L’insécurité a pris des proportions tout à fait inacceptables dans la région.

Les récents faits divers (notamment des braquages de banques) sont le signe de cette dégradation. Le MCG estime que cette situation ne peut plus continuer et qu’elle a été encouragée par la faiblesse de nos autorités.

Nous intervenons au niveau cantonal. Mais le rôle de la commune est également important, en particulier pour la prévention.

Le MCG estime qu’il faut se donner les moyens suffisants, en moyens humains et dans la vidéosurveillance au bon endroit, pour améliorer cette situation et protéger les Citoyennes et les Citoyens.

Ras-le-bol des cambriolages

Les cambriolages se multiplient.. C’est devenu insupportable pour de nombreux habitants qui doivent en subir les conséquences.

Il est clair que cette criminalité est encouragée par l’abandon des postes-frontière et la limitation du travail de surveillance, par manque de personnel.

Le MCG se bat contre cette dérive. Nous avons notamment organisé au printemps 2010 trois manifestations à Moillesullaz, à Vallorbe (Vaud) et au Locle (Neuchâtel). Mais les partis gouvernementaux de gauche et de droite font tout pour démanteler le système douanier en lui refusant les moyens, tout en faisant de beaux discours.

Au niveau municipal, il faut agir dans le domaine de la prévention.

La vidéo-surveillance dans certains points sensibles, par exemple près des commerces ou des parkings, peut être utile. Mais elle est insuffisante.

L’important est d’avoir la meilleure visibilité possible des forces de sécurité communales et cantonales. En particulier, la police municipale doit avoir les moyens suffisants pour faire son travail de prévention.

C’est un moyen d’agir au mieux contre ce phénomène qui pourrit la vie de nombreux habitants de notre commune.

Priorité à la formation des résidents genevois

Il manque des infirmières diplômées pour travailler dans nos hôpitaux. Un effort de formation est nécessaire mais il ne doit pas être réalisé n’importe comment.

Actuellement, un projet prévoit de former du personnel médical conjointement avec la France et la Suisse, Ce que nous ne pouvons pas accepter parce que les résidents genevois se retrouveront encore plus écartés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Nous sommes scandalisés de constater que les institutions municipales, soucieuses de limiter leurs coûts de fonctionnement, n’accordent plus la priorité de l’emploi aux résidents genevois et engagent sans scrupule du personnel frontalier qualifié et formé à l’étranger.

Le MCG veut encourager la formation des jeunes répondant au marché du travail dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la sécurité. Il propose que des mesures financières incitatives invitant les institutions locales (publiques ou privées) à offrir des places de stages de formation à des jeunes résidents genevois en priorité.