Voici la déclaration prononcée au Grand Conseil par Roger Golay, député et président du MCG. Suite aux politiques catastrophiques menées autant par la gauche que par la droite, il faut sauver les caisses de retraite des fonctionnaires. Le MCG en appelle à la raison pour le bien et l’avenir de la République.

[singlepic id=19 w=320 h=240 float=]

Ce soir, confronté à l’un des projets de loi les plus importants de ces dernières années, chaque député de ce parlement sera appelé à prendre ses responsabilités citoyennes en fonction de ses plus profondes convictions afin de garantir la pérennité de la caisse de prévoyance professionnelle des collaborateurs de l’Etat.

 

Ce soir, il n’y aura pas de place pour la politique politicienne tant les enjeux du projet de loi 10’847 sont essentiels pour des dizaines de milliers de personnes concernées au premier chef par nos débats.

 

Le Mouvement Citoyens Genevois fera face à ses responsabilités avec bon sens et conviction.

 

Déjà, à la commission des finances, lors des travaux préparatoires sur ce projet de loi, les représentants du MCG ont largement participé au débat. D’ailleurs, le rapport de majorité en témoigne. C’est dire que nous n’avons eu de cesse de faire part de positions, même parfois sous forme d’amendement.

 

Pour finir, nous avons accepté le projet de loi tel qui vous est présenté.

 

Malgré tout, nous restons conscients que le résultat de nos travaux, issus de la commission des finances, ne peut pas satisfaire toutes les parties. En effet, nul ne peut être satisfait de devoir payer l’irresponsabilité des non-décisions du passé et le manque d’anticipation aux problèmes des sous-couvertures des caisses de retraite.

 

Proche de la fonction publique et de tous les salariés du canton, le MCG a défendu de très nombreux points de vue émanant du Cartel Intersyndical de la fonction publique. Après d’âpres négociations, nous devons nous rendre à l’évidence que tous les groupes politiques ont fait un pas en direction des autres et que les limites de chacun ont été atteintes et qu’il n’était plus possible pour certains de faire de nouvelles concessions.

 

 

Aujourd’hui, nous devons relever le grand défi d’assainir les caisses de prévoyance de l’Etat, conformément aux dispositions fédérales relatives à la LPP. Des efforts substantiels devront être consentis par les contribuables, dont font partie les fonctionnaires. Toutefois, ces efforts ne seront pas vains, le canton dans son ensemble en sortira gagnant d’avoir une caisse de retraite répondant aux objectifs fixés et saine financièrement.

 

Dans les débats qui vont encore suivre, nous interviendrons bien-entendu sans jouer au pyromane. Nous estimons que Genève doit assainir le plus rapidement les caisses de prévoyance et que le lancement d’un référendum  ne serait qu’un désastre irréversible pour la fonction publique et l’image du canton. Nous souhaitons donc privilégier le consensus qui s’est dégagé à la fin des travaux de la commission des finances.

 

Avant de conclure, je tiens à remercier tous les groupes politiques pour la qualité de leurs débats en commission des finances. Mes remerciements s’adressent également à mon collègue Claude Jeanneret, Président de la Commission des Finances et aussi à tous les collaborateurs de l’Etat qui ont œuvré dans l’intérêt de nos travaux et de la République.

 

Roger GOLAY

Député et Président du MCG