mcg-logo

La ligne du CEVA pourrait déboucher dans un désert ferroviaire en Savoie, ce qui peut nous conduire à une situation catastrophique. Le journal « Le Temps » de ce jour, mercredi 6 mai 2015, indique : « Les défenseurs du ferroviaire en Haute-Savoie émettent des craintes sur l’utilité du futur CEVA (liaison Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse) lorsque celui-ci sera opérationnel en 2019-2020. Raison: le nombre de dessertes qui régulièrement diminuent dans le département. » En particulier, des lignes de bus régulières entre Annemasse et Annecy ont remplacé la ligne ferroviaire, ce qui détourne les voyageurs du rail.

Le train CEVA, financé à grand coût par le contribuable genevois, est déjà mis en cause, ce que le MCG dénonce depuis toujours.

A Genève, il faut dès maintenant prendre les mesures qui s’imposent et tenter de limiter les dégâts du train CEVA, projet mégalomane qui a d’ores et déjà ruiné les finances cantonales, par des centaines de millions dilapidés sur plusieurs années. Nous constatons que le transbordement des passagers ne se fera pas à Annemasse, comme prévu, entre le ferroviaire français et le CEVA, ce qui démontre que le CEVA n’apportera aucune solution aux problèmes de circulation à Genève. Le CEVA fera simplement office de remplacement du tram et ceci à un coup insupportable pour les Genevois.

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Président d’honneur du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG