BUDGET 2017 DE L’ETAT DE GENEVE

La prise de position du MCG

La Commission des finances du Grand Conseil a accepté ce mercredi 23 novembre 2016 le budget 2017 de l’Etat de Genève, par 8 voix (MCG, PDC, PS, Verts) contre 7 (EAG,UDC, PLR). Vous trouverez ci-dessous la déclaration des députés MCG.

Les députés MCG ont pris la résolution de voter le budget 2017 tel qu’il est présenté par le Conseil d’Etat. Après une « catastrophe » budgétaire en 2016, il n’était pas concevable d’aller à nouveau dans cette direction une deuxième fois, d’autant plus que le Conseil d’Etat a proposé un budget qui satisfait la grande majorité, en faisant preuve d’apaisement envers la fonction publique, en assumant ses obligations face à la précarité grandissante et en faisant des économies.

Un budget crédible

Il nous faut pour 2017 un budget crédible qui mette fin à la « Genferei » de l’année dernière. Pour ne pas détruire ce délicat équilibre, le groupe MCG a décidé de voter sans modification le projet de budget 2017 du Conseil d’Etat.

Certes, ce budget nous présente un déficit de 76 millions. Mais cette somme aurait pu être largement comblée par les montants considérables que nous versons dans la péréquation intercantonale et dans la compensation aux communes françaises. Pour la seule compensation aux communes françaises, qui est contestée par le MCG, Genève perdra la somme de 219 millions francs en 2017. Pour la péréquation financière entre la Confédération et les cantons, Genève perd 258 millions en 2017. Au total, cela fait un trou considérable de 477 millions de francs, près d’un demi-milliard de francs suisses.

Un groupe de ce Grand Conseil a même proposé de réduire de plus de 1 million de francs la somme allouée aux fournitures scolaires, c’est-à-dire les crayons et autres manuels scolaires. Le MCG estime qu’il est préférable de réduire le montant versé par Genève aux communes françaises, avant d’économiser sur les crayons et autres matériels scolaires.

Ne pas vider nos caisses pour les autres

Le groupe MCG estime que nous n’avons pas à vider nos caisses pour remplir celles des autres. Il convient maintenant de changer cette situation où le canton de Genève perd des sommes considérables à l’extérieur. C’est pourquoi nous présenterons prochainement une motion afin de mettre fin à cet appauvrissement de Genève qui profite aux territoires environnants.

Au niveau des rentrées fiscales, nous sommes inquiets de la volatilité des estimations. Il est difficile, parfois même impossible, d’estimer avec précisions ce qui va entrer dans les caisses de l’Etat. En quelques mois, les impôts pour les personnes physiques ont augmenté de 76 millions et baissé du même montant de 76 millions durant la même période pour les personnes morales. C’est dire qu’il y a une profonde incertitude à ce niveau-là.

En revanche, nous sommes satisfaits que les électeurs genevois, à 65% le 25 septembre – un score sans appel -, aient refusé des cadeaux aux quasi-résidents frontaliers, en limitant les déductions pour frais de déplacement. L’administration ayant toujours un temps de retard, ce n’est pas 28 millions, ni 36 millions mais bien 45 à 50 millions de francs que nous ne perdrons pas au profit des frontaliers. Cette somme aurait également pu atteindre les 100 millions de francs.

Une société prospère pour tous

Un travail d’économies a été fait par le Conseil d’Etat ces trois dernières années, à hauteur d’environ 350 millions. Certes, il faut continuer dans les réformes et les optimisations.

Aujourd’hui, la société genevoise rencontre des difficultés importantes qui s’expriment par la hausse des dépenses sociales.  Le MCG estime qu’il convient de poursuivre le travail déjà réalisé avec succès pour permettre aux chômeurs genevois et aux personnes dans la précarité de retourner sur le marché du travail.

Le MCG veut une société prospère au profit de tous, employés et employeurs, partant du principe qu’il vaut mieux être plusieurs sur une bonne affaire que seul sur une mauvaise.

Nous voulons un Etat qui traite bien ses employés et ses contribuables, avec une gestion économe et efficace.

Pour toutes ces raisons nous soutenons ce budget 2017.

Dégager des économies

Néanmoins, nous gardons certaines préoccupations sur les mesures à prendre afin de dégager des économies futures.

Le budget représente des estimations. Donc nous espérons vivement que les comptes 2017 nous présenteront une bonne surprise avec un résultat positif

Ceci dit, pour avoir des finances publiques équilibrées et plus saines à long terme, ce d’autant plus que nous entrons très certainement dans une période vaches maigres au niveau économique, le MCG espère vivement :

  1. Que le budget 2018 sera équilibré ;
  2. Que le Conseil d’Etat continue ses mesures d’économies ;
  3. Que le DIP analyse la manière possible d’optimiser le nombre d’heures d’enseignement, d’heures de préparation et le nombre d’élèves par classe et que le canton de Genève s’aligne sur la moyenne romande ;
  4. Afin de juguler l’explosion des coûts du social, vu notamment l’arrivée massive de personnes sur notre territoire et l’augmentation de l’espérance de vie, de revoir peut-être les lois en la matière et de refaire une analyse en profondeur pour adapter cela à notre capacité financière future
  5. D’optimiser notre politique de subventionnement afin de mieux mettre en adéquation les besoins et les moyens.

 

Les députés MCG membres de la Commission des finances du Grand Conseil :

François BAERTSCHI

Françoise SAPIN

Ronald ZACHARIAS