NON à Prévoyance Vieillesse 2020

[et_pb_section fb_built= »1″ admin_label= »section » _builder_version= »3.0.47″][et_pb_row admin_label= »row » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »][et_pb_column type= »4_4″ _builder_version= »3.0.47″ parallax= »off » parallax_method= »on »][et_pb_text admin_label= »Text » _builder_version= »3.0.47″ background_size= »initial » background_position= »top_left » background_repeat= »repeat »]

VOTATIONS DU 24 SEPTEMBRE 2017

Le MCG s’oppose à « Prévoyance Vieillesse 2020 »

Lors de son assemblée des délégués du 1er juillet 2017, le Mouvement Citoyens Genevois a pris position sur les prochaines votations du 24 septembre.

Non à « Prévoyance Vieillesse 2020 », dangereuse et mal conçue

A une très large majorité, les délégués du MCG ont refusé la réforme dénommée « prévoyance vieillesse 2020 ». A l’origine, le Conseil fédéral avait proposé uniquement un assainissement séparé de l’AVS et du 2e pilier, ce qui aurait été la bonne méthode de travail. Le projet sorti des Chambres fédérales est un hybride qui déséquilibre et dénature le système AVS connu pour sa logique et sa simplicité.

Par exemple, les nouveaux retraités recevront 70 francs de plus par mois mais pas les rentiers actuels, ce qui représente deux classes distinctes et attaque l’universalité de l’AVS. On est en train de saucissonner cette assurance sociale avec deux catégories de retraités. Chaque bénéficiaire reçoit actuellement la même somme en fonction uniquement de sa cotisation. Nous voulons garder le principe de l’AVS, qui a fait ses preuves, sans bricolage.

De plus, les rentiers actuels comme les autres habitants verront leur pouvoir d’achat baisser en raison de la hausse de la TVA, sans avoir d’augmentation de la rente ; ils sont nombreux à ne pas disposer d’un deuxième pilier généreux.

« Prévoyance Vieillesse 2020 » prévoit également un dispositif qui est la porte ouverte pour la retraite à 70 ans, au travers d’une nouvelle flexibilité. Cette réforme qui fait passer l’âge de la retraite pour les femmes de 64 à 65 ans,  ne tient pas compte du fait que, comme le prouvent les chiffres du SECO (revenus 19% plus bas, Secrétariat de l’Etat à l’économie), l’égalité est loin d’exister dans tous les domaines.

Parmi les perdants, on trouve également les jeunes générations de 20 à 45 ans, qui devront payer la facture de la réforme, sans garantie d’avoir eux-mêmes une retraite convenable. Même si « Prévoyance Vieillesse 2020 » est acceptée, il faudra une nouvelle réforme au début des années 2030.

De manière plus générale, en mélangeant l’AVS et le deuxième pilier dans cette réforme, on se dirige vers un système unifié qui mélange les deux systèmes, c’est-à-dire une assurance-vieillesse mammouth. Au contraire, nous estimons qu’il faut garder le système AVS, complété par le deuxième pilier (LPP, caisses de pension),  le troisième pilier (assurances-vie, économies, etc.) et les prestations complémentaires.

Il n’y a pas de précipitation, au vu de la situation financière envisagée de ces institutions. Il est donc préférable que les Chambres fédérales revoient la copie et proposent un système mieux conçu qui garantisse nos retraites.

Le MCG propose de voter NON à la fois à l’arrêté sur le relèvement de la TVA et à la loi fédérale sur la réforme « Prévoyance Vieillesse 2020 », les deux sujets étant liés.

OUI à la sécurité alimentaire

Le MCG propose de voter OUI au contre-projet à l’initiative populaire « Pour la sécurité alimentaire ». Les initiants ont retiré leur texte et le contre-projet a rencontré un très large appui aux Chambres fédérales. Il s’agit de modifier la Constitution fédérale pour y inscrire un concept global de sécurité alimentaire qui englobe la sauvegarde des terres agricoles, une production alimentaire adaptée au site et économe en ressources naturelles ainsi qu’une agriculture et un secteur agroalimentaire tournés vers le marché.

