[singlepic id=31 w=320 h=240 float=]

Michèle Künzler continue à dénigrer les Genevois au profit de ses amis les frontaliers. La conseillère d’Etat est allée récupérer bêtement un pseudo-directeur à Toulouse, pour superviser les Transports publics genevois, selon Le Matin de ce jour (24.10.2012).

 

Comme si la gabegie actuelle ne suffisait pas, cette spécialiste en engagements frontaliers a jeté son dévolu sur une personne, qui ne doit probablement rien connaître des spécificités du réseau genevois.

Nous allons certainement renouveler la triste et catastrophique expérience due à des directions choisies hors sol.

 

Plus de la moitié de frontaliers !!!

Hier, le « 20 Minutes » (23.10.2012) indiquait que  « le recrutement des TPG fait la part belle aux frontaliers », en ajoutant que « 46,3% des chauffeurs engagés par la régie publique depuis début 2010 viennent de l’autre côté de la frontière ».

En 2010, 36 des 37 chauffeurs embauchés provenaient de l’autre côté de la frontière. Vu le chômage qui sévit à Genève, c’est une véritable insulte à la population genevoise.

Il est tout à fait inacceptable que le porte-parole des TPG argumente qu’un engagement de frontaliers est justifié du fait que la société est subventionnée à bien plus de 50% par les contribuables. Les mêmes contribuables qui doivent payer le coût du chômage.

 

Voilà où nous mène la politique catastrophique de Michèle Künzler. Déplorant une telle politique, le MCG invite cette conseillère d’Etat à quitter ce poste pour lequel elle n’est pas compétente en raison de son dogmatisme.

 

Le MCG continue à défendre avec détermination les résidents genevois contre l’invasion des frontaliers dans l’administration et les régies publiques.

 

Roger GOLAY

Président du MCG

 

Pascal SPUHLER

Vice-Président du MCG

 

François BAERTSCHI

Secrétaire général du MCG