Le Conseil d’Etat nous propose pour le budget 2013 « un atterrissage en douceur », selon le titre de son communiqué de presse.

 

 

 

Pour le MCG, il s’agit d’un crash en perspective, pas si doux que ça ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

 

 

 

Avec un déficit budgétaire évalué à 278 millions, nous craignons fortement l’éventualité d’une mise en œuvre en 2014 du mécanisme constitutionnel et légal du frein à l’endettement. A ce moment-là, des mesures drastiques devront être prises à l’encontre des citoyens, notamment ceux de la classe moyenne qui seront les plus touchés. A eux les hausses d’impôts, à eux les baisses de prestations !

 

 

 

Frontaliers en hausse = Genevois à l’assistance

 

 

 

Nous constatons que le nombre de frontaliers est toujours en progression. L’augmentation de l’impôt à la source (+39 millions) en témoigne. De l’autre côté, le nombre de chômeurs a diminué, avec une légère hausse en août 2012. C’est l’arbre qui cache la forêt en raison du démantèlement du système de l’assurance-chômage, puisqu’on assiste à une forte progression des dossiers auprès de l’Hospice général depuis deux ans, sans compter tous les demandeurs d’emploi qui n’ont pas accès à l’Hospice et qui vivent dans une certaine précarité.

 

 

 

Sécurité délaissée

 

 

 

En matière de sécurité, le projet de budget 2013 n’apporte aucune amélioration. En effet, il est prévu une augmentation de seulement 15 policiers après déduction des départs à la retraite. Face à la dégradation que nous vivons, c’est tout à fait inacceptable et cela ne correspond pas aux promesses électorales de tous les partis politiques représentés au Gouvernement. Cette insécurité que produit Genève coûte cher à notre image et a des conséquences concrètes sur notre économie (implantation de nouvelles entreprises, tourisme, etc.).

 

 

 

Hausse d’impôt par solidarité !

 

 

 

Face à ce crash budgétaire, nous devons prendre des mesures drastiques afin de relever les finances de l’Etat de Genève sans péjorer encore plus le pouvoir d’achat des Genevois. Par conséquent, nous allons exiger du Conseil d’Etat qu’il étudie un relèvement provisoire du taux de l’impôt à la source. D’autant plus que le pouvoir d’achat en ce qui concerne la grande majorité des personnes assujetties à cet impôt a augmenté en raison de la baisse de l’Euro.

 

 

 

La deuxième mesure est de suspendre immédiatement toutes nouvelles dépenses pour les projets liés à des structures transfrontalières (par exemple les P+R).

 

 

 

Aidons les sans-emploi genevois !

 

 

 

La troisième mesure c’est d’investir de manière importante dans la promotion professionnelle des Genevois pour l’accès au marché du travail dans nos entreprises, ce qui réduira fortement l’assistance publique aux sans-emploi.

 

 

 

Par ailleurs, le Gouvernement doit s’investir vraiment pour défendre notre place financière, source de revenus considérables et en grands dangers. Actuellement, le Conseil d’Etat donne l’impression de baisser les bras face aux pressions extérieures.

 

 

 

Roger GOLAY

 

Président du MCG

 

 

 

Eric STAUFFER

 

Président d’honneur du MCG et Député à la Commission des finances

 

 

 

Claude JEANNERET

 

Député et Président de la Commission des finances

 

 

 

François BAERTSCHI

 

Secrétaire général du MCG