comité référendaire. Qui plus est à l’insu de ses collègues.» Il ajoute: «Le Conseil administratif et le Conseil municipal lui ont tendu deux perches afin qu’il renonce à sa fonction de maire. Il ne les a pas saisies. Ce qui aurait été un signe d’apaisement. Nous voulons que toute la lumière soit faite.»

Pourquoi ne pas attendre le résultat de la procédure lancée par le Conseil d’Etat et du travail de la Commission des finances? «L’autorité pénale a des prérogatives bien plus étendues en terme d’enquête», répond Me Jordan. «Rien de tel que la justice!» insiste Daniel Sormanni. De plus, aucune des procédures administratives ne permet le remboursement des frais occasionnés. «Il appartient d’ailleurs au procureur général d’interpeller le Conseil administratif quant à sa volonté de constituer la Ville de Genève comme partie plaignante, compte tenu du dommage financier pour la collectivité causé par M. Pagani, estimé à plus de 100 000 francs», précise l’avocat. Sans compter les dépenses de campagne réalisées par les partis. Dans le cadre de cette plainte, le MCG demande ainsi le remboursement de 25 000 francs.

Les autres partis de droite ont été approchés pour se joindre à la plainte. «On attend d’abord le résultat de l’enquête du Conseil d’Etat, puis on avisera», réagit Alain de Kalbermatten, chef de groupe PDC au Municipal. Le conseiller municipal PLR Simon Brandt estime lui aussi que cette démarche du MCG est «prématurée. Mais, nous n’excluons pas de nous y associer plus tard».

Rémy Pagani ne commente pas cette plainte. (TDG)

Ville de Genève: démission de Rémy Pagani réclamée

VOTATION EN VILLE DE GENEVE

Le MCG demande la démission immédiate du maire Pagani

La Chambre constitutionnelle genevoise annule la votation sur les coupes budgétaires en Ville, prévue ce weekend. Le maire Rémy Pagani a préparé une scandaleuse brochure électorale sur les quatre référendums municipaux soumis au vote le 24 septembre prochain.

La brochure envoyée aux électeurs de la Ville de Genève favorisait indûment l’opinion des référendaire. C’est ce que le MCG a dénoncé en signant un recours avec les autres partis de la majorité municipale.

Nous n’avions jamais vu une brochure prenant principalement parti en faveur des référendaires et ne donnant pas de manière équitable l’opinion des uns et des autres. La majorité du Bureau du Conseil municipal a tenté de raisonner le maire Rémy Pagani qui n’a pas voulu préparer un scrutin loyal avec les opinions des uns et des autres de façon équitable.

Le MCG déplore l’abus de pouvoir du maire et déplore le gâchis causé par son action irresponsable. Pour ces raisons, nous demandons la démission immédiate de Rémy Pagani et que des sanctions soient prises face à ses dérapages inacceptables.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal

Pascal SPUHLER, conseiller municipal MCG, membre du Bureau du CM

Motions MCG acceptées: poste, écoles des Pâquis, « conteneurs »…

VILLE DE GENEVE

Le Conseil municipal s’oppose à l’unanimité aux fermetures de postes

C’est un signal fort qui a été exprimé par le Conseil municipal contre les fermetures de Poste et en faveur des employés, en votant une motion du MCG à l’unanimité. Un projet d’arrêté et deux autres motions MCG ont également été acceptés. En particulier, nous demandons des mesures urgentes pour protéger les enfants contre les dealers et remédier à la dégradation de l’école des Pâquis.

Lors de la dernière session du Conseil municipal de la Ville de Genève, les 12 et 13 septembre, un projet  d’arrêté et plusieurs motions du MCG ont été acceptés. La première, intitulée « Poste : stop au démantèlement », demande au Conseil administratif « de s’opposer à toute fermeture de poste à  Genève » et « d’inviter la Poste au dialogue avant la fermeture des offices ». La situation devient difficile pour les usagers qui subissent une réduction des prestations mais aussi pour le personnel de la Poste. Il est prévu de licencier un nombre considérable d’employés dans un horizon très proche. Indépendamment des différences politiques de chacun, les conseillers municipaux ont donné, à l’unanimité,  un mandat clair au Conseil administratif afin de défendre la Poste et les postiers.

Ecole des Pâquis : prendre des mesures, vite !

La deuxième motion du MCG dénonce une situation scandaleuse à l’école des Pâquis. Les élèves se rendent à leur classe au milieu d’une odeur pestilentielle, due en particulier à la présence nocturne de dealers qui manquent aux règles élémentaires d’hygiène, en urinant dans des lieux fréquentés par les enfants du quartier. Suite au dépôt de cette motion, de premières mesures d’hygiène ont été prises mais elles sont clairement insuffisantes. Il convient de sécuriser les lieux la nuit par des grillages qui en empêchent l’accès. Une majorité des conseillers municipaux ont accepté cette motion. Charge maintenant au Conseil administratif de prendre des mesures rapidement.