OUI au renforcement des droits populaires à Genève

Le MCG défend la démocratie suisse, que tant de pays nous envient. C’est pourquoi nous avons proposé au Grand Conseil genevois un nombre plus équilibré de signatures à récolter pour les référendums et initiatives. S’agissant d’un changement constitutionnel genevois, le sujet est soumis au vote populaire. Il est impératif de permettre aux électeurs de pouvoir se prononcer alors que le niveau actuel de récolte de signatures est beaucoup trop élevé.

 

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Votations du 21 mai: victoires pour les citoyens

VOTATIONS DU 21 MAI 2017

Victoires pour les citoyens

La loi sur les TPG, qui prévoyait une hausse des tarifs, a été nettement balayée par les électeurs qui ont également refusé l’initiative réclamant des millions pour la Maison des associations. A Onex, la destruction de la pataugeoire a été massivement rejetée par les résidents de la commune.

Le Mouvement Citoyens Genevois se réjouit des résultats des votations de ce 21 mai. Pour la troisième fois, le Peuple a refusé une hausse des tarifs qui allait toucher principalement le porte-monnaie des petits budgets. Il ne s’agissait pas que d’une hausse de 20 centimes par billet mais également d’une augmentation de tous les types d’abonnements. Le pouvoir d’achat est déjà sérieusement entamé par le coût de la vie en général, l’assurances-maladie, le loyer, etc. C’est un signal clair de la population et le MCG se conforte dans sa vision d’optimisation des TPG.

Concernant la Maison des associations, les électeurs ont refusé très nettement l’initiative qui prévoyait une enveloppe de 16 millions pour l’agrandissement de cette Maison, qui bénéficie de conditions financières très avantageuses. Nous estimons qu’ils auraient pu mieux gérer et prévoir leur avenir, sans venir demander aux citoyens de mettre la main à la poche.

Quant à la loi sur l’énergie, nous nous opposions aux taxes supplémentaires prévues dans ce projet mais nous comprenons le Peuple genevois qui exprime une fois de plus son intention claire, que nous partageons, de sortir du nucléaire.

Ana ROCH, présidente du MCG

Pascal SPUHLER, député MCG membre de la Commission des transports

 

Ville de Genève: budget 2017 au service des citoyens

CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE GENEVE

Un budget 2017 au service des citoyens

Après d’interminables débats, le Conseil municipal a accepté son budget pour l’année 2017. Le MCG a défendu la rigueur budgétaire tout en protégeant les prestations essentielles, le sport et le personnel municipal qui a droit à tout notre respect.

Il était un peu plus d’une heure après minuit, dans la nuit de jeudi au vendredi 28 avril, lorsque le budget de la Ville de Genève a été voté par le Conseil municipal. La majorité municipale, représentée par le MCG et les autres partis responsables, a réussi à faire voter une version qui défend à la fois les intérêts des contribuables et les prestations, en n’enlevant que du gras dans des dépenses s’élevant à près de 1,2 milliard de francs. Cette somme est considérable pour une commune de la taille de Genève. Afin d’en arriver à ce résultat nous avons dû faire face à une guérilla stérile et purement politicienne de la prétendue « Alternative », qui est usée par des dizaines d’années de pouvoir.

Défense des chômeurs et des résidents genevois

Le MCG a défendu les chômeurs et obtenu que les moyens suffisants soient placés dans ce secteur. Rappelons que le Conseil administratif de la Ville n’engage pas de manière prioritaire les résidents genevois, la conseillère administrative Sandrine Salerno refusant d’appliquer la directive cantonale dite de « préférence cantonale » et le conseiller administratif Sami Kanaan engageant, dans son département, prioritairement de personnes cherchées en Belgique et en France, alors que des personnes parfois plus compétentes se trouvent à Genève.

Nous avons également tenu à ce que le sport, parent pauvre de la Ville de Genève, obtienne les moyens nécessaires. Le MCG défend les salariés du privé et du public ainsi que les PME et les indépendants, en conséquence nous estimons que le personnel municipal doit obtenir une juste rétribution pour son travail, alors qu’il existe un gaspillage éhonté dans de nombreux secteurs.

Le budget 2017, malgré les critiques peu crédibles de nos opposants qui frôlent le plus souvent le ridicule, est au service des habitantes et habitants de notre ville et permettra à Genève d’affronter au mieux les défis de demain.

Daniel SORMANNI, chef du groupe MCG au Conseil municipal

François BAERTSCHI, secrétaire général du MCG