mcg-logo

Le MCG se réjouit de voir que le Conseil d’Etat genevois se concentre sur la lutte contre le chômage et la criminalité, ainsi que la maîtrise de la dette. En revanche, notre gouvernement n’a pas encore abandonné l’utopie coûteuse du Grand Genève.

Le Conseil d’Etat genevois vient de publier son programme de législature. Sur l’essentiel, le MCG soutient ces axes importants en direction de l’emploi et du combat contre le chômage, de la lutte contre la criminalité, la maîtriser la dette et la réforme fonctionnement de l’administration. Il ne s’agit pas d’un programme MCG, mais une partie importante de nos propositions sont reprises dans ce programme de législature.

Ces axes importants doivent améliorer la vie des citoyennes et citoyens. Encore faut-il que le Conseil d’Etat se donne les moyens de ses ambitions.

L’utopie du « Grand Genève »

Le seul élément qui exaspère le MCG, même s’il apparaît – heureusement – de manière secondaire dans ce programme, est la poursuite de l’utopie du « Grand Genève ». Le fait que le Gouvernement affirme vouloir changer de méthode est largement insuffisant. Il faudrait avoir le courage d’imposer aux Français qu’ils financent eux-mêmes leurs infrastructures. En dehors de cette obligation, le Grand Genève est mort. Si le vote du 18 mai n’a pas fait entendre assez clairement la voix du peuple au Conseil d’Etat, le MCG envisagera de relancer des référendums à chaque fois que le Gouvernement genevois voudra financer des infrastructures en France.

Roger GOLAY, Président du MCG

Eric STAUFFER, Co-fondateur du MCG

François BAERTSCHI, Secrétaire général du MCG