Non aux « ferrazinettes » et autres « conteneurs » saisonniers

La troisième motion du MCG qui a été acceptée, s’attaque aux « conteneurs » saisonniers, ces horribles installations métalliques qui accueillent les marchands de glaces et autres stands de souvenirs. Elles ont été appelées autant « ferrazinettes », « paganinettes » du nom des magistrats municipaux qui ont fait la promotion de ces constructions. Elles sont également nommées « barcelonnettes ». Nous proposons d’étudier un projet urbanistique de qualité et durable, par exemple avec des matériaux nobles comme le bois. Il convient de s’interroger pour une exploitation à l’année. Ces constructions de chantier, que nous avons actuellement, sont indignes d’une ville comme Genève. Le Conseil municipal nous a suivi en acceptant cette motion.

OUI à la défense intelligente des prestations

Par ailleurs, un projet d’arrêté, lancé par le MCG et la majorité municipale, a également été accepté par le Conseil municipal. Cet arrêté prévoit la création d’une réserve conjoncturelle, afin de garder les sommes suffisantes pour des années plus difficiles et assurer les prestations nécessaires à la population à l’avenir. Le MCG est partisan d’une gestion sans gaspillage de l’argent de la commune de Genève, afin de défendre intelligemment les prestations municipales pour les habitants de notre Ville. C’est pourquoi nous recommandons de voter quatre fois OUI au quatre référendums municipaux sur lesquels nous nous prononçons le 24 septembre.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal

Amar MADANI, conseiller municipal MCG

Pascal SPUHLER, conseiller municipal MCG, membre du Bureau

Stand du MCG le 23 décembre

[et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.49″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat » background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Le MCG vous offre le vin chaud

samedi 23 décembre au Molard de 11h30 à 13h

Avant Noël, venez nombreux nous rendre visite !


[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Votations en Ville de Genève: la dictature « bananière » de M. Pagani

VOTATIONS SCANDALEUSES EN VILLE DE GENEVE

Pagani établit une dictature « bananière »

Au lieu de présenter une synthèse brève et neutre des enjeux de la votation municipale du 24 septembre 2017, le maire Rémy Pagani livre aux électeurs une brochure de propagande orientée dans son sens.

Les électeurs de la Ville de Genève devront se prononcer en septembre sur quatre référendums lancés par la gauche contre des lignes budgétaires. Le maire Rémy Pagani, en personne, a battu le pavé pour récolter péniblement les signatures nécessaires, notamment lors de « vide-greniers ».

Le même Pagani a présenté au Bureau du Conseil municipal  son texte qui n’était ni bref ni neutre, en mettant en avant les seuls arguments du comité référendaire, pour lequel il a œuvré et en limitant au minimum l’avis de la majorité du Conseil municipal, contre tous les usages connus. Dans cette brochure électorale, le comité référendaire a quatre fois plus de place que la majorité municipale, donnant ainsi lieu à un procédé qui s’apparente aux pratiques des dictatures « bananières ».

Le Bureau du Conseil municipal de la Ville a bien évidemment fait des propositions pour que le texte de la brochure soit équilibré et conforme aux principes démocratiques. Les référendaires et la majorité auraient eu ainsi une totale équité. Mais le maire Rémy Pagani n’a absolument pas tenu compte de ces modifications qui permettaient de trouver une solution acceptable par tous.

Au contraire, il a rajouté une introduction du comité référendaire, qui relève de la pure propagande politique. La démocratie directe, loyale et transparente, se retrouve démolie par un procédé inacceptable.

Le MCG réprouve ce type de procédés. De manière plus générale, notre politique consiste à éviter les gaspillages et la mauvaise gestion, que propose le Conseil administratif à majorité de gauche. Mais nous défendons les prestations utiles à la population ainsi qu’une politique respectueuse envers le personnel municipal, que le même Conseil administratif n’a pas hésité à licencier entre 62 et 65 ans en vertu de règlements désuets.

Il faut impérativement voter 4 fois oui, pour refuser les gaspillages de Rémy Pagani et de la majorité du Conseil administratif.

Ana ROCH, présidente du MCG

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal de la Ville

Animaux tués au Bois de la Bâtie

Animaux tués au bois de la bâtie

Le MCG veut des explications

Le chef du Service des espaces verts (SEVE) a déclaré que les euthanasies ont été décidées par le Vétérinaire cantonal. Celui-ci dément catégoriquement dans la « Tribune ». Face à un nouveau dysfonctionnement du SEVE, le MCG va déposer une interpellation.

Après avoir abattu de manière invraisemblable les arbres de la plaine de Plainpalais, pour un coût phénoménal, c’est un nouveau scandale qui frappe le SEVE. Des habitants se sont inquiétés de la disparition d’animaux dans le parc du Bois de la Bâtie.

Nous apprenons par la « Tribune » que le SEVE reconnaît avoir abattu des animaux, pour des motifs indéterminés. Alors que le chef du SEVE, Daniel Oertli, prétend (édition du 15 août 2017) que «les euthanasies sont décidées par le vétérinaire cantonal », celui-ci dément cette information dans le journal du lendemain. Il indique ne pas avoir le pouvoir de prendre une telle décision et qu’il en est simplement informé.

Nous sommes surpris des pratiques du SEVE qui se prend des libertés inexpliquées sur le patrimoine naturel des Genevois.

Le MCG estime que la vie des animaux doit être prise en considération avec sérieux et ne doit pas être traitée comme des objets que l’on remplace, selon les fantaisies des uns ou des autres.

Nous sommes révoltés de cet abattage, réalisé en totale opacité, démontrant un mépris non seulement à l’encontre des animaux mais aussi de la population genevoise qui est attachée aux bêtes peuplant le Bois de la Bâtie.

Nous demanderons des explications à M. Guillaume Barazzone, responsable du SEVE et de ses nombreuses dérives.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal Ville de Genève

François BAERTSCHI, conseiller municipal MCG Ville de Genève

Sabotage de la Fête nationale en Ville de Genève

VILLE DE GENEVE

Le MCG dénonce le sabotage de la Fête nationale

La formule choisie pour l’édition 2017 du 1er Août, en Ville de Genève, est inacceptable pour le MCG. Au lieu de l’installer dans le traditionnel parc des Bastions, le maire d’extrême-gauche mondialiste Rémy Pagani l’a déplacé à l’extérieur au parc de la Grange. Plus grave encore, pour lui enlever le caractère d’une Fête nationale, elle est couplée avec celle d’un autre pays. Et pour couronner le tout, les forains auront l’interdiction d’ouvrir ce 1er Août, selon un ordre du Conseil administratif.

Le MCG dénonce ce sabotage réalisé par les tenants de la gauche internationaliste, qui par cette action veulent détruire un symbole fort, populaire, qui consiste à dissoudre nos valeurs helvétiques de démocratie et de liberté. Au moment où même les paroles de l’hymne national suisse dérangent, certains s’efforcent de déconstruire l’ensemble de nos symboles.

Il est incompréhensible d’avoir quitté les Bastions alors que les travaux, qui servaient de prétexte, sont terminés. Quant à la fusion des fêtes nationales de la Suisse avec un pays tiers, elle est tout à fait inacceptable. Si la communauté genevoise originaire de cet Etat pouvait être volontiers accueillie comme invitée d’honneur, que la commune de la Ville de Genève fusionne notre fête nationale avec un pays tiers ne peut pas être toléré. Cela relève d’un mondialisme qui dissout  et détruit toute identification patriotique.

Les forains, quant à eux, amènent une animation bienvenue dans notre ville et ont toute leur place dans une fête nationale populaire. Il est incompréhensible que le Conseil administratif, contrairement à d’autres années, les empêche de donner au 1er Août un attrait supplémentaire.

Nous dénonçons ce sabotage du 1er août qui n’est pas anodin. Il s’agit d’un geste éminemment politique visant à détruire notre fête nationale qui, selon la tradition, est ouverte à tous et permet de partager un moment sympathique, tout en nous donnant l’occasion d’avoir pensée et respect envers ceux qui ont permis à notre pays de se construire au fil des siècles autour des valeurs de la démocratie.

Laurent LEISI, co-responsable de la section MCG Ville de Genève

Amar MADANI, co-responsable de la section MCG Ville de Genève

Pascal SPUHLER, deuxième vice-président MCG du CM Ville de Genève

Sauver le Petit-Saconnex: succès du référendum

Village historique du Petit-Saconnex

Succès du référendum

(communiqué de presse du comité référendaire) Au début du mois de juin, suite à la décision du Conseil municipal de la Ville de Genève de modifier les limites de zones du périmètre touchant la place du village du Petit-Saconnex (PR-1219 A) un comité référendaire s’est constitué pour préserver et léguer aux générations futures le village du Petit-Saconnex, quartier convivial et tant apprécié par tous ses habitants et même bien au-delà, ainsi que les grands arbres qui y ont grandi et qui embellissent le lieu.

Arrivé au délai fixé pour récolter 4’000 signatures nécessaire au dépôt de notre référendum (5 juillet 2017), nous avons le plaisir de constater que notre référendum a rencontré beaucoup de succès auprès des habitants de la commune de Genève mais aussi auprès de nombreux habitants de notre canton, tous très soucieux du développement démesuré de Genève. Nous avons récolté bien plus que les 4’000 signatures nécessaires au dépôt de notre référendum (plus de 5’800 signatures).

Nous déposons aujourd’hui mercredi 5 juillet, à 14h, notre référendum sur le bureau du Service cantonal des votations et élections et tenons à remercier toutes celles et tous ceux qui ont permis ce succès populaire qui amènera les électeurs de la commune de Genève à se prononcer pour la première fois sur le thème de l’aménagement et du développement mené par nos autorités politiques.

Pour le comité référendaire :

Pierre-André Marti, association de Sauvegarde du Petit-Saconnex Village

Christian Gottschall, association Pic-Vert ASSPROP

François Baertschi, MCG

Eric Bertinat, UDC

Jérôme Fontana, Vert-libéraux